Pourquoi le Hamas a rompu le cessez-le-feu et n’a pas achevé la libération des personnes enlevées

0
97

Le Hamas a tenté de bâtir son image pendant les jours de trêve, en maximisant la cérémonie de libération des otages qui ont été forcés de dire au revoir aux terroristes. Aujourd’hui, le porte-parole du Département d’État américain a révélé qu’il est possible que le Hamas ne veuille pas poursuivre les libérations afin que les expériences des personnes enlevées ne soient pas révélées.

JDN

Vendredi dernier, avec la violation du cessez-le-feu, du fait que le Hamas n’a pas remis la liste des noms des personnes enlevées qui étaient censées être libérées ce jour-là, Tsahal a commencé à renouveler ses attaques à Gaza, au nord de la bande de Gaza. et au sud.

Ce soir, la raison pour laquelle le Hamas a empêché la libération des femmes enlevées a été révélée, dans une déclaration du porte-parole du Département d’État américain Matthew Miller, qui a déclaré : « Il semble que la raison pour laquelle le Hamas refuse de libérer toutes les femmes kidnappées est parce qu’il ne veut pas qu’elles racontent ce qui leur est arrivé en captivité. »

Nous vous rappelons que depuis le début de la libération des personnes enlevées pendant les jours de trêve, de plus en plus de détails ont été publiés sur la violence et les abus subis par les personnes enlevées alors qu’elles étaient détenues par le Hamas.

Le Hamas, qui s’emploie actuellement à reconstruire son image, s’est rendu compte que les vidéos dans lesquelles les personnes enlevées disent au revoir aux terroristes ne suffisent pas lorsque sont révélées immédiatement après les atrocités commises par le Hamas.

En Israël, il faut se demander s’il est opportun, à l’heure actuelle, de continuer à publier les récits des personnes enlevées, alors qu’il est possible que cela nuise aux chances de libération des personnes restantes par le Hamas.

Tahar Al-Nonou, haut responsable du Hamas, a déclaré ce soir que les affirmations selon lesquelles le Hamas aurait évité de libérer des otages par crainte qu’ils racontent ce qu’ils avaient vécu en captivité étaient fausses. Selon lui, le Hamas ne compte que quatre femmes soldats parmi les prisonniers, qui ne sont pas incluses dans l’accord sur les femmes et les enfants, car elles sont des soldates.

Le reste des femmes détenues par le Hamas, affirme-t-il, sont mortes à la suite des bombardements de Tsahal, et selon lui, Israël s’abstient de recevoir les corps de peur que les affirmations du Hamas selon lesquelles les bombardements de Tsahal ont conduit à leur mort ne soient vérifiées.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire