1er mai : marche néonazie dans une ville de Suède

0
743
“La loi doit nous protéger. Mais Umeå ne semble malheureusement pas en mesure de nous fournir cette sécurité”

Un groupe d’une centaine de néo-nazis ont marché dans les rues de Falun (à environ 200 kilomètres au Nord-Ouest de Stockholm), dans le cadre des manifestations du 1er mai, provoquant la colère des habitants et des élus locaux, a rapporté The Times of Israel.

En ce jour de fête du travail, les membres du mouvement de résistance nordique (NRM) ont traversé la ville, et ont rencontré des contre-manifestants en chemin, tandis que la police assurait la sécurité et le bon déroulement de la manifestation.

Le ministre de la Défense, Peter Hultqvist, s’est attaqué de manière virulente au NRM, déclarant que le groupe représentait « les crimes contre l’humanité », sur le site internet d’information thelocal.se.

« C’est horrible, c’est une menace pour notre démocratie qu’un parti qui ne défend pas l’égalité des droits pour tous ait l’opportunité de manifester en ce jour consacré au mouvement ouvrier. Mais notre défilé sera plus grand que jamais, » a déclaré l’élu local social-démocrate Karl-Erik Pettersson.

Le NRM, créé en 1997, prône une doctrine ouvertement raciste et antisémite. Les renseignements suédois, SAPO, ont décrit le NRM comme un groupe suprématiste blanc avec une hiérarchie stricte et des influences militaires. Plusieurs de ses membres ont été reconnus coupables de crimes violents, dont homicide involontaire, agression et tentative de meurtre.

The neo-nazi Nordic Resistance Movement sympathisers demonstrate in central Stockholm on November 12, 2016 to protest against migrants
JONATHAN NACKSTRAND (AFP/File)

 

La Suède est largement confrontée aux problèmes de groupuscules néo-nazis.

LIRE  Une variante nouvelle et contagieuse inquiète les chercheurs

La communauté juive d’Umeå ne se sent plus en sécurité, recevant un nombre croissant de menaces antisémites et haineuses. Le symbole nazi, le svastika, s’est répandu dans les messages haineux adressés à la communauté.

Une association juive a décidé de former ses locaux en avril dernier, alors que ses membres n’osaient plus s’y rendre.

“La loi doit nous protéger. Mais Umeå ne semble malheureusement pas en mesure de nous fournir cette sécurité”, avait déclaré Carinne Sjöberg, la porte-parole de l’organisation, à la radio publique suédoise, Sveriges Radio.

De fait, les crimes antisémites commis en Suède apparaissent comme rarement résolus. En 2014, seulement 3% des auteurs des 270 actes antisémites déclarés ont été identifiés, rappelait le quotidien Svenska Dagbladet.

Source http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/144169-170502-1er-mai-marche-neonazie-dans-une-ville-de-suede

Aucun commentaires

Laisser un commentaire