La demande de levée d’immunité de Meyer Habib rejetée

0
104

ISRAËL-HAMAS : YAËL BRAUN-PIVET REJETTE UNE DEMANDE DE LEVÉE D’IMMUNITÉ DE MEYER HABIB

La présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a rejeté la demande de lever l’immunité parlementaire du député Meyer Habib (LR), initiée par 39 députés de gauche. Ces derniers l’accusaient d’«apologie de crimes de guerre».

Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, a refusé la requête de levée d’immunité parlementaire du député Meyer Habib (LR). Cette demande avait été lancée par 39 députés de gauche, lesquels l’accusaient d’avoir fait l’«apologie des crimes de guerre» israéliens à Gaza.

«Les propos tenus par un parlementaire dans l’hémicycle de l’Assemblée sont couverts, conformément à l’article 26 de la Constitution, par le principe d’irresponsabilité, lequel présente un caractère absolu et qu’aucune procédure ne permet de lever» s’est-elle justifiée dans une réponse rendue publique par des députés de la France insoumise (LFI) ce samedi 23 décembre 2023.

Les accusations contre l’élu de la huitième circonscription des Français établis hors de France résultent d’une phrase prononcée lors des questions au gouvernement le mardi 19 décembre. Alors que la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna était invitée à réagir à la mort d’un agent du Quai d’Orsay suite à des bombardements israéliens sur un bâtiment d’habitation abritant des civils, Meyer Habib a prononcé distinctement, à deux reprises, la phrase : «Et ce n’est pas fini !».
Des propos pouvant «s’apparenter à l’apologie de crimes de guerre» selon certains députés socialistes, écologistes et insoumis.

LA FRANCE INSOUMISE EN COLÈRE

La décision de la présidente de l’Assemblée a provoqué le mécontentement des membres de la France insoumise (LFI). Le député Thomas Portes s’est d’ailleurs exprimé sur le réseau social X : «Les soutiens inconditionnels des criminels de guerre israéliens se protègent entre eux. Un député français peut donc en toute tranquillité faire une apologie de crimes de guerre. Quelle honte !».

De son côté, Meyer Habib a vivement contesté la démarche des députés de gauche, affirmant que «leur pétard mouillé n’est qu’un contre-feu grossier pour tenter de faire oublier l’apologie du terrorisme répétée, le négationnisme et l’antisémitisme à l’œuvre dans leurs rangs depuis le 7 octobre».

JForum

Aucun commentaire

Laisser un commentaire