Plus prisonniers des mains du Hamas : l’action à Rafah est tout simplement géniale

1
223

L’entrée de nos forces à Rafah sans heurts, alors que le Hamas tente jusqu’à présent de manière astucieuse et assez réussie, de retarder cette même entrée, est une excellente initiative. La pression est désormais sur le Hamas, nous progressons dans la lutte.

Ma’ariv

À mon humble avis, la démarche opérationnelle d’Israël est une démarche brillante. L’entrée de nos forces à Rafah sans drame, alors que le Hamas tente jusqu’à présent de manière astucieuse et assez réussie, de retarder cette même entrée, est une excellente initiative. Jusqu’à hier soir, nous étions sous pression et dans un silence militaire à Gaza, alors que le Hamas en était l’initiateur et que nous réagissons. Il y a eu des pressions américaines et internes pour ne pas entrer à Rafah et attendre les résultats des négociations, c’est-à-dire attendre ce que le Hamas, qui fait tout pour faire gagner du temps, soit celui qui décide – je veux dire, ils nous ont gérés, mais depuis hier matin, nous entamons et gérons les négociations (même s’il peut y avoir une explosion momentanée).

La pression est désormais sur le Hamas. Nous faisons des progrès dans les combats, ce qui leur montre que se frotter à nous n’est pas « une bonne affaire ». En d’autres termes, nous œuvrons à occuper Rafah malgré la pression des Américains d’une part, et menons des négociations d’autre part, en faisant cela, nous faisons comprendre au Hamas que nous ne sommes pas intéressés, pour ainsi dire, à y mettre fin à la guerre afin de libérer les personnes enlevées, mais que nous libérerons les personnes enlevées par la force en plus d’atteindre nos objectifs de guerre. De notre point de vue, il s’agit d’un changement important. Nous ne sommes plus prisonniers aux mains du Hamas mais mais progressons efficacement vers la libération des otages.

Nous nous sommes réveillés hier matin avec le bruit familier que (le passage de Rafah) est « entre nos mains ». Et ce, alors que la veille au soir, on avait le sentiment que nous attendrions indéfiniment les exercices du Hamas. Depuis hier matin, si nous agissons correctement, nous progresserons vers la libération des personnes enlevées et atteindrons les objectifs de la guerre. À quoi cela ressemble-t-il ? Lorsqu’un enfant est blessé et que sa mère court vers lui en pleurant, il se met à pleurer même si la blessure est mineure. Si elle s’était approchée de lui calmement et lui avait parlé comme si de rien n’était, il aurait continué à jouer calmement et gentiment. L’entrée à Rafah a été plutôt surprenante et sans tambours ni danses – et cela devrait donc continuer. Là, nous devons parler le moins possible et faire le travail de manière calme et sans drames inutiles, établissant ainsi les faits. En même temps, nous devons continuer à mener les négociations sans pression, parler moins, oublier les « bases » de gauche et de droite et aller ensemble pour atteindre les objectifs de la guerre tranquillement et sans tambours ni chants. Nous l’avons fait pendant la guerre des Six Jours, pendant les combats, et c’est ce que nous avons fait dans d’autres actions ces jours-ci. Vous devez le faire et vous taire.

L’auteur est un général de brigade (resp.) et membre de Mozhai – Forum.

1 Commentaire

Laisser un commentaire