Accord nucléaire avec l’Iran: révélations sur un scandale lié à Barack Obama

0
1348

Si les informations publiées par le site américain Politico sont exactes, il s’agira de l’un des plus grands scandales politico-judiciaires de l’ère Obama dans lequel l’ancien président lui-même pourrait être impliqué. En tout cas, ces révélations ont déjà fait le tour du monde et suscitent de très nombreuses réactions.

Dans un long article (https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/), le journaliste Josh Meyer dévoile les conclusions d’une longue enquête qui indique que l’Administration Obama, jusqu’au plus haut niveau, a fait stopper une opération de longue date menée par le Drug Enforcement Administration qui visait à démasquer les filières de drogue, de blanchiment d’argent et de trafic d’armes par le Hezbollah sur le territoire américain. Toutes ces activités rapportaient en gros un milliard de dollars par an à l’organisation terroriste qui ne s’en servait pas pour offrir des bourses à des étudiants…

Cette opération appellée « Cassandra » avait été lancée par le DEA après que ses services aient constaté que le Hezbollah, en plus de ses activités terroristes était devenu un véritable syndicat international du crime avec des ramifications en Europe occidentale, en Afrique occidentale, en Amérique latine et aux Etats-Unis. Cette longue et minutieuse enquête faite de filatures, écoutes téléphoniques, recueils de témoignages, recoupements d’informations avait occupé une trentaine d’agents pendant huit ans et était sur le point d’aboutir à de nombreuses arrestations et des actes d’accusations devant la justice américaine. Mais elle a été brusquement stoppée par des hauts fonctionnaires de l’Administration Obama – très probablement sous l’ordre direct du président – afin de ne pas mettre l’Iran dans l’embarras et ne pas risquer de faire capoter l’accord sur le nucléaire que le président tenait à tout prix à signer.

LIRE  Claude Khayat (affaire Lee Zitouni) repasse par la case prison

Selon David Asher, enquêteur au ministère américain de Justice et collaborateur à l’Opération Cassandra, la décision de mettre fin à cette enquête était « de nature entièrement politique et commanditée depuis la Maison-Blanche ». Il souligne que plus on avançait vers la signature de l’accord sur le nucléaire, plus les opérations sur le terrain se faisaient rares jusqu’au moment où tout a été stoppé « avant qu’il ne soit trop tard ».

En clair, un président américain a fait barrage à une opération de police et justice pour des raisons politiques en faveur d’une organisation terroriste qui introduisait de la cocaïne dans son pays, se livrait à des opérations de blanchiment d’argent et de trafic d’armes et, tout aussi grave, a permis à financer la fabrication d’armement chimique dont s’est servi Bachar El-Assad contre sa propre population. Et lorsque l’on se rend compte qu’il s’agissait aussi de ne pas froisser l’Etat-terroriste d’Iran pour signer absolument cet accord irresponsable, on se rend compte des dégâts causés par ce président adulé en Europe.

En Israël, seul Yaïr Lapid a réagi pour l’instant: « Si ces informations sont exactes, le président Barack Obama doit sans délai rendre le prix Nobel de la paix qui lui a été décerné »-

Il est fort à parier que les semaines et les mois passant, de nouvelles révélations seront faites sur ce qu’était en réalité Barack Hussein Obama et quels étaient ses objectifs en politique étrangère. Elles expliqueront encore mieux son attitude hostile envers Israël et Binyamin Netanyahou.

Source www.lphinfo.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire