Le milliardaire Lev Levayov a décidé de fermer le centre commercial le Chabbath

2
877

Le rav Senir Goetta dans une histoire étonnante et audacieuse sur l’homme riche Lev Levayov, qui a acheté un célèbre centre commercial dans un quartier complètement laïc de Tel-Aviv et s’est retrouvé à défendre farouchement le Chabbat lors d’un procès avec le juge Aharon Barak.

Aroutz 2000

Voici ce qui s’est passé lorsque le milliardaire Lev Levayov a décidé de fermer le centre commercial le Chabbath…

Lev Levayov est un juif milliardaire qui fait de la charité dans le monde entier et aide des milliers de Juifs à travers le monde. Levayov ne cesse de lutter pour la Tora et le Chabbat. Ces dernières années, Lev Levayov a acheté le Ramat Aviv Mall, considéré comme un centre commercial prestigieux et luxueux, pour un coût astronomique d’environ 750 millions de dollars.

Suite à l’achat, un article sur le sujet a été publié dans le journal Globes, détaillant la réglementation spéciale que Lev Levayov a modifiée peu de temps après l’achat, alors que la première et principale réglementation sur laquelle Levayov a insisté était de fermer le centre commercial le Chabbat. Bien que le centre commercial soit situé dans un quartier complètement laïc de Tel-Aviv, et malgré les nombreuses célébrités qui le fréquentent, Lev Levayov a insisté pour fermer le centre commercial le Chabbat.

Suite à la décision, il a été convoqué au bureau du maire de Tel-Aviv à l’époque et a reçu de vives critiques sur la décision qu’il a prise, affirmant que Tel-Aviv est une « ville sans escale » et comment ose-t-il fermer un centre commercial entier le Chabbat ?! Au cours de la conversation, il a reçu des menaces selon lesquelles l’année prochaine, il ne recevrait pas de licence commerciale s’il continuait à fermer le centre commercial le samedi.

Mais Levayov n’a pas paniqué et a décidé de saisir la Haute Cour. Malgré sa situation financière permettant d’engager les meilleurs avocats, il a choisi de se représenter lui-même dans le procès devant l’équipe complète de la municipalité de Tel Aviv et a déclaré :  » Je n’ai pas d’avocats dans le monde, D’ est mon avocat. »

Aharon Barak, qui était le juge du procès de Levayov, a pointé sur lui un doigt accusateur  et a affirmé que dans un tel centre, il n’y a pas de religieux et orthodoxes, donc il n’y a pas de place pour la coercition religieuse et la fermeture du centre commercial le Chabbath. Lev Levayov a écouté calmement puis s’est tourné vers le juge et lui a raconté une histoire, au cours de laquelle Levayov a décrit un scénario hypothétique et a déclaré : « Imaginez Bill Clinton, le président des États-Unis vient visiter Israël. C’est un grand honneur d’accueillir le président en Terre sainte, des routes seront fermées spécialement pour lui et tout l’entourage se prépare à partir avec lui à Jérusalem. »

« Lorsque Clinton descend de l’avion, il tient en main une petite boîte emballée dans du papier cadeau. Pendant le trajet dans le véhicule spécial, alors qu’il est accompagné d’un convoi de voitures et d’une sécurité imposante, Bill Clinton décide soudainement de donner un ordre au chauffeur de changer d’itinéraire et de se rendre à une certaine adresse à Tel-Aviv. Personne ne s’attend à un tel changement, mais en quelques secondes, tout un ensemble de sécurité et d’escortes modifie l’itinéraire vers la destination tant attendue, en prévision de découvrir la raison pour laquelle Clinton veut venir à Tel-Aviv. »

« Et il arrive à votre adresse », poursuit Levayov, « Bill Clinton frappe lui-même à votre porte et dit qu’il est venu spécialement des États-Unis pour vous offrir un cadeau secret et précieux qui a été conservé dans un coffre-fort aux États-Unis. Bien sûr, le même cadeau, monsieur le juge, vous n’oserez pas offenser le président en lui-même avec mépris et le chasser de chez vous, n’est-ce pas ? C’est insultant et humiliant pour une personne très respectable comme le président ».

Après que le juge Barak ait été d’accord avec lui, Levayov a poursuivi et a déclaré: « C’est exactement ce que vous me demandez de faire, honorable juge. Le Tout-Puissant, le Roi des rois, m’a fait un cadeau en son honneur et en lui-même, quand il a dit à Moché rabbénou : « J’ai un bon cadeau dans mes trésors et c’est le Chabbat. » – D’ a fait au peuple d’Israël un cadeau inestimable et c’est notre précieux Chabbat, que nous devons respecter avec toute la vigilance. Moi, jeter le cadeau de mon cher Roi et de le rejeter avec dédain et mépris ? Si vous ne méprisez pas Bill Clinton, alors il est facile de distinguer le Seigneur, béni soit-Il, qui donne la vie au monde entier – je n’oserait pas le mépriser. Cela va à l’encontre de ma foi. »

Dans ce moment dramatique, le juge Aharon Barak a été étonnamment convaincu et a décidé que Levayov était autorisé à fermer son centre commercial le samedi. Et comme si cela ne suffisait pas, selon les données, le centre commercial appartenant à Lev Levayov est répertorié chaque année comme le plus rentable des centres commerciaux d’Israël. Même lorsqu’il a vendu plus tard le centre commercial, il s’est assuré de le vendre à une personne qui avait promis de fermer le Chabbat, car le Chabbat est la source de bénédiction pour les moyens de subsistance, la santé, la protection et tout les délivrances souhaitées.

2 Commentaires

Laisser un commentaire