Yair Netanyahou : « Qu’est-ce qu’ils essaient de cacher ? »

0
177

Yair Netanyahou accuse les services de sécurité de trahison et de négligence avant le 7 octobre

Dimanche soir, Yair Netanyahou, fils du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, a exprimé des soupçons de trahison et de négligence des services de sécurité avant le 7 octobre. Sur ses réseaux sociaux, il a suggéré que son père n’avait pas été correctement informé des dangers imminents.

Partageant une capture d’écran d’un article de Maariv, Yair Netanyahou a critiqué la décision de la Haute Cour de justice de suspendre l’enquête du contrôleur de l’État sur les défaillances de l’armée israélienne le 7 octobre, en attendant une audience en juillet. Il a souligné que contrairement aux précédentes situations, cette fois-ci, l’armée israélienne et le Shin Bet n’avaient pas collaboré avec le contrôleur, bien que la loi les y oblige.

« Qu’est-ce qu’ils essaient de cacher? » a-t-il écrit, se demandant pourquoi le Premier ministre n’avait pas été informé de la réunion organisée la veille du 7 octobre. Cette réunion entre le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, et de hauts responsables de Tsahal et du Shin Bet avait suivi un avertissement reçu par le Shin Bet la veille de l’attaque. Cependant, cet avertissement avait été jugé de faible importance.

Yair Netanyahou a également questionné l’absence d’avertissement formel du Shin Bet et l’insuffisance des renforts déployés, qualifiés de « minuscules et tactiquement sans importance ». Il a soulevé la question de l’absence d’information sur un rapport connu sous le nom de « rapport sur le mur de Jéricho », un document de 40 pages supposé détailler les plans du Hamas pour l’attaque, acquis par des responsables israéliens plus d’un an avant le 7 octobre.

Il a critiqué les dirigeants de l’armée et des renseignements pour avoir constamment affirmé que le Hamas était dissuadé et a demandé pourquoi l’armée de l’air était absente le 7 octobre. Enfin, il a exprimé sa méfiance envers une commission d’enquête d’État, qu’il a décrite comme un outil de dissimulation sous contrôle judiciaire.

Ces déclarations de Yair Netanyahou soulèvent des questions importantes sur la transparence et la communication au sein des services de sécurité israéliens, en particulier en ce qui concerne les menaces terroristes.

Jforum.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire