Le professeur qui a grandi dans les fiefs de la gauche partage le processus de « désenchantement » qu’il traverse

3
572

Le professeur Moshe Cohen-Alia, qui a occupé diverses fonctions dans les bastions de la gauche radicale juridique, partage ses sentiments sur la « prise de conscience » dont il fait l’objet depuis la réforme juridique jusqu’au changement de perspective avec le exécution de l’horrible massacre perpétré par le Hamas dans les colonies environnantes.

JDN

Le professeur Moshe Cohen-Alia a grandi dans les bastions de la gauche progressiste en Israël, à l’époque de la réforme juridique que tentait de promouvoir le ministre de la Justice Yariv Levin et entamait un processus qu’il qualifie de « désenchantement ».

Cohen-Alia est professeur de droit constitutionnel et a auparavant été président du Centre académique de droit et de commerce. Il a travaillé au sein de l’Association des Droits Civiques, identifiée comme une organisation d’extrême gauche, et s’est également spécialisé au sein du Département des Hautes Cours du Bureau du Procureur.

Dans un long tweet sur son compte X, il détaille tout le processus et ce qui l’a amené à changer de position et à passer spécifiquement aux positions du camp de droite actuellement pendant la guerre. Il écrit ses propos en tant que personne connaissant bien les systèmes d’application de la loi en Israël et ayant personnellement expérimenté le fonctionnement du système juridique en Israël.

« On me demande constamment si j’ai changé de camp. La réponse est donc « oui » sur deux questions fondamentales », écrit le professeur Cohen-Alia. « En ce qui concerne la crise constitutionnelle, j’ai été désillusionné parce que j’ai compris quelles sont les forces à l’œuvre qui ont bloqué la possibilité de parvenir à des accords constitutionnels et de stabiliser la société israélienne en 2023. »

« En tant que personne qui a été activement impliquée dans les démarches qui ont précédé les négociations à la Maison du Président et en tant que personne qui a suivi de près les développements, je peux dire sans équivoque que celui qui a bloqué la possibilité de parvenir à une véritable ébauche libérale-démocrate (les deux-tiers dans la première réponse) était l’élite juridique (le forum des conférenciers, l’Institut, le Conseil israélien pour la démocratie, les juges à la retraite, etc.) tout en s’appuyant sur les médias et les baïonnettes des milices de la Confrérie des Armes et leurs semblables qui a menacé d’effondrer l’armée en « cessant le volontariat » de plus de 10.000 réservistes, pour la plupart dans des unités d’élite.

« Sous mes yeux, j’ai vu qui était le coupable : la gauche et la contestation sont coupables de l’absence d’accord. J’ai compris que ces élites craignent le règne des « babouins » et s’efforcent constamment de conserver autant de pouvoir que possible pour elles-mêmes, principalement par le biais de la Cour suprême. »

« Le comportement irresponsable et malhonnête du forum des professeurs de droit et le blocage de la possibilité de parvenir à des accords libéraux-démocrates indiquent pour diverses raisons. »

« Le 7 octobre, j’ai été déçu mes rêves illusoires de paix avec les Palestiniens, dont la grande majorité soutient les actes barbares de massacre de plus d’un millier de Juifs, d’assassinats de familles, d’enfants et de bébés, et de décapitations. Il me semble que nous comprenons tous qu’avec des gens qui sont dans une extase psychédélique en voyant le corps d’une femme juive traîné dans les rues de Gaza, et au son de la jubilation des barbares là-bas, ce n’est pas possible, certainement pas à ce stade, pour parvenir à des accords qui nous permettent de vivre en paix dans cette zone dangereuse. »

« Il me semble que toute personne raisonnable comprendrait que s’engager maintenant en faveur d’un État palestinien comme le souhaitent Biden et ses partisans en Israël, c’est une anarchie sans précédent. Nous ne voulons pas d’un raid similaire de gens de cet ordre vers les kibboutzim de la vallée de Jezreel ou vers les colonies de la vallée de ‘Hefer, avec un autre massacre de masse, qui pourrait être plus grand que celui du 7 octobre. Être modéré, c’est être modéré, conscient de la réalité. Il est utile d’être conscient de la réalité, de cette façon vous pouvez identifier le problème, ceux qui en sont responsables et la réclamation qui doit être présentée pour corriger le fait de nommer, de blâmer, de revendiquer ».

« Dans un certain sens, dira le prétendant, je suis un peu comme le Woke, qui appelle également les citoyens opprimés du monde à « se dégriser » et à reconnaître les structures d’injustice identitaire dans la société occidentale. Je ne prétends pas que les gens du woke se trompent nécessairement dans l’identification des problèmes, mais la manière dont ils dictent les solutions est la plus dangereuse – en s’emparant des institutions (La Longue Marche vers les Institutions) comme moyen de changer le paysage culturel, l’hégémonie au sens de Gramsci, en utilisant des manipulations psychologiques du type des « Nudges », et en utilisant l’outil de « délégitimation » pour faire taire tout récit ou solution contraire à la réalité.

« Les moyens utilisés par Woke pour faire face à la réalité rappellent les idées de la Révolution culturelle de Mao Zedong. Herbert Marcuse, le père spirituel des approches Woke, admirait les mouvements de Mao Zedong, comme une réalisation correcte des principes marxistes, et ce à la lumière de sa déception face à l’échec du communisme soviétique, qui se concentrait uniquement sur les moyens de production et non sur les moyens de production. culture. Marcuse pensait que la bonne façon de parvenir à la transformation sociale et à l’élimination de l’oppression sociale passait par le changement culturel, qui implique la prise en charge des institutions culturelles – telles que les écoles, l’académie, les médias et la famille, et ce afin de changer la  » fausse conscience » dans laquelle existent les opprimés.

« Voilà à quoi ressemble une société qui marche vers un autoritarisme juif « libéral ». Entre 50 et 100 millions de Chinois ont été tués lors de la Révolution culturelle de Mao Zedong. C’était le prix de ce totalitarisme culturel. En d’autres termes, le simple fait d’être « modéré » face à la réalité ne signifie pas qu’il y a un accord sur les moyens de correction. D’une manière ou d’une autre, le « désenchantement » est devenu un mot péjoratif. Mais la vérité est qu’il faut condamner celui qui refuse de regarder la réalité, parce qu’il a peur des conséquences sociales et de la condamnation sociale qu’on attend de lui dans son camp, il doit être l’exception à la règle, parce qu’il est un lâche. « .

« Le discours sur le « désenchantement » existe surtout à l’ère du changement hégémonique, auquel nous assistons en Israël. Le récit opposé (par exemple celui de Channel 14) attire de plus en plus de gens qui voient la réalité d’une manière alternative. Je peux comprendre que l’élite s’inquiète de perdre le contrôle et le pouvoir. Mais la peur est un facteur paralysant. Il faut utiliser l’esprit créatif et arrêter de voir dans l’autre côté une bande de gens messianiques et dangereux qui, dès qu’ils prendront le pouvoir, placeront tous les « babouins » dans les centres de pouvoir aux dépens des vieilles élites.

« Les anciennes élites devraient rechercher des accords et ne pas les bloquer automatiquement. Et s’ils ne le font pas, leur situation et celle de l’État d’Israël ne feront qu’empirer. Rappelez-vous : des recherches sur le domaine de la polarisation ressortent un constat sans équivoque : que nous avons tendance à attribuer à l’autre partie des intentions malveillantes, bien au-delà des véritables intentions de l’autre partie. Pensez-y ».

 

 

3 Commentaires

  1. Le Hamas est une organisation nazie. Et une large partie des Ghazaouis en font partie puisqu’ils soutiennent les atrocités génocidaires qu’il soutient. Aucune coexistence possible avec ces barbares. Mais n’est-ce pas également le cas du NFP et de ses électeurs ? Quiconque soutient un tel mouvement d’extrême droite islamonazie doit être tenu pour moralement complice des atrocités commises par les Islamistes à la frontière de Gaza mais également en Europe. Le supplice de Lola me fait toujours penser à celui des enfants Israëliens, et réciproquement. Les supporters des partis occidentaux pro Hamas (au moins un tiers des électeurs francais, toutes origines et tous milieux confondus !…) sont eux aussi des barbares. Respirer le même air qu’eux me rend malade.

Laisser un commentaire