Ben Gvir a ordonné : un immeuble illégal avec 100 locataires sera démoli ; des centaines de policiers assureront la sécurité

0
128

La police se prépare à une vaste opération qui comprendra plus de 500 policiers et durera plus de 24 heures dans la zone de la démolition, d’un immeuble illégal situé à Wadi Kadom à Jérusalem-Est avec environ 100 locataires (notre photo) • Ben Gvir : « L’État de droit doit être respecté. C’est ma politique ».

JDN

Application égale pour tous les secteurs : à la lumière de la nouvelle politique menée par le ministre de la Sécurité nationale, le député Itamar Ben Gvir, dans la police israélienne, ce soir (dimanche), il a été rapporté dans ‘Khan Haudas’ au sujet de la « démolition géante de Ben Gvir » que la police se prépare à démolir un immense bâtiment illégal situé à Jérusalem-Est, lorsque la démolition aura lieu plus tard cette semaine. La police estime que cela pourrait avoir lieu dès mardi ou mercredi.

Il s’agit d’un immeuble illégal situé à Wadi Kadom à Jérusalem-Est, où il abrite une centaine de locataires. Sa démolition a été retardée pendant des années en raison de la pression de facteurs internationaux et d’observations inhabituelles qui conduiront à des condamnations de l’Occident. Selon le rapport, en raison de la taille inhabituelle du bâtiment destiné à la démolition, la police se prépare à une vaste opération qui comprendra plus de 500 policiers et durera plus de 24 heures dans la zone de la démolition.

Les responsables de la sécurité ont ajouté et déclaré que « la démolition au milieu des tensions pourrait conduire à une série de violences dans l’est de la ville ». D’autre part, Ben Gvir a insisté et expliqué que « l’Etat de droit doit être appliqué. C’est ma politique ». Dans une interview accordée à Kol Barama, Ben Gvir a déclaré : « Au fil du temps, je découvre de plus en plus de choses qui nécessitent un changement et un traitement à la racine afin d’avoir une police forte. En tout cas, je prendrais le ministère de la Sécurité nationale. Ma politique est d’aller sur place et d’entendre les habitants. Le message à la police est clair : il y a ici un ministre qui est venu travailler, même si cela prendra plus d’un mois ou deux ».

Le ministre de la Sécurité nationale a commenté la réforme juridique dans une interview à la radio : « Je ne comprends pas pourquoi c’est nous qui devons parler de compromis. Lors de la révolution constitutionnelle d’Aharon Barak, personne ne nous a proposé des accords et des négociations. Le système judiciaire n’est pas notre ennemi, à D’ ne plaise, mais nous devons nous rappeler que nous avons été élus pour gouverner et mettre l’ordre du jour et sur cette base, nous avons été élus. »

Aucun commentaire

Laisser un commentaire