Après une manifestation des « Drapeaux noirs », la municipalité de Tel-Aviv s’est retirée d’un accord avec une institution d’étude juive

0
143

Après que 30 militants de gauche aient manifesté devant « Ma’alé Eliyahou » à Tel-Aviv, la municipalité a décidé de revenir sur sa décision de donner à cette institution une structure alternative !

Hidabrouth – Naama Green

La municipalité de Tel-Aviv a annoncé cette semaine qu’elle se retirait d’un accord conclu entre elle et la Yechiva « Ma’ale Eliyahou » opérant dans la ville et qu’elle ne remplirait pas son obligation d’utiliser la synagogue « résidentielle » de la rue Kalaï pour cette institution, même si la municipalité a déjà évacué une parties des biens.

La raison du retrait de la municipalité de l’accord est une manifestation organisée par une trentaine de militants de gauche des organisations ‘Black Flags’ et ‘Crim Minister’ devant l’endroit où se trouve aujourd’hui cette institution, avec des pancartes indiquant qu’il y a pas de place pour une telle structure dans une ville libérale et qu’ils ne veulent pas être l’âne du Messie. Certains des manifestants portaient des masques d’âne. Devant eux se tenaient quelques habitants du quartier et anciens habitants de Tel-Aviv qui manifestaient en faveur du renforcement de la Yechiva dans la ville.

Entre autres choses, les manifestants ont affirmé que « la Yechiva et le noyau de la Tora qui opère autour d’elle vont changer le caractère de Tel-Aviv de l’intérieur en pénétrant et en s’installant dans tous les domaines de la vie, y compris en mettant un pied dans la municipalité, comme cela s’est produit dans d’autres villes laïques. » Le nombre de participants était très limité, mais comme mentionné, la municipalité a décidé de se retirer de ses engagements et de reconsidérer l’adéquation de la synagogue « résidentielle » pour la yeshiva, après que la synagogue de Bar Kochba avait déjà été évacuée.

La municipalité de Tel Aviv-Jaffa a répondu : « Après discussions et écoute de toutes les parties concernées, le maire a ordonné au comité local de planification de réexaminer le projet de déplacer ‘Ma’ale Eliyahou’ dans un bâtiment de la rue Kalaï, et de proposer des alternatives supplémentaires. »

Le maire par intérim de Tel-Aviv, Haim Goren, critique le groupe de manifestants venus manifester devant la Yechiva. « Ce n’est pas ma Tel-Avivianité », a-t-il écrit. « Récemment, les cas d’incitation et de préjudice envers le public traditionnel-religieux dans la ville de Tel-Aviv-Jaffa se multiplient. Certains des manifestants et des manifestations cherchent probablement une « vengeance », quelqu’un sur qui exprimer leur colère, et s’en prennent de manière répugnante et violente aux habitants traditionnels et religieux de la ville. Je ne veux pas citer ici ces « rêvasses » à la frontière de l’antisémitisme qui se font entendre des habitants, et malheureusement aussi de politiciens locaux qui recherchent un gain politique et pour lesquels ils sont prêts à se battre les uns contre les autres communautés qui vivent en bon voisinage depuis des décennies. »

Goren a ajouté : « En tout cas, je continuerai et ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour continuer à préserver le vrai caractère de cette ville ! Un caractère pluraliste et inclusif, qui donne de l’espace à tous les secteurs et à toutes les opinions. Et je vous promets donc – nous protégerons tous les lieux et institutions qui sont importants pour nous et chers à nos cœurs dans cette ville. Quiconque a un problème avec cela devrait chercher une autre ville ».

Le membre de la Knesset Matan Kahana du camp d’État a écrit sur Facebook : « Depuis près de 30 ans, Ma’ale Eliyahou est située dans la ville de Tel-Aviv, avec des centaines d’étudiants religieux nationaux de la Tora avant et après leur service militaire, qui sont également engagés dans des dons caritatifs et aident la communauté. Une Yechiva est un atout et une bénédiction pour toute ville juive en terre d’Israël.

« A la demande de la municipalité, la Yechiva a accepté de déplacer son siège avec la promesse qu’on lui donnerait une autre place (et une place a été trouvée à environ 500 mètres de la place actuelle). Lors d’une conversation avec l’adjoint au maire et membre du conseil, qui accompagne la Yechiva depuis des années, Haim Goren, j’ai appris que le projet de construction du nouveau bâtiment avait été gelé suite à une campagne lancée contre la Yechiva. Seigneur du monde, manquons-nous de guerres en nous-mêmes pour lesquelles nous nous battons aussi ? J’appelle le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, à ne pas nuire à la Yechiva et à trouver une solution appropriée pour son existence continue dans le centre de Tel Aviv. »

Le député Gideon Sa’ar a également répondu : « L’attaque contre « Ma’ale Eliyahou » à Tel-Aviv est une campagne de haine claire. Cette campagne est étrangère aux valeurs de tolérance et de pluralisme de la ville où je suis né, j’ai grandi et où j’habite. Sur la rue Dafna ou la rue Kalaï – Je viendrai prier pendant les fêtes. Israël ne dégénérera pas en une guerre fratricide ! »

Zvika Krauser, qui habite près de la Yechiva, a envoyé une lettre personnelle à d’autres habitants de la région dans laquelle il écrit : « Tous ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas religieux, ne porte pas de kippa, ne porte pas de payoth, un simple Juif. Il y a plus d’une décennie, alors que je quittais le complexe Weizman Hatzer pour les derniers achats avant Shabbat, je me suis effondré et j’ai perdu connaissance. Bref, un arrêt cardiaque aigu. Un manque d’oxygène pendant environ 7 minutes, 3 chocs de défibrillateur… Je vais abréger et dire qu’après environ 72 heures d’urgence, j’ai découvert que ce vendredi-là, environ deux heures après l’événement déterminant, des dizaines et peut-être des centaines de fidèles de la Yechiva ont prié pour la guérison de Zvi ben Yits’hak ».

Krauser a souligné qu’il appartenait au « centre gauche de la carte politique » et a ajouté : « Hier, il y a eu une manifestation laide et flagrante devant la Yechiva de la rue Henrietta Sold, pleine d’expressions de haine envers la communauté. La chose étonnante à propos de cet événement, c’est que je reconnais les visages des mêmes personnes, qui manifestent pour la démocratie tous les soirs, et sont venues démontrer ici tout le contraire. Je me tenais à l’écart, tenant une petite pancarte sur laquelle on pouvait lire « libre de haine – Ma’ale Eliyahou », portant un t-shirt « Paix maintenant démocratie maintenant ». J’ai été stupéfait par l’ignorance, l’hypocrisie et la haine, oui, la haine, de la part des manifestants. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire