Le témoignage d’une otage en France : enlevée par des civils armés et vendue au ‘Hamas !

0
318

Une otage libérée a déclaré qu’elle avait été enlevée par des civils armés et vendue au ‘Hamas. En tournée en Europe pour sensibiliser le public au sort des personnes enlevées, Nilly Margalit a déclaré à un magazine français qu’elle avait utilisé son expertise d’infirmière pour soigner d’autres personnes dans des conditions terribles.

Be’hadré ‘harédim

Une Israélienne kidnappée lors de l’attaque terroriste du 7 octobre a déclaré lundi dans une interview qu’elle avait été enlevée par des civils palestiniens armés qui l’avaient ensuite vendue au groupe terroriste du Hamas qui contrôle Gaza.

Nili Margalit a raconté au magazine français « Le Point » l’enfer qu’elle a vécu le jour où environ 1 200 Israéliens ont été massacrés et 253 enlevés à Gaza.

Margalit a partagé son histoire à Paris dans le cadre d’une tournée à travers l’Europe visant à sensibiliser le public au sort des 133 Israéliens toujours en captivité.

Margalit résidait chez elle au kibboutz Nir Oz, à la frontière de Gaza, lorsque des milliers de terroristes palestiniens ont franchi la frontière peu après l’aube du 7 octobre.

Vers 9h00, des terroristes sont entrés par effraction dans la maison de Margalit, ont pillé les pièces et incendié le bâtiment. Ils l’ont rapidement trouvée cachée dans le mamad (pièce renforcée). Il n’était pas verrouillé, ce qui permettait aux terroristes de l’ouvrir facilement. La porte déverrouillée lui a peut-être sauvé la vie. « Ceux qui se barricadaient sont morts parce que les terroristes ont tiré sur les portes et y ont incendié », a-t-elle expliqué. Dans le cas de Margalit, les terroristes ont simplement ouvert la porte de la chambre et l’ont kidnappée.

Margalit, 42 ans, a été traînée dehors et recouverte d’un drap blanc alors qu’elle était entourée de « citoyens armés de kalachnikovs ». Elle a été forcée de monter dans une voiture et conduite jusqu’à la frontière sud, puis de là, elle a été mise dans une voiture et conduite jusqu’à la ville de Khan Yunes à Gaza.

« Là-bas, ses ravisseurs brutaux « ont négocié avec le Hamas pour me vendre. Une fois payés, ils m’ont emmenée directement dans un tunnel », a-t-elle déclaré.

Au départ, Margalit a été emmenée avec une trentaine d’autres personnes, dont beaucoup étaient des amis et des voisins de Nir Oz.

« Les hommes avaient le visage enflé et les jambes blessées après avoir été traînés sur une moto », a-t-elle expliqué.

Les personnes enlevées ont été divisées en petits groupes, dont un composé de personnes âgées de plus de 70 ans. « J’ai mentionné que j’étais infirmière aux urgences », a déclaré Margalit.

Finalement, elle a été placée dans une petite pièce avec environ 12 autres personnes, sous la surveillance de quatre gardes. Blottis les uns contre les autres, ils recevaient quotidiennement de petites rations de riz et de pain qui causaient des problèmes d’estomac à certains des otages.

« Certaines des personnes enlevées n’avaient ni lunettes, ni appareils auditifs, ou souffraient d’un manque d’oxygène. J’étais leurs yeux et leurs oreilles pour qu’elles puissent se frayer un chemin dans les tunnels », a-t-elle expliqué.

Margalit a pris soin d’elle grâce à des exercices de yoga. Elle s’est occupée des autres personnes enlevées, notamment des adultes ou de ceux qui avaient besoin de médicaments.

L’un des ravisseurs a demandé une liste des médicaments dont il avait besoin, mais les médicaments arrivés n’étaient pas suffisants.

« Au début, je me suis dit que cela ne durerait que deux jours. Puis j’ai réalisé qu’Israël ne paierait jamais cher pour autant d’enlèvements. Cela a déprimé certains d’entre nous. Nous avons dû endurer psychologiquement. Aider les autres était ma façon de survivre. »

Margalit a déclaré que les personnes enlevées n’étaient pas au courant de ce qui s’était passé le 7 octobre au-delà de leurs enlèvements personnels.

Elle a finalement été libérée de Gaza le 30 novembre 2023. « Un garde est venu me chercher, m’a pointée du doigt et m’a dit : « Vas-y, vas-y » et ne m’a pas laissé le temps de dire au revoir aux autres personnes enlevées avec qui j’ai été enlevée. »

Après son retour en Israël, des membres de sa famille et des amis lui ont rendu visite à l’hôpital où elle se rétablissait et l’ont lentement informée de ce qui s’était passé le 7 octobre. Un jour après sa libération, l’armée israélienne a confirmé la mort de son père, Eliyahou Margalit, dont le corps se trouve à Gaza.

Margalit s’est désormais lancée dans une tournée européenne pour faire campagne en faveur du sort des personnes encore enlevées. « La libération des personnes enlevées est la clé pour mettre fin à cette guerre », a-t-elle déclaré. Quant à elle, elle a déclaré : « Ma rééducation commencera le jour du retour des personnes enlevées. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire