Agression antisémite avec séquestration à Livry Gargan en région parisienne

0
1011

Dans la nuit du 7 au 8 septembre 2017, une famille juive de Livry Gargan (93), a été violemment agressée et menacée de mort à son domicile par trois noirs décrits comme d’origine africaine.

Selon les premiers témoignages des victimes, les agresseurs se sont introduits dans le pavillon par effraction, ils ont coupé le courant, et séquestré d’abord le fils de la famille. Puis ils s’en sont pris à la maîtresse de maison, qui a pu crier malgré la violence que lui faisait subir l’un des auteurs, qui l’a ensuite jetée à terre et l’a battue.

Le mari, alerté par par les cris de son épouse, a tenté en vain d’intervenir, mais il a été aussitôt maîtrisé par les agresseurs qui lui ont asséné des coups violents au corps et au visage.

Toujours selon les victimes, l’un des auteurs serait âgé d’environ 30 ans, les deux plus jeunes d’environ 20 ans. Deux d’entre eux avaient le visage masqué, alors que le visage du troisième était découvert.

Tout en menaçant de mort leurs victimes, les agresseurs leur ont ligoté les mains au moyen d’attaches en matière plastique.

Ils leur tenus des propos antisémites, signe qu’ils ne sont pas entrés dans cette maison par hasard, et que l’agression avait été soigneusement préparée :  « Vous êtes juifs, vous avez de l’argent ».

Il ont réclamé les bijoux et les cartes de crédit de la famille. Puis ils ont cherché des espèces. Ne trouvant pas ce qu’ils désiraient, ils ont menacé puis frappé le père de famille puis le reste des membres de la maison, les invectivant avec des insultes antisémites.

LIRE  Le député de Shass Arbel : "Un député arabe m'a dit : on voit des miracles à la Knesseth !"

L’agression a duré plusieurs heures, et vendredi vers 11 h 30, l’épouse a pu discrètement alerter par téléphone portable un service d’urgence qui a prévenu la police, alors que les 3 auteurs s’enfuyaient.

Les victimes, des membres connus et réputés de la communauté juive et des institutions centrales où elles exercent des responsabilités importantes ont été transportées à l’hôpital pour y recevoir les soins d’urgence, d’où ils sont sortis vendredi soir, traumatisés.

 

Les victimes sont Roger Pinto, Président de SIONA, sa femme et son fils.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire