Le cadeau qui mit fin à une longue attente

0
74

Ce récit se déroule dans la maison de la famille B., à une heure tardive en soirée. Les parents rentrent chez eux, déçus et brisés, suite à une longue rencontre dont ils espéraient beaucoup. Mais malheureusement, elle s’est avérée totalement décevante. Ils espéraient que ce rendez-vous serait le premier d’une série qui les mènerait vers un bonheur qu’ils attendent depuis de longues années, mais à nouveau, leur espoir a été brisé…

Cela fait des années que la famille B. attend cette joyeuse occasion. Dans ce foyer vit une jeune fille qui a déjà 31 ans et n’a pas encore trouvé son âme sœur. Dans la fratrie, elle est suivie de près par son frère, un jeune homme qui n’est plus si jeune ; cela fait plusieurs années que les parents cherchent des partis pour tous les deux, attendant de célébrer des fiançailles…

Malheureusement, le parcours du jeune homme a également été semé d’embûches. Il étudiait à la yéchiva, il avait une bonne réputation et recevait des propositions, mais aucune n’aboutit concrètement. De longues années s’écoulèrent dans l’expectative, les prières et les implorations, mais sans aucune solution qui se profile à l’horizon…

Quelques jours avant notre récit, une nouvelle proposition avait été lancée. On avait proposé au garçon une jeune fille dotée de toutes les qualités, tous les détails convenaient, les choses avançaient à toute allure, et ils étaient arrivés au stade où les parents devaient se rencontrer pour faire avancer concrètement le Chidoukh, mais cette rencontre avait brisé leur espoir…

En effet, la discussion avait révélé que les parents de la jeune fille, confortablement installés, désiraient offrir une belle somme au jeune couple afin qu’ils commencent leur nouvelle vie du bon pied. Ils demandaient aux parents du jeune homme de participer également en offrant une somme d’argent. Mais ils se heurtèrent à un problème : les parents du jeune homme étaient très modestes, et ne pouvaient s’engager à offrir une telle somme d’argent…

Ils tentèrent de trouver une solution, car les parents désiraient mener ce Chidoukh jusqu’au bout, à la satisfaction des deux parties. Mais les différences se révélaient au fur et à mesure, lorsqu’il fut question de l’organisation du mariage, de l’appartement, etc. Extrêmement attristés par la situation, les parents comprirent qu’ils n’avaient d’autre choix que d’abandonner ce Chidoukh, dans lequel ils avaient placé tant d’espoir…

Revenons au moment où les parents reviennent chez eux ce soir-là. La tristesse pouvait se lire sur leur visage, en raison de la décision qu’ils avaient dû prendre. Leur fille de 31 ans les accueille à la porte, et elle décèle immédiatement la tristesse sur le visage des parents. Elle leur demande délicatement ce qui s’est passé pendant le rendez-vous et comprend qu’une grande différence d’argent sépare les parents…

Elle s’enferme dans sa chambre pendant une petite heure, puis en sort avec détermination. Elle aborde ses parents, et avec héroïsme, leur dit : “Écoutez, cela fait plusieurs années que je travaille et que je gagne un bon salaire, grâce à D’. J’ai déjà mis de côté une belle somme qui doit m’aider par la suite après mon mariage. Mais pour le moment, il n’y a rien de concret, j’attends encore ma délivrance. Je vous offre la somme que j’ai accumulée jusqu’ici, et vous pourrez ainsi vous engager à donner la somme demandée, et mon jeune frère pourra se fiancer !”

Les parents eurent du mal à croire ce qu’ils entendaient. Au départ, ils tentèrent de l’en dissuader. Ils ne pourraient pas, le moment venu, lui offrir pareille somme pour son mariage, tandis qu’elle proposait de l’offrir à son jeune frère pour lui permettre de se fiancer ! Quelle bravoure et quelle grandeur d’âme !

Les parents hésitèrent, mais la jeune femme les encouragea. Ils téléphonèrent au Chadkhan et lui annoncèrent qu’un développement exceptionnel avait eu lieu et qu’ils avaient suffisamment d’argent pour leur fils. Le Chadkhan s’en réjouit et ce fut le début d’une joie inouïe : quelques jours plus tard, le frère célébra ses fiançailles !

En effet :” Tu aimeras ton prochain comme toi-même, Je suis Hachem.” Le Créateur du monde, qui forme les couples, s’aperçut de l’immense amour pour chaque Juif éprouvé par la sœur plus âgée et s’empressa d’agir… Quelque temps plus tard, on lui proposa également un Chidoukh avec un jeune homme de 26 ans. Bien que dans leur communauté, l’usage soit que le côté de la jeune fille s’engage à donner des fonds, et que la jeune fille fût âgée de 5 ans de plus que le jeune homme, dans ce cas, les parents du jeune homme acceptèrent de donner toute la somme, sans exiger d’argent aux parents de la jeune fille !

Quelques semaines plus tard, la jeune fille célébra ses fiançailles. Plus de dix ans d’attente douloureuse venaient de s’achever par des fiançailles célébrées dans l’allégresse.  

 Fait partie des enseignements du rav Acher Kowalski chlita.

Afin d’écouter son cours de daf hayomi ou d’autres sujets, veuillez composer le numéro suivant : 073-295-1342. Afin de recevoir le fascicule par email, merci de nous envoyer un courriel à l’adresse suivante : perles2paracha@gmail.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire