Le groupe d’Israéliens qui s’est installé à Nuziarat !

0
623

Des soldats qui ont participé au sauvetage des quatre otages ont loué un appartement dans le camp de Nuziarat et ont vécu dans la zone plusieurs jours avant l’opération • Deux jours avant le sauvetage, ils ont tous quitté la zone, sauf quatre d’entre eux qui sont restés dans la zone d’observation • Dans l’appartement des trois personnes enlevées, les combattants ont été surpris par la présence de 30 terroristes | Le film de la guerre.

JDN

Les agents infiltrés sont entrés dans le camp de Nuziarat une semaine avant l’opération de sauvetage, y ont loué un appartement et ont parcouru sans crainte le marché central tout en collectant de précieuses informations.

Le British Jewish Chronicle publie de nouveaux détails sur les semaines de préparation précédant « l’Opération Arnon ». Selon l’enquête du journal britannique, les préparatifs de l’opération ont commencé il y a exactement un mois. « Le 12 mai, Israël a reçu des informations des services de renseignement sur la localisation de quatre otages dans la zone du camp de réfugiés de Nuziarat, dans la bande de Gaza. À partir de ce jour, chaque branche des services de renseignement israéliens s’est concentrée sur la zone 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour localiser l’emplacement exact. Une équipe d’« infiltrés » (unités assimilées aux populations locales pour recueillir des renseignements) y a été envoyée, principalement au marché local de Nuziarat. Leur rôle n’était pas seulement de recueillir des renseignements auprès des résidents locaux, mais également de vérifier les informations issues des enquêtes sur les terroristes capturés. En outre, des informations ont été recueillies grâce à l’observation aérienne et à d’autres moyens technologiques sophistiqués.

Après 19 jours de travail intensif de collecte de renseignements en coopération, les unités combinées ont réussi à collecter des informations solides et précises sur la localisation des otages israéliens. Il a été découvert que les otages étaient détenus dans deux bâtiments distincts situés dans le même quartier. Noa Argamani était détenue au premier étage d’un immeuble et trois autres otages se trouvaient dans un autre bâtiment, à 800 mètres, au troisième étage.

Afin de vérifier enfin l’information et de préparer le terrain pour l’opération, une autre équipe de soldats infiltrés (comprenant plusieurs femmes portant le hijab et de longues robes noires) a été envoyée au camp de réfugiés de Nuziarat. Se faisant passer pour deux familles gazaouies à la recherche d’une grande maison à Nuziarat, ils sont arrivés dans deux vieilles voitures bon marché chargées d’articles ménagers typiques des familles déplacées dans la bande, comme des matelas et des vêtements identiques à ceux des locaux.

Lorsque les habitants du camp de Nuziarat ont demandé aux infiltrés d’où ils venaient et ce qu’ils cherchaient à faire à Nuziarat, ils ont répondu qu’ils avaient fui Rafah à cause des « bombardements meurtriers de l’armée israélienne » et ont décidé de louer une maison dans la ville. Puis ils ont montré en exemple le bâtiment où était détenue Noa Argamani. Ils ont sorti face à l’un des habitants une grosse somme d’argent et lui ont proposé de payer trois fois le prix du loyer en vigueur. Les habitants ont accepté et, en trois heures, ils ont trouvé une grande maison dans la même rue où Argamani était détenue. Il se trouvait à seulement 800 mètres de l’endroit où étaient retenus les trois autres otages.

Quelques jours plus tard, après s’être installés dans la maison et avoir appris à connaître les environs, notamment en faisant des achats au marché local, et après avoir réalisé qu’ils n’éveillaient pas de soupçons, les agents d’infiltration ont commencé leur mission : vérifier le lieu où étaient détenues les personnes enlevées. Ils se sont divisés en deux groupes. Une équipe était composée de deux commandos, un homme habillé comme un habitant typique de Gaza et une femme vêtue d’une longue robe noire et d’un hijab. Ils ont commencé à marcher dans la rue en direction du centre médical Elouda où, dans un immeuble résidentiel situé à 200 mètres de l’hôpital, était détenue Noa Argamani.

Les infiltrés marchaient en toute confiance comme s’ils arpentaient  les rues de Tel-Aviv. Pour ajouter à leur authenticité, ils s’arrêtaient de temps en temps sur des stands situés au bord de la rue, manifestant leur intérêt pour les produits tout en se plaignant de la situation désastreuse à Gaza. Cela se fait dans un arabe courant avec un parfait accent de Gaza. Derrière eux marchaient quatre autres agents infiltrés, armés pour fournir du renfort au cas où une situation de type « Fauda » (de chaos inattendu) se produirait.

La deuxième équipe était composée de quatre femmes soldats habillées comme des femmes arabes typiques, portant des sacs en plastique remplis de produits alimentaires et de légumes. Elles ont marché par deux paires, vers un immeuble résidentiel voisin, où les trois otages étaient détenus au troisième étage. Derrière eux marchaient quatre autres agents infiltrés armés pour les soutenir le cas échéant.

Entre-temps, cinq autres membres de l’équipe d’infiltration sont restés dans la maison pour la garder et s’assurer que les équipes ne soient pas exposées et qu’aucune surprise problématique ne les attende.

Trois heures plus tard, à l’heure convenue, les deux équipes sont retournées à la maison louée et ont commencé à traiter les informations reçues. C’est désormais confirmé : les quatre otages étaient détenus dans deux maisons de familles gazaouies. Le commandant de la force a confirmé à Israël que les deux emplacements étaient exacts. »

Il est également indiqué dans la publication qu’à la fin de la collecte d’informations, des sessions de formation ont eu lieu pendant trois jours. A l’issue de ceux-ci, l’autorisation d’effectuer l’opération serait donnée.

Immédiatement après, le cabinet a décidé d’agir. 28 combattants du YMM ont commencé à s’entraîner sur deux modèles de bâtiments spécialement construits comme une copie parfaite des deux bâtiments où étaient détenues les personnes enlevées. Après trois jours d’entraînement, le commandant de la force a informé le chef d’état-major Herzi Halevi, qui a ensuite informé le ministre de la Défense, Yoav Galant, que la force était prête à mener l’opération. Le ministre de la Défense a soumis l’opération à l’approbation du Premier ministre Binyamin Netanyahu qui a approuvé l’opération.

Dans la nuit de jeudi 5 juin, les agents infiltrés qui se trouvaient dans le camp de Nuziarat ont reçu l’ordre de quitter la zone du camp de réfugiés sans éveiller les soupçons, quatre d’entre eux ont été laissés surveiller les bâtiments pour s’assurer que les personnes enlevées ne soient pas déplacées vers un autre endroit. Ce n’est qu’à ce stade que les hauts commandants israéliens et d’autres membres du cabinet ont été informés de l’opération.

Vendredi matin, les 28 commandos de l’unité YMM (forces spéciales de lutte antiterroriste) ont commencé à se diriger en deux équipes vers les deux bâtiments du camp de réfugiés de Nusairat. Pour conserver autant que possible l’effet de surprise, les combattants de l’unité voyageaient cachés dans deux camions.

Un peu avant 11 heures, les commandos arrivèrent au moment précis à proximité des deux cibles et attendirent l’ordre d’attaquer. Les observations et les mesures de surveillance technologique prises par les avions de Tsahal ont indiqué que la zone était « propre », sans aucun mouvement suspect à proximité des deux bâtiments. Les informations et la couverture en direct des ruelles et de la rue de 800 mètres de long qui séparait les deux bâtiments cibles ont été transférées directement sur les écrans de deux salles de commandement et de contrôle en Israël, à partir desquelles ils ont supervisé et commandé l’opération.

A 11h00 précises, les commandos ont reçu l’ordre d’avancer et ont pris d’assaut les deux bâtiments en même temps et en parfaite coordination, pour éviter que les terroristes ne mettent en danger les otages et l’ensemble de l’opération.

Les soldats israéliens ont éliminé les terroristes qui gardaient Noa Argamani et l’ont sauvée indemne de l’appartement en six minutes. Elle a ensuite été emmenée vers l’hélicoptère qui l’attendait et qui l’a immédiatement ramenée en Israël.

Mais si le sauvetage d’Argamani s’est déroulé sans problème, le travail de sauvetage des trois autres otages au troisième étage du deuxième bâtiment s’est compliqué. Ils ont été détenus au domicile du Dr Ahmed al-Jamal, un médecin membre du Hamas. Son fils, Abdullah, journaliste pour Al-Jazeera, a également séjourné dans l’appartement.

Certains membres du commando ont utilisé une échelle pour entrer directement dans la pièce où étaient détenus les trois otages. Cela s’est produit au moment même où le reste de la force est arrivé, qui montait les escaliers depuis l’entrée principale du bâtiment.

Cependant, l’équipe du commandant Arnon Zamora, qui a pénétré dans l’appartement à la tête de la force, a été confronté à des tirs massifs d’une trentaine de terroristes du Hamas qui se trouvaient dans l’appartement. Ils ont tiré à la mitrailleuse, lancé des grenades et certains ont même tiré des missiles à grenades propulsées par roquette. Les Israéliens furent surpris. Arnon Zamora a été blessé mortellement dans cet incident.

La présence de 30 terroristes dans l’appartement n’était pas connue des équipes d’infiltration qui ont transmis les informations sur l’emplacement des personnes enlevées en Israël. On suppose que les terroristes sont arrivés à l’appartement seulement le matin ou la veille, afin de renforcer la surveillance des trois personnes enlevées.

Malgré cela, les commandos israéliens expérimentés n’ont pas été découragés par la dangereuse surprise et ont continué à combattre les terroristes avec détermination à courte distance, et ont été rejoints par les autres combattants qui attendaient à l’extérieur de l’appartement. Les trois otages ont été contraints de se cacher dans la salle de bain de l’appartement, protégés par plusieurs combattants israéliens, pendant la bataille. Il n’y avait aucun moyen de quitter l’appartement en raison des tirs massifs et inattendus, car cela pourrait mettre les otages en danger.

Après une longue bataille en face-à-face, les Israéliens ont réussi à éliminer tous les terroristes présents dans l’appartement. Pendant ce temps, des dizaines de terroristes sont sortis des tunnels entourant le bâtiment et ont commencé à tirer sur les combattants israéliens avec des mitrailleuses et des missiles RPG. Les combattants ont commencé à sortir du bâtiment (certains portant Arnon Zamora sur une civière), à ​​traverser les ruelles enfumées et le marché voisin rempli de milliers de Gazaouis prêts à les lyncher. Les forces israéliennes ont tenté, sous des tirs constants, d’atteindre le véhicule de secours qui les attendait, mais celui-ci a été touché par deux missiles RPG.

Le commandant de l’opération en Israël a alors activé le « Plan B », le plan de sauvetage préparé à l’avance : une opération audacieuse sous le feu massif et très rapproché de l’ennemi, couvert par les tirs israéliens depuis le sol, depuis la mer et depuis les airs. Avec l’aide de chars, des centaines de soldats (des brigades d’infanterie et de parachutistes de Golani et Givati) ont pris d’assaut le camp de réfugiés à pied, livrant des combats face à face contre les terroristes du Hamas tandis que des navires de la marine les couvraient depuis l’ouest et des hélicoptères de l’armée de l’air de l’est. Des tirs aériens ont touché les terroristes à seulement dix mètres des soldats israéliens.

Les renforts et l’armée de l’air ont réussi à isoler le lieu de la bataille et à offrir une voie de fuite sûre à la force principale accompagnant les trois personnes enlevées. Au terme d’une bataille épuisante et continue, les combattants israéliens ont éliminé toutes les menaces armées sur le champ de bataille.

Après la bataille, les combattants ont conduit les trois personnes enlevées (qui ont gardé leur sang-froid tout au long du trajet) vers l’un des hélicoptères israéliens qui les attendaient et les ont transportés vers Israël. Pendant ce temps, les avions de l’armée de l’air bombardaient le bâtiment qui s’effondra en quelques secondes.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire