Antisémitisme: « Je voulais tuer un Juif », un homme poignarde son voisin

0
701

Un jeune homme de 18 ans a été mis en examen lundi 8 pour « tentative de meurtre en raison de la race ou de l’ethnie ». Il est suspecté d’avoir poignardé violemment l’un de ses voisins de confession juive vendredi.

La victime de l’agression, d’une rare violence, est un miraculé. Vendredi à Bourdon dans la Somme, un jeune homme de 18 ans, armé d’un couteau, a tenté de tuer un de ses voisins en le poignardant à au moins huit reprises. Le voisin s’en tire grâce à l’intervention d’un tiers et à sa bonne prise en charge. Motif aggravant pour le suspect, il pourrait avoir agi par antisémitisme.

En effet, selon plusieurs témoins, il aurait justifié son geste en disant qu’il « voulait tuer un Juif« . Les faits ont eu lieu vers 15 h rappelle France 3 Hauts-de-France. L’individu sonne chez son voisin de 58 ans qui lui ouvre et lui demande ce qu’il fait là. « L’intrus se jette alors sur lui et le frappe violemment de plusieurs coups de couteau: 8 au total, à l’abdomen et au visage. La deuxième personne qui se trouvait chez la victime maîtrise alors l’agresseur en le frappant à la tête« , précise le site de chaîne de télévision. L’agresseur prend alors la fuite pendant que les secours interviennent pour prendre en charge le blessé. Hospitalisé et opéré, il est désormais tiré d’affaire.

L’agresseur a été, quant à lui, interpellé peu après les faits. Il a été mis en examen « pour tentative de meurtre aggravé en raison de possible caractère antisémite » lundi. Hospitalisé, il a tenté de s’enfuir et s’en est pris à un gendarme, qu’il a blessé, ce qui lui vaut d’être également mis en examen pour « tentative d’évasion » et « violences sur personne dépositaire de l’ordre public ».

LIRE  Quand la Fédération Internationale des Journalistes se réunit à… Ramallah !

Décrit comme « particulièrement agité« , l’agresseur va faire l’objet d' »expertises psychiatriques » ont été demandées pour évaluer si peut être reconnu comme responsable pénal de ses actes.

Chaque année, les chiffres des actes antisémites sont communiqués par le ministère de l’Intérieur. Ils se sont élevés à 541 en 2018, soit une hausse de 74% par rapport aux 311 recensés en 2017, qui représentait alors le chiffre le plus faible enregistré depuis 2001.

Source www.francesoir.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire