Le PDG a soutenu une protestation contre Israël, puis son titre a commencé à chuter….

0
91

Le PDG de la société pharmaceutique américaine Hims & Hers, un Américain d’origine palestinienne, a appelé à soutenir les manifestants pro-palestiniens dans les universités et leur a même proposé un emploi. Mais les critiques ont ensuite commencé et le titre a chuté de 8 %. On ne sait pas s’il y a un lien entre les choses, mais hier il s’est empressé de préciser ses positions : « Mes paroles ont été mal comprises. Je m’oppose à la violence et prie pour la paix… »

Mako

Andrew Dudum (notre photo), fondateur et PDG de Hims & Hers, a surpris le monde des affaires en soutenant ouvertement et pleinement les manifestations anti-israéliennes sur les campus américains la semaine dernière. Cependant, la réaction violente, qui comprenait également des menaces de boycott, l’a amené à publier hier (dimanche) une déclaration selon laquelle ses propos « n’ont pas été compris ».

Dudum, un Américain de 35 ans d’origine palestinienne, a proposé des emplois aux manifestants qui craignent d’être boycottés par d’autres employeurs dans un message qu’il a publié sur X (anciennement Twitter). « Courage moral – diplôme universitaire », a-t-il écrit  mercredi. « Si vous protestez contre le génocide palestinien et l’arrêt des investissements en Israël, continuez, cela fonctionne. De nombreuses entreprises et PDG seraient heureux de vous embaucher, quel que soit le domaine dans lequel vous avez étudié ».

Les critiques ne se sont pas fait attendre. Les utilisateurs du réseau social n’ont pas tardé à annoncer qu’ils boycotteraient l’entreprise et vendraient les actions trouvées en leur possession. Beaucoup d’entre eux ont déclaré que les positions de Dudum nuisaient aux actionnaires.

Le titre Hims & Hers a en effet chuté de 8% depuis la déclaration de leur PDG, mais cette baisse a plusieurs explications. Premièrement, il est possible que les investisseurs se soient vengés de lui suite à sa déclaration. En revanche, la société a subi une baisse du cours de l’action au cours du mois précédant la déclaration de ce PDG, et une partie de la baisse du cours était due à la vente d’un grand nombre d’actions en une journée par l’un des dirigeants de la société.

Mais Dudum n’a pas attendu pour savoir ce que les parties allaient prouver. Hier, il a déjà publié un long article dans lequel il rétracte certaines de ses déclarations. « Ces derniers jours ont été un reflet décourageant de l’époque de division dans laquelle nous vivons », a écrit leur oncle. « Je souhaite clarifier certaines choses car certaines de mes déclarations ont été mal interprétées. »

Je ne tolère ni ne soutiens en aucun cas les actes ou les menaces de violence, d’antisémitisme ou d’intimidation et il n’y a absolument aucune justification à la violence sur nos campus. Chaque élève mérite de se sentir en sécurité sans craindre d’être blessé ou d’être ciblé pour ce qu’il est. Je suis profondément attristé…

– Andrewdudum (@AndrewDudum) 5 mai 2024

« Je ne soutiens en aucun cas la violence ou l’incitation à la violence, l’antisémitisme ou l’intimidation et rien ne justifie la violence sur nos campus », a-t-il poursuivi. « Chaque étudiant mérite de se sentir en sécurité sans craindre d’être blessé ou menacé en raison de son identité. Je suis très triste que mon soutien à une manifestation pacifique ait été interprété comme encourageant la violence, l’intimidation ou l’intolérance de toute sorte. »

Dudum, qui avait précédemment déclaré avoir des membres de sa famille à Gaza et en Cisjordanie, a fondé l’entreprise en 2017. Né et élevé à San Francisco, il a fréquenté la Wharton School of Business de l’Université de Pennsylvanie, mais n’a pas obtenu de diplôme.

Dans le message qu’il a publié, Dodum a clairement indiqué qu’il continue de soutenir la liberté d’expression. « Des générations d’Américains ont participé à des manifestations non-violentes et ces mouvements ont conduit à certains des changements les plus importants de l’histoire », a-t-il écrit.

Il a ajouté qu’il apprécie profondément les différentes opinions, car ses enfants sont à la fois des descendants de réfugiés palestiniens et des descendants de survivants de l’Holocauste qui ont fui la Pologne. « J’espère et je prie pour la paix et la fin de la violence partout. »

Dudum a joint un lien vers un message qu’il a écrit en novembre, dans lequel il qualifie d’une part le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre d’acte horrible et précise qu’il s’agit pour lui d’une attaque terroriste contre des civils innocents, et d’autre part appelle les propriétaires d’entreprises à ne pas soutenir Israël sans réserve compte tenu de la mort de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire