Le grand échec de Netaniahou

0
182

Par le rav Yits’hak Roth – Yated Nééman

Si nous devons résumer les réalisations et les échecs du Premier ministre Netanyahou dans un avenir proche, ou même un peu plus loin, même si la liste de ses réalisations est longue, sans aucun doute l’un de ses échecs les plus grands et peut-être les plus critiques est dans le domaine de la justice. Au cours de ses nombreuses années au pouvoir, il aurait pu révolutionner ce système, le mettre en équilibre, l’amener à représenter le public au nom duquel il opère et non laisser se former une «clique» juridique fermée dont les valeurs et les positions ne représentent même pas un petit pourcentage de celles que l’on trouve dans le public.

Il y a une semaine, la Cours suprême israélienne a reçu une requête déposée par plusieurs organes concernant la «loi sur la nationalité». Nous n’avons aucun intérêt particulier pour cette loi, mais ce qui nous a attirés est la discussion juridique proprement dite de la loi définie comme une «Loi fondamentale». Précisons que Yariv Lévin, le président de la Knesset, puis Biniamin Nethaniahou, se sont élevés contre le fait qu’une telle question fasse l’objet d’une quelconque discussion dans le cadre de la Cours suprême, qui n’est pas préposée à cela.

L’avocat Zeev Lev, directeur de la recherche et de la liberté d’information au Mouvement pour la gouvernance et la démocratie, a publié un article cinglant dans le journal « Mida » contre le fait que cette instance se permette de se prononcer autour d’une loi considérée comme fondamentale. Il a écrit:

« Alors que l’attention du public s’est entièrement concentrée sur la question de savoir si l’État d’Israël arrive à nouveau à des élections, et alors qu’une menace d’une troisième fermeture de quarantaine plane sur les citoyens de l’État d’Israël, s’est tenue l’une des audiences les plus délirantes de l’histoire des tribunaux israéliens. Une découverte juridique surprenante y a été faite. Lors d’une audition d’un panel élargi de onze juges, qui a duré plus de sept heures, les juges de la Cour suprême israélienne ont entendu les pétitions de divers groupes contre la loi fondamentale : Israël, l’État-nation du peuple juif, connu sous le nom de loi sur la nationalité. Au cours de cette session, donc, une découverte majeure a été faite, permettant enfin de savoir quelle est la source permettant à la haute cours de traiter d’une loi de cette nature. La présidente de la Cour suprême a révélé en effet  la source de l’autorité du tribunal lui permettant d’aborder une telle loi – « Cela est souvent indiqué dans les déclarations incidentes de la cour ». Avez-vous compris comme fonctionne le système ? Des années durant les juges disent des éléments « non contraignants » dans le cours de leurs discussions, puis un jour en regardant en arrière ils affirment innocemment que « ces choses ont été dites plus d’une fois ».

« Afin de comprendre l’ampleur de cet événement, il faut d’abord souligner le défaut structurel qui existe à la base dans le débat qui a eu lieu. Dans une démocratie, aucune autorité, aucun public officiel ou élu n’a de droits ou de pouvoirs qui n’ont pas de source directe dans la loi. Le principe est que la source de l’autorité en démocratie est le peuple, ou le public, et que «Le peuple délègue cette autorité à ses représentants élus, qui à leur tour définissent les rôles, pouvoirs et forces de chacune des autorités gouvernementales. C’est ainsi que l’armée agit en vertu de la loi fondamentale de l’armée, la police en vertu de l’ordonnance sur la police, etc.

« La Cour suprême agit conformément aux pouvoirs énoncés dans la Loi fondamentale: la justice, qui détermine ses pouvoirs et ses limites d’action. En 1995, le Président de la Cour suprême Aharon Barak a profité du manque d’attention du public et, le lendemain de l’assassinat de Rabin, il a publié l’arrêt de la Mizrahi Bank. Les lois fondamentales de l’État d’Israël sont en fait une sorte de «constitution» qui prévaut sur les lois «ordinaires», et donne donc au tribunal le pouvoir d’invalider et d’interférer avec les lois de la Knesset. Bien que cette décision ait été faite sans aucune source légale, au moins elle était étayée par une certaine logique. Au fil des ans, chaque fois que des élus se sont révoltés contre l’intervention de la Haute Cour dans la législation, les juges ont soutenu contre eux que les membres de la Knesset pouvaient modifier les lois fondamentales et définir les pouvoirs de la cour en conséquence. Tant que cette capacité est entre les mains de la Knesset, elle peut vaincre la cour et exprimer la volonté du peuple.

« Mais depuis que les pétitions contre la loi sur la nationalité ont été déposées, une nouvelle question a commencé à se poser: si la Cour suprême tire son autorité en vertu d’une loi fondamentale, comment le tribunal peut-il discuter de la validité de la loi fondamentale elle-même? Comment une autorité publique peut-elle discuter de la validité de la source qui lui donne son pouvoir? C’est comme un homme se tirant hors d’un œuf en se tirant par les cheveux… Apparemment, c’est complètement absurde, c’est pourquoi le suivi de la longue audience devant le tribunal a également tiré des conclusions sociales fascinantes. Il n’y a presque pas de débat juridique au sens conventionnel. La raison en est qu’il n’y a pas d’argument à présenter. La loi n’a jamais autorisé le tribunal à traiter les lois fondamentales.

« L’existence même de l’audience dans le panel élargi, sans rejet pur et simple de toutes pétitions de cet ordre, est en fait une contestation par le tribunal de la structure du gouvernement en Israël, et une détermination de principe que la cour a la suprématie absolue sur la législature. Les pétitionnaires ont en fait attaqué la capacité même de l’État d’Israël de se déclarer État du peuple juif, affirmant que le post-sionisme était invalide. La loi selon laquelle l’État d’Israël est l’État-nation du peuple juif est invalidée par les 11 juges qui ont siégé au procès.

« D’autre part, pour la première fois depuis la révolution constitutionnelle, nous avons également eu le privilège de voir une réponse appropriée des deux autres autorités, le législatif et l’exécutif. Pour la première fois, une lettre officielle a été envoyée par le Président à la Cour suprême. Dans le même temps, le Premier ministre a réitéré cette déclaration importante et a également précisé que la discussion s’était déroulée sans autorisation.

« Aucune décision n’a été prise à l’issue de l’audience et il n’y a probablement aucune chance réelle que le tribunal ordonne l’abrogation de la Loi fondamentale. Bien sûr, la manière dont les juges de la cour interprètent les lois de la Knesset, parfois avec un renversement complet du sens des mots, afin de s’adapter à leur vision du monde, de sorte que la cour évite parfois le besoin d’abroger complètement une loi, tout en recevant les critiques du public, mais en la vidant de sens en fait.

« L’existence même de ce débat précédent, précisément à un moment où l’Etat d’Israël fait face à une nouvelle campagne électorale, nécessite vigilance et vigilance… La prochaine campagne électorale doit s’intéresser au fait de savoir si l’Etat d’Israël est une démocratie, contrôlée par le public par des députés élus – ou est-ce un pays dirigé par une oligarchie juridique qui peut, sur la base d’un système de valeurs déformé et de vagues « principes constitutionnels », imposer sa volonté au législateur et au public, déterminant ainsi la nature de l’Etat d’Israël tout entier. »


La loi sur la nationalité, qui a été approuvée par la Knesset en juillet 2018 par une majorité de 62 partisans contre 55 opposants, ancre le statut de l’État d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif et le droit du peuple juif à l’autodétermination dans son pays d’origine comme un droit unique pour le peuple juif. La loi établit les symboles de l’État, Jérusalem comme capitale et la langue hébraïque comme langue, le principe du regroupement des exilés et le statut du Shabbat et des jours fériés israéliens.

Selon le langage de la loi, « l’État considère le développement de colonies juives comme une valeur nationale et agira pour encourager et promouvoir leur établissement ». Il a en outre été déterminé que l’État travaillera pour assurer la sécurité du peuple juif et de ses citoyens qui sont en difficulté en raison de leur judaïsme ou de leur citoyenneté, et travaillera dans la diaspora pour préserver le lien entre l’État et le peuple juif et pour préserver leur héritage.

Dans les diverses pétitions soumises à la Haute Cour pour demander l’abrogation de la loi ou de certains articles de celle-ci, il est allégué qu’elle est discriminatoire à l’égard de groupes de la population et viole leur droit à l’égalité. Parmi les pétitionnaires figurent l’ancien député Akram Hasson, l’Association pour les droits civils, le Haut Comité de suivi des Arabes d’Israël et les partis Meretz et la liste commune.

Le procureur général Avichai Mandelblit a soumis sa réponse aux requêtes devant la Haute Cour au début du mois, préconisant le rejet des pétitions.

Mandelblit a souligné que «la loi sur la nationalité consacre dans la loi fondamentale les composantes de l’identité nationale de l’État d’Israël en tant qu’État juif, véhiculant ainsi un message constitutionnel très important, tout en donnant une tenue constitutionnelle à la vision de l’État en tant qu’État-nation du peuple juif, mais ne porte pas atteinte aux droits individuels en Israël». « Indépendamment de la religion ou de la nationalité. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire