Levin sur la possibilité que la Haute Cour rejette la réforme : « Nous ne l’accepterons pas »

0
119

Le ministre de la Justice Levin a fait référence à l’assouplissement de la réforme juridique et a déclaré: « Je dois dire que je ne le vois pas comme un compromis, je le vois simplement comme faire la bonne chose. » Concernant la possibilité que la Haute Cour rejette les lois de réforme, Levin a déclaré: « Nous n’accepterons pas cela. Ce serait franchir une ligne rouge absolue ».

Be’hadré ‘Harédim – Avihai ‘Ami

Le vice-Premier ministre et ministre de la Justice Yariv Levin a été interviewé ce soir (lundi) par la chaîne 14 et a commenté l’assouplissement de la réforme juridique. Levin a déclaré : « Je dois dire que je ne le vois pas comme un compromis, je le vois simplement comme faire ce qu’il faut. Quand j’ai commencé avec la réforme, j’ai dit clairement – il y a des choses qui doivent être faites, mais que nous sont ouverts aux critiques. »

Levin a énuméré les principes sur lesquels se tenait la coalition en matière d’élection des juges: « Premier principe – une majorité pour la coalition au sein du comité. Ceci est respecté dans le libellé de la loi qui sera adoptée en troisième lecture la semaine prochaine. Un autre principe – la fin du veto des juges qui leur permettait d’empêcher totalement la nomination d’un juge à la Cour suprême qui ne serait pas issu de leur milieu ».

« Pour la première fois, la coalition aura la possibilité à chaque mandat de nommer deux juges sans droit de veto et sans possibilité d’empêcher la nomination – cela apportera la diversité que nous souhaitons à la Haute Cour. Troisième principe – la révocation des représentants de l’Ordre des avocats du comité, qui ont toujours travaillé avec les juges dans un conflit d’intérêts total », a-t-il déclaré.

Levin a ajouté: « La quatrième chose – nous avons mis fin au système d’ancienneté. La commission doit choisir le président de la Cour suprême de telle manière que les juges n’ont pas décidé qu’il serait président mais quelqu’un qui serait acceptable pour nous en tant qu’élus ayant reçu un mandat. Toutes ces choses sont les principes de base de la réforme. »

Le ministre de la Justice a expliqué pourquoi la coalition devait apporter des modifications au canevas et a déclaré : « L’affirmation des opposants à la réforme selon laquelle avec une majorité de coalition, il est possible de nommer un nombre illimité de juges et nous serons dans une situation où une certaine coalition aura également le contrôle exclusif de la Cour suprême – et les trois autorités seront transformées en une seule autorité. Cette revendication peut éventuellement conduire à une crise constitutionnelle. »

Selon lui, « C’est une affirmation qui ne peut être ignorée, une telle chose ne peut pas exister dans un pays démocratique, donc ce que nous avons fait – nous avons répondu à cette préoccupation. A chaque mandat, la coalition pourra nommer deux juges par l’intermédiaire de son majorité – et ensuite un consensus plus large est nécessaire. » Levin a ajouté que « dans ce processus sur plusieurs années, nous arriverons à une Cour suprême équilibrée et diversifiée ».

Levin a également déclaré: « Notre objectif est de diversifier le système judiciaire, de l’équilibrer. Le but n’est pas de prendre le relais et de ne pas essayer de rendre le système judiciaire politique ou des choses de cette nature. La plupart de ces intimidations qui se font entendre sont vraiment sans aucun fondement. »

Cependant, il a noté qu' »il y a des préoccupations qui ont du vrai en elles. Toute la sagesse ne se trouve pas au même endroit, parfois des commentaires corrects sont entendus et quand il y en a – je n’hésite pas à me lever et à regarder droit devant et à dire – oui , il y a de la sagesse dans ces choses et nous devons faire la correction, et c’est ainsi que nous pratiquons tout le temps. Cette réforme est bonne pour tous les citoyens d’Israël. »

En continuant à promouvoir la réforme, Levin a déclaré : « Je m’engage à mener à bien la réforme dans son intégralité et selon les principes de base que j’ai établis au début de cette entreprise. Nous adopterons la loi concernant le comité de sélection des juges d’ici la fin de cette session. Nous serons dans une réalité complètement différente du système judiciaire dans moins de deux semaines ».

Selon lui, « Après le vote de cette loi, il y aura une petite pause – 30 jours, après quoi nous continuerons et ferons avancer la législation sur les autres volets de la réforme. Je dois dire franchement – lors des négociations de coalition, j’ai plaidé avec les chefs des partis pour achever rapidement les négociations car je savais que ces deux mois qui ont été perdus dans les négociations, il nous faudra maintenant beaucoup de temps pour achever des volets supplémentaires de la réforme lors de cette session. »

Il a ajouté: « Il était impossible de faire les choses plus rapidement parce que nous adhérons à une procédure ordonnée. Tout le monde comprend qu’avec des lois aussi importantes, il est bon que les choses soient ainsi, alors je dis de la manière la plus claire – immédiatement après le jour de l’indépendance, nous renouvellerons et continuerons à promouvoir les éléments que nous n’avons pas gérés ».

Concernant la possibilité que la Haute Cour rejette les lois de réforme, Levin a déclaré qu’il ne fait aucun doute que le changement que nous avons apporté empêche toute véritable revendication qui pourrait produire une crise constitutionnelle car il est tout à fait clair que la seule revendication qui pourrait tenir dans cette affaire, qu’une coalition aléatoire s’empare du système judiciaire – cela ne peut plus exister dans le nouvel amendement ».

« Par conséquent », a-t-il déclaré, « il n’y a aucune justification à une telle chose. Ce serait franchir une ligne rouge – ce que nous n’accepterons pas. J’espère qu’une fois la loi adoptée et qu’il sera clair que nous avons agi attentivement et mis en œuvre le mandat que nous avons reçu du public sans crainte et sans qu’il nous menace ou essaie de contrecarrer la législation par toutes sortes de moyens illégaux – cette décision démocratique sera respectée et nous aurons une méthode équitable pour élire les juges ».

Concernant les informations selon lesquelles Gallant aurait menacé de démissionner, Levin a déclaré : « Le Likoud est un mouvement démocratique, aujourd’hui encore, nous avons tenu une longue réunion de faction et discuté de l’approbation du projet de loi dans sa version finale – qui a été acceptée à une énorme majorité, ce qui montre que nous avons fait la chose juste et vraie qui est acceptée de bout en bout par tous les rangs de la faction du Likoud. »

Selon lui, « il y avait un certain nombre de députés qui pensaient qu’il fallait aller vers de tels arrangements et d’autres compromis, qu’il fallait au moins faire preuve de bonne volonté même si l’autre partie n’avait pas un tel désir. Je n’ai pas entendu parler de Gallant menaçant de démissionner. »

A la fin de l’interview, Levin a évoqué la frustration des partisans de la réforme : « Je suis conscient du fait qu’on s’attend à ce que les juges soient nommés d’aujourd’hui à demain et que tout se mette en place pacifiquement, mais la vie est bien sûr un peu plus complexe dans cet aspect. Il faut se rappeler – les deux premières places qui se libèrent sont en octobre, la troisième place –  dans un an et demi, tandis que la quatrième place dans seulement deux ans et demi. Nous n’avons pas tout en main, croyez-moi. Je ne renoncerai pas à quelque chose d’essentiel et de nécessaire. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire