L’ultimatum de Gantz : six objectifs, trois semaines ; le Premier ministre : « Répondez à 3 questions »

2
395

Dans une déclaration aux médias ce soir (annoncée pendant Chabbath), Benny Gantz menace de quitter le gouvernement et d’amener le pays à des élections tout en accusant le Premier ministre de considérations politiques et de s’engager dans la guerre. Le bureau de Netanyahou a demandé au ministre Gantz de répondre à trois questions. En effet, peu de temps après, Gantz a envoyé sa réponse.

JDN – Zeèv Gour Arié – Photo : Elad Malka

Le président du camp étatique, le ministre Benny Gantz, a prononcé ce soir un discours politique cynique dans lequel il a menacé le Premier ministre de dissoudre le gouvernement et d’organiser des élections s’il ne répondait pas à ses exigences décisives d’ici le 8 juin, dans trois semaines.

Gantz, qui ne cesse d’accuser le Premier ministre de mener la guerre sur la base de considérations politiques, menace ce soir de renverser le gouvernement même si cela ne dépend pas de lui. Toutefois, même sans lui, le gouvernement compte 64 mandats.

Des sources de droite accusent Gantz et affirment que les bouleversements dans la guerre et l’hostilité des États-Unis résultent de ses actions et de la pression qu’il exerce sur le gouvernement. Le Premier ministre a répondu peu de temps après à ses propos et a précisé qu’il n’était pas prêt à se conformer à ces exigences.

Au début de son discours, Gantz a tenté d’expliquer pourquoi il s’était comporté de manière irresponsable en faisant sortir les différends des cabinets ministériels à l’attention du grand public et a déclaré : « Il est de mon devoir de dire la vérité au public après l’avoir dit à maintes reprises dans des salles closes – des considérations personnelles et politiques ont commencé à pénétrer dans le saint des saints de la sécurité d’Israël. »

Il a également déclaré : « Pour que nous puissions lutter côte à côte, le cabinet de guerre doit formuler et approuver d’ici le 8 juin un plan d’action global avec six objectifs : le retour des personnes enlevées, la démobilisation du Hamas et la démilitarisation de Gaza, déterminant une alternative de gouvernement, le retour des habitants du nord d’ici le 1er septembre, promouvant la normalisation et l’adoption des grandes lignes du service israélien. »

Gantz s’est tourné vers Netanyahou et a déclaré : « Vous devez choisir entre la victoire et le désastre. Si vous choisissez de conduire la nation vers l’abîme, nous nous retirerons du gouvernement, nous nous tournerons vers le peuple et formerons un gouvernement capable d’apporter une véritable victoire. »

Selon Gantz : « Récemment, quelque chose s’est mal passé. Des décisions essentielles n’ont pas été prises. Les actes de leadership nécessaires pour assurer la victoire n’ont pas été accomplis. Une petite minorité s’est emparée de la passerelle de commandement du navire israélien et le conduit vers un mur de rochers. Je suis venu ici aujourd’hui – pour dire la vérité. Et la vérité est dure : alors que les soldats israéliens font preuve d’une bravoure suprême sur le front, certains des hommes qui les ont envoyés au combat se comportent avec lâcheté et irresponsabilité. »

« Alors que dans les tunnels sombres de Gaza, les personnes enlevées traversent l’agonie de l’enfer – il y a ceux qui se livrent à la vanité. Tandis que le peuple israélien se dépasse, certains hommes politiques pensent à eux-mêmes. Des considérations personnelles et politiques ont commencé à pénétrer dans le saint des saints de la sécurité d’Israël. »

Gantz, qui, selon lui, est net de toute considération politique, a lancé à Netanyahou un ultimatum en six points et a clairement indiqué que s’il ne répondait pas à ses exigences, son parti se retirerait du gouvernement dans trois semaines.

Les objectifs de Gantz sont les suivants :

1. Ramener chez elles nos personnes enlevées.

2. Renverser le pouvoir du Hamas, annexer la bande de Gaza et assurer le contrôle de sécurité israélien.

3. Tout en maintenant le contrôle de la sécurité israélienne, établir une administration américano-européenne-arabe qui gérera civilement la bande de Gaza et jettera les bases d’une future alternative qui ne sera ni le Hamas ni Abbas.

4. Ramener les habitants du nord dans leurs foyers d’ici le 1er septembre et restaurer le Néguev occidental.

5. Promouvoir la normalisation avec l’Arabie Saoudite dans le cadre d’une démarche globale qui créera une alliance avec le monde libre et le monde arabe contre l’Iran et ses affiliés.

6. Adopter un plan de service national qui permettra à tous les Israéliens de servir l’État et de contribuer à l’effort national suprême.

Gantz a lancé un appel personnel au Premier ministre et a déclaré : « Premier ministre Netanyahou, je vous regarde dans les yeux ce soir et je vous le dis : le choix est entre vos mains. Après vous avoir parlé encore et encore, le moment de vérité est arrivé. L’heure de la décision est venue. Je vous connais depuis de nombreuses années en tant que leader et patriote israélien : vous savez très bien ce qu’il faut faire. Le Netanyahou d’il y a dix ans aurait fait le bon choix. Êtes-vous capable de faire ce qui est juste et patriotique, même aujourd’hui ? Le peuple d’Israël vous regarde. Vous devez choisir entre le sionisme et le cynisme, entre l’unité et le factionnalisme, entre la responsabilité et l’anarchie – et entre la victoire et le désastre.

« Si vous préférez le national au personnel et choisissez de suivre les traces de Herzl, Ben Gourion, Begin et Rabin, vous nous trouverez partenaires dans la lutte. Mais si vous choisissez de suivre la voie des fanatiques et de conduire la nation entière vers l’abîme, nous serons obligés de démissionner du gouvernement. Nous nous tournerons vers le peuple et établirons un gouvernement qui gagnera sa confiance. Nous établirons un gouvernement basé sur une large unité, qui apportera une véritable correction et une victoire.

Et à vous, citoyens d’Israël, je vous le dis ce soir : ne perdez pas espoir. Certes, des jours difficiles nous attendent. Nous sommes confrontés à des défis comme nous n’en avons pas connu depuis la guerre d’indépendance. Mais nous sommes un peuple fort. Nous sommes un peuple merveilleux. Et celui qui a vaincu Pharaon, Titus et Hitler vaincra également Sinwar, Nasrallah et Khamenei. »

Réponse du Premier ministre Netanyahou au discours de Gantz :

La réponse du bureau du Premier ministre au discours de Gantz ne s’est pas fait attendre : « Pendant que nos combattants héroïques se battent pour détruire les bataillons du Hamas à Rafah », a déclaré le bureau du Premier ministre, « Ganz choisit plutôt de lancer un ultimatum au Premier ministre que de lancer un ultimatum au Hamas.

« Les conditions posées par Benny Gantz sont des mots ratés dont le sens est clair : la fin de la guerre et la défaite d’Israël, l’entrave à la libération de la plupart des personnes enlevées, le maintien du Hamas intact et la création d’un Etat palestinien. Nos soldats ne sont pas tombés en vain et certainement pas dans le but de remplacer le Hamastan par le Fatah Hastan.

« Si Gantz préfère l’intérêt national et ne cherche pas d’excuse pour renverser le gouvernement, qu’il réponde aux trois questions suivantes :

1 – S’il est prêt à achever l’opération à Rafah pour détruire les bataillons du Hamas, et si oui, comment est-il possible qu’il menace de démanteler le gouvernement d’urgence au milieu de l’opération ?

2 – Est-il opposé au contrôle civil de l’Autorité palestinienne à Gaza, même sans Abbas ?

3 – Est-il prêt à accepter un État palestinien à Gaza et en Judée-Samarie dans le cadre du processus de normalisation avec l’Arabie Saoudite ? »

La position du Premier ministre sur ces questions fatidiques est claire : le Premier ministre Netanyahou est déterminé à éliminer les bataillons du Hamas, il s’oppose à l’introduction de l’Autorité palestinienne à Gaza et à la création d’un État palestinien qui sera inévitablement un État de terreur.

Le Premier ministre Netanyahou pense que le gouvernement d’urgence est important pour atteindre tous les objectifs de la guerre, y compris le retour de toutes nos personnes enlevées, et il attend de Gantz qu’il clarifie ses positions au public sur ces questions.

Le cabinet du ministre Gantz a donné une réponse au Premier ministre :

1. « Si le Premier ministre avait écouté Gantz, nous serions entrés à Rafah il y a des mois et aurions terminé la mission. Nous devons l’achever et créer les conditions nécessaires.

2. L’Autorité palestinienne ne sera pas en mesure de contrôler Gaza, contrairement à d’autres éléments palestiniens – seulement si nous obtenons le soutien des pays arabes modérés et le soutien américain pour cela. Le Premier ministre devrait s’attaquer à ce problème et ne pas saboter ces efforts.

3. Comme Gantz l’a dit dans son discours, il n’y a aucune intention de créer un État palestinien, et ce n’est pas l’exigence des Saoudiens. Gantz, contrairement à Netanyahou, n’est pas revenu à Hébron et n’a pas annoncé son soutien à la solution à deux États à Bar Ilan.

4. Si le gouvernement d’urgence est important pour le Premier ministre, il doit mener les discussions nécessaires, prendre les décisions qui s’imposent et ne pas traîner les pieds par peur des extrémistes de son gouvernement. »

Le vice-ministre du parti Noam, le député Avi Maoz, a répondu aux propos de Gantz : « La sécurité d’Israël doit passer avant tout et non la dissolution du gouvernement avant tout. J’appelle Benny Gantz à faire passer la sécurité d’Israël avant la politique et les désirs personnels. »

Le président du sionisme religieux, le ministre des Finances Bezalel Smotrich, en réponse à la déclaration de Gantz : « Mon fils, les bouleversements dans la guerre sont à cause de vous et de vos membres du Cabinet de la Conception qui, même après le 7 octobre, continuent à faire pression pour arrêter la guerre et établir un État palestinien sous la pression américaine.

« L’État d’Israël gagnera avec Gantz ou sans lui grâce aux combattants héroïques et au peuple d’Israël. J’appelle le Premier ministre à prendre une décision stratégique sur le contrôle total de Gaza par Israël et à décider qu’à partir de maintenant nous n’arrêterons pas nos forces à Rafah, au centre et au nord de la bande de Gaza jusqu’à ce que tous les objectifs de la la guerre sont accomplies : la destruction du Hamas, le retour des personnes enlevées et l’élimination de la menace, tant au sud qu’au nord, contre le Hezbollah.

Le ministre Itamar Ben Gvir en réponse au discours de Gantz : « Benny Gantz est un petit leader et un grand accroche-regard qui, dès le premier moment de son entrée au gouvernement, a été principalement impliqué dans les tentatives de démantèlement de celui-ci. Ses voyages à Washington pour des discussions contre la position du Premier ministre (et à la suite de ces discussions, l’administration est devenue hostile) n’étaient qu’une petite partie de sa subversion.

L’homme qui a accueilli Abou Mazen chez lui, fait venir des travailleurs de Gaza, a dirigé l’accord de cession de gaz avec le Liban, a supprimé les barrières de sécurité essentielles aux États-Unis et mis en danger les soldats Golani « par souci pour les Palestiniens », est le dernier qui peut proposer des alternatives de sécurité.

Celui qui a proposé aux orthodoxes des accords sur une loi de conscription en échange de la dissolution du gouvernement et qui scande maintenant des slogans sur la responsabilité est un hypocrite et un menteur.

Le moment est venu de démanteler le cabinet conceptuel et de changer de politique pour une politique déterminée, puissante et décisive. »

Un membre du parti de Gantz, l’ancien président de la droite d’État, le député Gideon Sa’ar, a également déclaré en réponse à la déclaration du ministre Gantz : « Quand je me suis prononcé contre le remaniement (qui a duré des mois), Gantz a affirmé que tout fonctionnait bien et correctement. Ce soir, il a découvert le désordre dont il était pour le moins un partenaire à part entière. Des slogans vides de sens ne peuvent pas masquer un manque de leadership. »

2 Commentaires

  1. Il ne quitte pas le gouvernement, mais le cabinet de guerre.
    Maintenant dans un contexte de guerre « généralisée » à l’horizon, on ne fait pas de chantage.
    Il semble que dans ce pays, il y a trop d’individus, qui se ou veulent se prendre pour Moché.

    • Comme la seule raison pour laquelle il a rejoint le gouvernement est celle de faire partie du comité de guerre, personne n’a de doute que s’il abandonne ce dernier, il quittera également le gouvernement.

Laisser un commentaire