La démocratie occidentale est confrontée à la fin des temps

1
295

Ma’ariv – Professeur Daniel Friedman

Depuis les quelques jours où la démocratie libérale était au sommet, nous avons assisté à son affaiblissement interne et au renforcement des dictatures qui la menacent de l’extérieur – Russie, Chine et Iran.

À l’échelle historique, la démocratie occidentale est de courte durée. Pendant la majeure partie de l’histoire, les humains ont vécu sous des régimes non démocratiques, et même aujourd’hui, la démocratie ne prévaut que dans une partie du monde. La démocratie moderne trouve ses racines dans les idées développées en Europe au siècle des Lumières. Leur réalisation a eu lieu lors de la guerre de libération des États-Unis, qui a déclaré leur indépendance en 1776, et lors de la Révolution française qui a éclaté en 1789. Les démocraties qui sont nées étaient loin des idéaux d’aujourd’hui. À cette époque, l’esclavage y était pratiqué. pays (la France a aboli l’esclavage sur son territoire, mais il est resté dans ses colonies), et les femmes n’avaient pas le droit de vote. L’attaque iranienne a révélé : les relations avec l’Arabie saoudite doivent être normalisées maintenant.

La démocratie moderne a donc un peu plus de 200 ans. Elle a atteint son apogée au siècle dernier, après avoir survécu à la menace d’extinction qui la menaçait pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette guerre a éclaté après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, une décision prise en coordination avec la dictature soviétique de Staline, alors alliée des nazis.

Même plus tôt, l’Empire japonais s’était emparé de la Corée et s’était étendu aux territoires chinois. Il est très douteux que le monde libre-démocratique, dirigé par les États-Unis et la Grande-Bretagne, aurait résisté aux trois dictatures (Allemagne nazie, Union soviétique et Japon) qui rêvaient de partager le monde entre elles.

Mais Hitler a commis l’erreur de sa vie en envahissant l’Union soviétique et en faisant passer la dictature soviétique du côté des puissances démocratiques. Et une lutte longue et dure sera encore nécessaire jusqu’à ce que cette guerre soit résolue. C’était la victoire des démocraties sur les dictatures nazie et japonaise, mais cette victoire avait un partenaire : la dictature de Staline, qui a remporté une part considérable du butin. Le résultat fut le tracé de nouvelles frontières entre les démocraties victorieuses et les zones sous contrôle de la dictature stalinienne. Le Japon vaincu a rejoint les démocraties. L’Allemagne était divisée. La partie ouest est passé à la démocratie. Mais la dictature soviétique s’empare de l’Allemagne de l’Est, de la Pologne, de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie et de la Roumanie.

Un autre drame s’est produit en Chine, où une guerre civile faisait rage depuis des années entre le Parti communiste et le gouvernement de Chiang Kai-shek, soutenu par les pays occidentaux. Cette guerre a été éclipsée par l’invasion de la Chine par le Japon. Cependant, à la fin de la Guerre Mondiale, la lutte interne a repris en Chine, dans laquelle les communistes sous la direction de Mao Zedong ont prévalu. Chiang Kai-shek et ses forces se sont installés à Taiwan, qui est devenue après un certain temps une entité démocratique.

Pendant des années, les Américains ont relégué la puissance chinoise aux marges et la Chine, l’une des cinq grandes puissances, était représentée aux Nations Unies par le gouvernement de Taiwan. Le changement s’est produit dans les années 1970, lorsque le président américain Richard Nixon et le secrétaire d’État de l’ONU, Henry Kissinger décident de renouer les liens avec la Chine communiste et de lui accorder le siège aux Nations Unies destiné à cette puissance. Il est possible que le but de cette décision ait été de faciliter la fin de la guerre du Vietnam et peut-être de contribuer à la « guerre froide » entre l’Occident démocratique et l’Union soviétique, qui a éclaté après la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, la Chine s’est renforcée grâce à la mondialisation et à l’ouverture de l’Occident. Il a fallu plusieurs années aux États-Unis pour comprendre l’importance du phénomène et sa menace.

Conquête islamique

Au début des années 1990, après la crise économique de l’Union soviétique, le bloc communiste s’est effondré. Une série de pays sous son contrôle ont obtenu leur indépendance. Beaucoup d’entre eux ont rejoint le monde démocratique. C’est à ce moment-là que la démocratie occidentale atteint son apogée. Le professeur Francis Fukuyama a publié son livre sur la fin de l’histoire, dans lequel il conclut que la démocratie libérale a gagné et se répand dans le monde entier. L’historien Yuval Noah Harari a déclaré que « l’un des phénomènes les plus heureux de l’histoire de notre génération est la disparition des guerres du monde. Nous vivons dans l’ère la plus pacifique de l’histoire ». En revanche, Shlomo Ben Ami a souligné, à juste titre, que nous sommes loin de la « paix nouvelle », même si les guerres d’aujourd’hui ne sont pas conduites à la manière des guerres classiques du passé.

Malheureusement, depuis les quelques jours où la démocratie libérale était au sommet, nous assistons à son affaiblissement de l’intérieur et au renforcement des dictatures qui la menacent de l’extérieur. L’affaiblissement interne trouve son origine dans plusieurs facteurs. L’un des principaux est la vague d’immigration islamique qui se produit, à une époque où le libéralisme occidental ne savait pas équilibrer ses valeurs avec l’intérêt de préserver sa culture et de préserver le libéralisme lui-même.

Le célèbre orientaliste Bernard Lewis disait que l’Islam avait tenté à deux reprises de conquérir l’Europe par la force et avait échoué. La première fois, c’était au VIIIe siècle de l’ère actuelle, lorsqu’après la conquête musulmane de l’Espagne, une armée musulmane chercha à envahir la France, mais fut battue et arrêtée par le chef franc Charles Martel. Pour la deuxième fois, l’Empire ottoman tenta en 1683 de conquérir Vienne (c’était sa deuxième tentative). Le siège de Vienne échoua grâce au roi de Pologne Jan Sobieski, dont l’armée vainquit le Cap. L’armée ottomane fut vaincue et se retira. La troisième fois, selon Bernard Lewis, cela s’est fait de manière pacifique et avec plus de succès, simplement par l’immigration.

Le public islamique de plus en plus nombreux dans les pays d’Europe centrale, notamment en France et en Grande-Bretagne, sait comment tirer parti des opinions libérales concernant le « multiculturalisme » et cherche non seulement à préserver sa culture, mais aussi à promouvoir la culture libérale dans ces pays et à prendre sa place. Il représente une force significative dans les élections, un problème qui se fait sentir aujourd’hui même aux États-Unis.

Le nouveau libéralisme occidental, utilisé par l’Islam pour le saper, a entre-temps glissé vers ce que l’on appelle le « libéralisme progressiste », qui est tout sauf le véritable libéralisme. Dans ce cadre, on retrouve un soutien considérable à l’organisation terroriste Hamas et une « compréhension » de ses crimes, phénomène qui n’est pas sans rappeler le soutien absurde apporté par les intellectuels en Occident (et en Israël), dont le grand philosophe Jean-Paul Sartre, pour le régime meurtrier de Staline, « Le Soleil des Nations ». Le soutien que le Hamas reçoit à Harvard, Yale, Berkeley et dans d’autres institutions d’élite aux États-Unis n’est fondamentalement pas différent du soutien que Staline a reçu à l’époque – sauf que cette fois, il est accompagné d’une touche antisémite.

Dans le même temps, les démocraties, déstabilisées de l’intérieur, sont confrontées à des pressions extérieures croissantes. Les États-Unis ont été la force qui a poussé à la création des Nations Unies et au renforcement du droit international. Les Nations Unies, créées après la Seconde Guerre mondiale, ont accordé un poids égal aux pays démocratiques et non démocratiques, mais le pouvoir de ces derniers dans les institutions internationales ne cesse de croître. Le déséquilibre est renforcé par le fait que l’Occident se considère, et en particulier ses alliés, y compris Israël, comme soumis au droit international qui reçoit une interprétation qui limite sévèrement le recours à la force, tandis que les forces antidémocratiques se considèrent comme exemptées de toute contrainte.

L’Occident doit reprendre ses esprits

À ces luttes s’ajoute le recours guerrier à la force ou la possibilité d’un tel recours, qui se concentre actuellement sur trois domaines principaux. L’Ukraine est l’un de ces domaines. La Russie l’a envahi en 2014 et a annexé la péninsule de Crimée. Elle a envahi l’Ukraine une deuxième fois en 2022 (à cet égard, la Russie prétend que l’Occident viole les accords en vigueur après l’effondrement de l’Union soviétique et que l’OTAN s’implante sur son territoire). Les démocraties occidentales sont loin d’être prudentes.

La deuxième arène est ici, dans notre pays. Les forces terroristes, antidémocratiques et antilibérales, dirigées par l’Iran, cherchent à éliminer Israël du monde et à prendre le contrôle d’abord du Moyen-Orient, puis d’autres régions. Israël est une démocratie, fragile certes, mais toujours une démocratie. Israël est actuellement dirigé par le Premier ministre le plus raté de son histoire, dont le principal talent est de survivre (NDLR : Sans commentaire). La guerre va mal et son issue à ce stade est problématique. De nombreux dirigeants des pays occidentaux comprennent le danger qui pèse sur l’Occident tout entier, mais dans l’opinion publique occidentale, l’antisémitisme et, avec lui, le soutien au Hamas augmentent.

La troisième arène se situe en Extrême-Orient. Dans ce domaine, la violence est encore limitée à la zone de friction, mais il existe un risque de véritable guerre. La Chine, devenue très puissante depuis la visite de Nixon, a presque entièrement pris le contrôle de la mer de Chine méridionale. Il considère Taiwan démocratique comme une partie de son territoire et menace de l’avaler. La Chine menace également les Philippines et tente de limiter les actions de ce pays, soutenu par les États-Unis.

Les démocraties occidentales, menacées de l’intérieur, sont actuellement confrontées aux trois grandes dictatures que sont la Russie, la Chine et l’Iran. Ces dictatures, chacune souffrant d’un sentiment de privation passée et de souvenirs impériaux de grandeur passée, s’efforcent d’étendre leurs sphères de contrôle. Ils travaillent en collaboration, au moins temporairement, entre eux. Pour gagner le combat ou au moins maintenir le statu quo, l’Occident démocratique devra reconnaître le danger, reprendre ses esprits et examiner les changements nécessaires pour relever le défi.

1 Commentaire

  1. Le problème de cette analyse c’est que de fait la Russie moderne n’est pas une dictature. Ce n’est pas être poutiniste que de refuser les amalgames et contre-vérités largement répandues. Et la société russe contemporaine, qui n’est pas la proie de la barbarie islamiste et du racisme inversé est redevenue une société civilisée : les femmes y sont beaucoup, beaucoup plus en sécurité que dans nos sociétés européennes transformées en dictatures islamistes et en zones de non-droit. Le niveau de sécurité des femmes est un indicateur important pour juger d’une société et il contredit totalement la vision fausse portée sur la Russie versus nos « démocraties » qui n’en sont plus. En outre historiquement _ et loin de moi l’idée de faire l’apologie de Staline ou de l’URSS_ c’est bien l’armée rouge qui a été le principal vainqueur de l’Allemagne nazie. Sans les Russes…on serait tous morts, ou sous la coupe nazie. Un peu d’histoire permettrait de rappeler que la Russie avait voulu rejoindre le camp occidental dans les années 2000 et que ce sont les sanctions occidentales qui l’ont poussée (e dans les bras de la Chine et ce qui est bien pire : de l’Iran ! Mais la société russe ne doit pas être confondue avec les postures géopolitiques.
    En ce qui concerne l’Occident, devenu une conquête des nazislamistes et incapable de se remettre en question, il est clair qu’il a déjà perdu ses esprits. Sans doute définitivement. Les Israéliens (qui sont une nation à part ni occidentale ni orientale) doivent être conscients que la barbarie contre laquelle ils luttent a déjà conquis Paris, Londres et peut-être même Washington.

Laisser un commentaire