JPost : « Les organisateurs des marches hebdomadaires à Londres ont des liens avec le Hamas »

0
39

 

La présence massive dans la rue, menée par les islamistes, cherche à imposer sa volonté dans l’espace public et à intimider ses opposants.

Par Jonathan Spyer

Lors d’une visite à Londres cette semaine, j’ai décidé de jeter un œil à la dernière manifestation organisée par la Campagne de solidarité palestinienne (PSC) contre ce qu’elle appelle le « génocide à Gaza ». Les manifestations hebdomadaires de masse dans la capitale britannique en soutien au camp palestinien dans la guerre à Gaza ont pris une importance au-delà du contexte spécifique de la politique étrangère britannique.

En tant que puissance européenne de taille moyenne, le Royaume-Uni a peu d’influence sur les événements du Moyen-Orient en général et aucune influence sur les prises de décision israéliennes ou du Hamas. Par conséquent, les demandes d’un « cessez-le-feu immédiat » dans les rues de Londres ne produiront rien sur le terrain au Moyen-Orient.

Les manifestations sont cependant significatives car elles montrent l’arrivée dans la vie publique britannique d’une nouvelle force politique : à savoir une présence massive dans la rue, menée par des islamistes, cherchant à imposer sa volonté dans l’espace public et à intimider ses opposants.

Fin février déjà, la présence de la foule islamiste devant le Parlement a contraint le président de la Chambre des communes, Sir Lindsay Hoyle, à modifier la procédure parlementaire, soucieux de la sécurité physique des députés, lors d’un débat sur les appels au cessez-le-feu. à Gaza. Selon un article de journal The Guardian, le chef de l’opposition Keir Starmer « a averti Hoyle que la sécurité des députés travaillistes était en danger » s’ils étaient vus s’abstenir ou s’opposer à une motion appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza ».

Contrairement aux conventions, et alors que « des centaines de manifestants étaient rassemblés devant le Parlement », le président a autorisé un amendement travailliste visant à adoucir le langage d’une motion du Parti national écossais appelant à un cessez-le-feu, permettant aux membres travaillistes de voter en faveur de la motion et d’éviter ainsi les attentions hostiles de la foule.

Hoyle justifia plus tard sa décision dans les termes suivants : « Les détails des choses qui ont été portées à mon attention sont absolument terrifiants pour tous les membres de cette Assemblée et de tous les partis. J’ai un devoir de diligence et je le dis, et si mon erreur est d’assurer [la sécurité des] membres, alors je suis coupable. »

Un précédent notable a ainsi été créé. Dan Hodges, journaliste pour un journal à grand tirage Mail on Sunday. Il a ensuite tweeté qu’il avait parlé « hier à un député qui m’a dit qu’il avait pesé sa propre sécurité physique avant de décider comment voter sur la motion d’hier sur Gaza ». Nous avons désormais franchi une ligne. « Nous ne sommes pas une démocratie qui fonctionne correctement si cela entre en ligne de compte dans la façon dont nos représentants élus agissent. »

La décision du président intervient après une série d’attaques et de menaces contre des parlementaires de la part d’islamistes ces dernières années. En 2021, le député conservateur David Amess a été poignardé à mort dans son bureau de circonscription par un assassin islamiste. Une décennie plus tôt, le député travailliste Stephen Timms avait survécu de peu à une attaque similaire perpétrée par un agresseur islamiste.

Le député conservateur et ancien ministre d’État à l’Immigration, Robert Jenrick, a résumé la situation actuelle dans une déclaration au Parlement comme suit : « Le vrai problème est que cette Assemblée semble intimidée par les menaces de violence et d’intimidation. En conséquence, la mère des parlements apparaît affaiblie et diminuée. « Nous avons permis que nos rues soient dominées par des extrémistes islamistes, et que les Juifs britanniques et d’autres se sentent trop intimidés pour se promener dans le centre de Londres, semaine après semaine. »

Le Premier ministre Rishi Sunak a déclaré, de manière plus succincte, le 29 février, qu’il existait un « consensus croissant sur le fait que le régime de la foule remplace le gouvernement démocratique ».

Les organisateurs des marches hebdomadaires ont des liens avec le Hamas

Quant à la foule en question, les manifestations hebdomadaires pro-Gaza, qui envahissent régulièrement temporairement le centre de Londres, attirent plus de 250.000 participants. La CFP est le principal organisateur, mais un pamphlet qui m’a été remis alors que j’approchais de la zone où la marche devait commencer le 9 mars contenait les logos de cinq autres organisations identifiées comme soutenant les manifestations. Il s’agissait de Amis d’Al Aqsa (FOA), la Coalition Stop à la Guerre, la Association musulmane de Grande-Bretagne (MAB), Le Forum palestinien en Grande-Bretagne et la Campagne pour le désarmement nucléaire (CND).

Parmi eux, deux ont des liens évidents avec le Hamas ou le soutiennent. L’Association musulmane de Grande-Bretagne a été cofondée par Mohammed Kathem Sawalha, un ancien haut responsable militaire du Hamas en Cisjordanie, résidant désormais en Grande-Bretagne. MAB est un groupe associé aux Frères musulmans. Parmi ses dirigeants figure Azzam Tamimi, décrit par le Daily Telegraph en tant qu’ «envoyé spécial » du Hamas au Royaume-Uni.

En attendant Amis d’Al Aqsa a été fondé par Ismail Patel, qui s’est rendu dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas et a rencontré son dirigeant de l’époque, Ismail Haniyeh. Il est inclus dans la liste des Centre d’information sur le terrorisme et le renseignement Meir Amit, qui publie des documents déclassifiés provenant des agences de renseignement israéliennes, tels que « entretenir une haine intense envers Israël, faire campagne pour son élimination, nier son caractère juif et soutenir le Hamas ».

La coalition Arrêter la guerre est une organisation créée par la gauche radicale britannique, tout en manquant des références ouvertement islamistes du MAB et Amis d’Al Aqsa, s’est rendu dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, où ses dirigeants ont rencontré de hauts responsables du Hamas. Depuis le 7 octobre, d’éminents militants du mouvement ont exprimé leur soutien à la « résistance » palestinienne.

Lors de la manifestation du 9 mars, cette combinaison d’affiliations islamistes et d’extrême gauche était très évidente. Les organisateurs ont déclaré que 400.000 personnes avaient assisté à la marche, qui s’est déroulée de Hyde Park Corner à l’ambassade américaine au centre de Londres. Un jeune homme à qui j’ai parlé m’a dit qu’il craignait que la marche soit plus petite que d’habitude parce que « c’est presque le Ramadan ».

Même si leurs craintes se sont révélées infondées, ils ont reflété fidèlement les données démographiques de la marche. J’estime qu’environ 50 % des manifestants étaient visiblement musulmans, avec de nombreuses femmes portant le hijab et certains hommes habillés d’une manière qui les identifiait comme des islamistes salafistes. Les 50 % restants semblaient être des gauchistes britanniques blancs, visiblement plus âgés. Il y avait des banderoles de diverses organisations et syndicats d’extrême gauche. Quelques drapeaux irlandais et une banderole représentant un groupe de partisans du Club de football celtique de Glasgow (dont les fidèles partisans sont associés au républicanisme irlandais).

Mais l’énergie de la marche, les chants et les chœurs provenaient tous du contingent musulman. Certains chants étaient en arabe, ce qui serait passé inaperçu auprès des éléments de gauche. J’ai entendu des demandes de Filastine Arabiye! (une Palestine arabe) et une chanson de Dammi Falestini! (Mon sang est palestinien), en référence à un récent tube du chanteur Mohammed Assaf, né en Libye et élevé à Gaza. J’ai vu des banderoles appelant au « démantèlement du sionisme ».

Un manifestant portait un gilet pare-balles et un bouclier anti-émeute, ainsi qu’un casque de combat orné d’un drapeau palestinien.

Pour les nationalistes et islamistes arabes, la cause palestinienne a longtemps servi de caisse de résonance à travers laquelle s’expriment des ambitions plus larges. Dans les manifestations de Londres, cette cause semble jouer à nouveau ce rôle familier. Les drapeaux de la manifestation étaient palestiniens, c’est-à-dire le drapeau initialement conçu par Sir Mark Sykes comme étendard de la révolte arabe contre les Ottomans.

Mais le sens sous-jacent de ces marches est autre : il s’agit de la dernière phase de l’approche islamiste de la question du pouvoir dans les rues d’une grande ville européenne. Qui imposera sa volonté ? Quelles règles doivent être respectées ? Qui devrait céder à la menace d’une force supérieure ?

Telles sont les questions qui se posent actuellement à travers le mécanisme de la foule islamiste qui est devenue une force importante dans la vie publique britannique après le 7 octobre 2023. La question est donc assez aiguë.

Soit cette foule sera dispersée, soit on peut supposer qu’elle continuera à menacer et à nier la volonté des représentants élus, érodant ainsi la gouvernance démocratique au Royaume-Uni.

source: Le Jerusalem Post

Aucun commentaire

Laisser un commentaire