Un ministre orthodoxe : « La loi sur la conscription est dangereuse pour le monde des Yechivoth, nous ne devons pas l’accepter ; c’est un désastre »

0
67

Demain s’ouvrira la séance d’été de la Knesset, au cours de laquelle les factions orthodoxes exigeront l’adoption de la loi sur la conscription qui réglementera le statut des étudiants des Yechivoth | En arrière-plan : la décision de Netanyahou de faire avancer la loi de conscription de Gantz qui a été adoptée en première lecture par le gouvernement Bennett-Lapid | Les chefs des factions orthodoxes ont approuvé cette décision, mais il est douteux qu’ils voteront pour. Un ministre orthodoxe craint et prévient : « C’est une loi qui va apporter un désastre au monde de la Tora, elle a tout ce que veut Lapid… »

Kikar haChabbath – Yishai Cohen

Après les fêtes de Pessa’h, la Knesset ouvrira la séance d’été demain (lundi) avec l’ultimatum lancé par le membre du Cabinet de Guerre, le ministre Benny Gantz, de démissionner du gouvernement d’urgence si une série de ses demandes ne sont pas acceptées.

La coalition estime que le Premier ministre Benjamin Netanyahou peut « s’entendre » avec la plupart des demandes de Gantz, même si son bureau les a rejetées hier soir. Mais une clause des revendications de Gantz ne peut pas être adoptée – selon tout le monde – et c’est sa demande de recevoir son plan de service, un plan qui exige que chaque jeune orthodoxe s’enrôle dans l’armée ou dans le service civil national.

Dans le même temps, les factions orthodoxes continuent d’insister sur le fait que le projet de loi, qui réglementera le statut des étudiants des Yechivoth, sera adopté lors de la conférence en cours alors que leur menace contre Netanyahou sera claire : le projet de loi ou la fin de la coalition.

Au cours des deux derniers mois, Netanyahou a tenté de parvenir à un accord sur la loi qui menace son gouvernement, mais à la fin de la semaine dernière, il n’y est pas parvenu. Le fait que le ministre de la Défense Yoav Galant ait donné au ministre Benny Gantz le droit de veto sur tout projet de loi qui serait adopté, a conduit à une situation où toutes les lois acceptées par les orthodoxes – malgré de nombreux compromis de leur point de vue – ont été rejetées.

En raison du calendrier de la Haute Cour, Netanyahou a retiré jeudi le projet de loi qui avait été adopté en première lecture dans le gouvernement Bennet-Lapid et a annoncé qu’il lui appliquerait la « loi de continuité » et que le projet de loi passerait en deuxième et troisième lectures.

Au centre de la décision de Netanyahou, coordonnée à l’avance avec les dirigeants des factions orthodoxes, se trouve le désir d’obtenir des juges de la Haute Cour plusieurs mois pour parvenir à un accord sur la loi de conscription, mais il est très douteux qu’il y parvienne et il est possible que le monde de la Tora subisse bientôt une nouvelle diminution de leurs financements.

Cependant, le ministre orthodoxe a averti ces derniers jours que l’accord même des factions orthodoxes pour permettre à Netanyahou de déclarer qu’il avancerait dans la loi de conscription du gouvernement Bennett-Lapid de Gantz est une mauvaise décision qui, selon lui, nuire encore davantage à toutes les négociations autour de la loi.

Le ministre orthodoxe, qui s’est entretenu avec un certain nombre de responsables de la coalition et des factions orthodoxes, a averti : « C’est une loi qui apportera un désastre au monde de la Tora, elle contient tout ce que Lapid veut et nous nous y sommes opposés. Même pour essayer d’obtenir une prolongation de la part de la Haute Cour – nous ne pouvons pas être d’accord. »

Selon lui : « Il sera très difficile d’apporter des modifications à la loi car la loi sera soumise à la commission des affaires étrangères et de la sécurité du député Edelstein, ce qui est clair pour tout le monde que même s’il accepte de soutenir la loi, il ne permettra tous les changements, et certainement les changements fondamentaux que nous exigeons.

« Et la loi, dans sa forme actuelle, inclut tout ce que nous craignions : des objectifs de recrutement élevés dans la législation et non dans une décision gouvernementale, de sévères sanctions économiques contre le monde de la Tora dans une situation où les objectifs de recrutement ne sont pas atteints, et l’expiration de la loi si les objectifs ne sont pas atteints. Alors, comment pouvons-nous accepter cela ? Pourquoi faisons-nous partie du gouvernement ?

« Alors qu’est-ce que l’on prétend ? Que tout est censé être un « jeu » devant la Haute Cour ? Après tout, il est clair pour tout le monde que dès qu’il y aura un accord public sur la loi, toutes les négociations à l’avenir commenceront à partir de ce point, qui est un point bas sur lequel nous n’avons pas encore été d’accord. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire