Une voix dans le désert ? Un membre du Sénat égyptien : une coalition de pays arabes doit être formée pour agir contre l’Iran et ses milices

0
71

Dans une interview accordée à un journal égyptien, Abed el-Mounis Said, journaliste et membre du Sénat égyptien, a affirmé que l’Égypte devait adopter une nouvelle stratégie qui la protégerait des menaces croissantes de l’intérieur et de l’extérieur et a affirmé que l’existence de l’État d’Israël doit être reconnue comme un fait accompli.

Yuval Goma

Abed el-Mounis Said, célèbre journaliste et chercheur nommé au Sénat égyptien par le président al-Sisi, a déclaré dans une interview au quotidien égyptien « Al-Masri Alyum » que l’Égypte doit adopter une nouvelle stratégie qui la protégera contre l’augmentation menaces de l’intérieur comme de l’extérieur. Cela a été rapporté dans une étude réalisée par l’Institut de recherche sur la communication du Moyen-Orient (Memri).

Dans le cadre de cette stratégie, a déclaré Saïd, l’état d’urgence doit être « déclaré… en Égypte ». Ceci afin de faire face à des situations graves […] telles que les organisations islamiques radicales et la gauche radicale, qui tenteront certainement d’utiliser la « cinquième guerre de Gaza » pour menacer et diviser l’arène interne de l’Égypte.

Parallèlement à la déclaration d’un ordre d’urgence, selon Saïd, une coalition de pays doit être établie, comprenant l’Égypte elle-même, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d’autres pays. Ceci à la lumière du fait que « dès le début, la guerre incluait une coalition régionale de l’Iran et de ses alliés, tels que [l’organisation] al-Hashd al-Shaabi en Irak, le Corps des Gardiens de la révolution islamique d’Iran en Syrie, le Hezbollah libanais au Liban et en Syrie, les Houthis au Yémen et le Hamas en Palestine.

« Cette coalition a profité de la cause palestinienne d’une manière qui a gravement nui au peuple palestinien en libérant tous les pires démons d’Israël, menaçant ainsi la sécurité de la région de diverses manières. La seule façon de parvenir à un équilibre des forces contre cette coalition est de créer une contre-coalition de forces prônant la réforme et l’État-nation, avec l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis comme pierre angulaire [de cette coalition] », a-t-il déclaré.

Saïd a affirmé que la stratégie égyptienne pendant la guerre actuelle à Gaza a été très efficace, dans la mesure où elle a empêché la migration forcée des Palestiniens vers le Sinaï et a réussi à convoquer une conférence de paix incluant les États membres du Conseil de coopération des États du Golfe (Koweït), Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Oman, Bahreïn et Qatar), Égypte, Maroc et Jordanie. Selon lui, la déclaration publiée par ces pays à la fin de la conférence constitue le premier effort global visant à résoudre la crise à Gaza.

Saïd a insisté sur ce que ces pays avaient en commun : premièrement, ils ont choisi la voie des réformes et de la croissance économique comme voie stratégique vers le progrès. Deuxièmement, dans le cadre de la réforme, ces pays s’efforcent de parvenir à la stabilité régionale. Troisièmement, six de ces pays ont signé des accords de paix avec Israël ou s’efforcent de normaliser leurs relations avec lui, ouvertement (Arabie saoudite) ou indirectement (Oman et Qatar).

Quant au conflit israélo-palestinien, Saïd a appelé à promouvoir la solution à deux États au lieu d’essayer de revenir en arrière et d’éliminer l’État d’Israël : « Les Égyptiens ont été condamnés non seulement à être proches de la question [palestinienne], car de sa situation géographique [de la Palestine], mais en faire partie… aujourd’hui, la « stratégie » ne signifie pas retourner la roue du temps et corriger [le fait de] l’établissement historique d’Israël, mais plutôt travailler à réaliser la solution à deux États issue des accords d’Oslo. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire