Sa’ar pourrait vouloir dire que c’est fini. Mais attendons…

0
36

Après que la coalition n’a pas réussi à faire adopter la loi sur les réglementations judiciaires en Judée-Samarie, le ministre de la Justice a clairement indiqué qu’il « ne peut pas ignorer la possibilité d’élections » • Dans une interview, il a accusé : « Les partis qui ont violé la discipline de la coalition démantèlent le gouvernement » •

Be’hadré ‘Harédim

Gouvernement en crise : après la chute de la loi sur la réglementation de la Judée et de la Samarie en raison d’un soulèvement de la coalition, le ministre de la Justice Gideon Sa’ar a déclaré ce soir (mardi) dans une interview à l’édition principale qu’il ne reculait pas devant la réalité : « Ils défient la discipline de la coalition, ils sont en fait en train de démanteler le gouvernement ».

« Je ne reviens pas sur ce que j’ai dit », a souligné Sa’ar lorsqu’on lui a demandé s’il revenait sur sa déclaration selon laquelle un gouvernement qui ne peut pas adopter la loi de Judée et de Samarie n’a pas le droit d’exister : « A mon avis, c’est de l’irresponsabilité nationale, au bord de la folie, ce que l’opposition a fait hier à la Knesset », a attaqué Sa’ar contre le Likoud. « Et quiconque pense que le public est stupide et ne le voit pas comme un chevauchement d’intérêts nationaux avec des intérêts personnels a tort. »

Sa’ar a exclu la possibilité de la formation d’un gouvernement avec Netanyahu, ajoutant que les événements de la nuit dernière au plénum de la Knesset n’ont fait que renforcer son opinion sur la question. Il a déclaré : « Ce qui s’est passé hier à la Knesset renforce mon opinion selon laquelle la gestion de l’État ne peut être confiée à des personnes dirigées par des intérêts politiques personnels et non par l’intérêt du bien de l’État. »

Malgré ses critiques à l’encontre de l’opposition, le ministre de la justice a réitéré : « Si la coalition ne peut pas faire passer de telles lois, c’est qu’on est sur une pente dont la fin est claire d’avance ». Il a ajouté : « Je n’ai pas le privilège d’abandonner. Je dois me battre à la fois pour l’existence du gouvernement et de la loi, ainsi que pour les intérêts d’un demi-million de citoyens qui ont été refoulés par une grande partie de la Knesset ».

Sur la possibilité qu’Israël puisse bientôt se rendre aux urnes, il a répondu qu’il ne pouvait pas l’ignorer, mais a noté qu’il « ne pense pas que ce soit dans l’intérêt national ». En tout cas, Sa’ar a clairement indiqué que son plan est de présenter à la tête de son parti Tikva ‘hadacha aux prochaines élections – « c’est mon plan et il n’a pas changé ».

Concernant les remarques du député Nir Orbach (à droite) au député Mazen Ghanaim selon lesquelles « l’expérience avec vous a échoué », Sa’ar a déclaré : « Je ne peux pas ignorer la possibilité que l’expérience se soit épuisée – et s’il n’y a pas de réveil du côté gauche de la coalition alors ce sera le cas. ».

N12

Aucun commentaire

Laisser un commentaire