Comment Israël fait face à un Trump imprévisible

0
49
Les décisions du président Donald Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien et de quitter récemment la Syrie inquiètent les hauts responsables israéliens.

Le président Donald Trump marquera ce mois-ci ses deux ans à la Maison-Blanche, un jalon qui semblait incroyable à l’époque mais qui est un rêve devenu réalité pour le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Netanyahu a passé 11 ans au pouvoir avec les présidents démocrates américains Bill Clinton et Barack Obama, qui – pour le moins que l’on puisse dire – ne l’appréciaient pas, ne le croyaient pas et menaient une guerre d’usure constante contre lui à propos des implantations qu’il avait approuvées en Judée-Samarie/Cisjordanie. Enfin, il y a un républicain sur place – et quel républicain! Netanyahou et toute la droite politique israélienne ont accueilli Trump avec enthousiasme. Mais leurs attentes se sont-elles concrétisées?

Les premières indications étaient encourageantes, avec le nombre croissant de déclarations pro-israéliennes de Trump aux Nations Unies et une visite présidentielle en Israël en mai 2017 qui a été accueillie avec un enthousiasme débordant. Les choses ont culminé avec la décision de Trump de sortir les États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran et de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. Si l’on ajoute à tout ce qui précède le plaidoyer pro-israélien de l’ancien ambassadeur américain auprès de l’ONU, Nikki Haley, qui est plus populaire auprès des Israéliens que la plupart des hommes politiques locaux, nous réalisons un rêve, une réalité qui transcende tous les attentes et une sorte d’âge d’or en général.

Au cours des six derniers mois, cependant, des problèmes semblent être apparus au paradis. Si l’on met de côté la questions des implantations et le contrôle impressionnant exercé par l’ambassadeur Ron Dermer sur le cercle de Trump et sur Netanyahou lui-même – qui appelle Trump « mon ami », à chaque occasion – on relève également d’autres points de vue. Ces divergences sont particulièrement évidentes dans les cercles de la défense, du renseignement et de la diplomatie israéliennes, où les gens examinent de près le comportement de Trump, essaient (en vain) de comprendre son mode opératoire et sa politique et qui sont extrêmement inquiets pour l’avenir.

Les premières indications de la politique changeante de Trump sont venues avec son annonce surprenante d’un retrait rapide des troupes américaines de Syrie sans raison évidente. Cela a été suivi par le refus du Pentagone d’autoriser Israël à vendre à la Croatie des avions de combat F-16 modernisés et le dernier commentaire étonnant de Trump selon lequel, pour lui, les Iraniens «peuvent franchement faire ce qu’ils veulent» en Syrie. Tout cela dans l’attente tendue pour le plan longtemps annoncé de Trump pour la paix israélo-palestinienne, suscite l’inquiétude de nombreux Israéliens. «Avec ce président, a déclaré à Al-Monitor, sous couvert de l’anonymat, une source importante de la défense, tout pourrait arriver. Pour le meilleur et pour le pire. Il n’y a pas de politique bien pensée, pas de comportement clair, pas de prise de décision ordonnée. Vous vous réveillez chaque matin en espérant le meilleur.

“Aussi étrange que cela puisse paraître”, a déclaré à Al-Monitor une source diplomatique de haut niveau sous couvert de l’anonymat, “en règle générale, la politique de Trump est une continuation de celle d’Obama, mais avec un style et des moyens différents. Obama voulait se retirer du Moyen-Orient, et Trump aussi. L’intérêt des États-Unis reste le même : rentrer chez eux. Cela n’a pas changé et ne changera pas. La différence réside dans la frappe de missiles Tomahawk [contre la Syrie] qu’Obama a mise au rebut et que Trump a menée. C’est tout, et aussi dans le style. Nous savions, a ajouté la source, que Trump quitterait la Syrie. Il faut savoir l’écouter. Et nous en avons maintenant la confirmation claire.

Israël n’est pas à l’aise et a du mal à accepter le retrait américain de Syrie. D’un point de vue militaire, la présence américaine est marginale. En termes de diplomatie et de psychologie, cela revêt une importance capitale. La présence même des États-Unis a limité l’influence de la Russie en Syrie et a imprégné la confiance en soi des acteurs pro-américains – y compris les Israéliens, les Kurdes et d’autres – dans l’arène. Cela a également grandement profité aux activités militaires israéliennes en cours dans l’arène syrienne contre le retranchement de l’Iran dans ce pays. Netanyahou a exercé ces derniers jours  une pression à la Maison Blanche, et il affirme maintenant avoir obtenu du président une promesse d’un retrait progressif plutôt qu’immédiat de la Syrie. Certains membres du cercle de Netanyahou estiment qu’Israël devrait appliquer une pression plus agressive, notamment par la mobilisation de la base politique évangélique du président, pour annuler la décision de Trump.

Mais Netanyahou hésite. En dépit de son amitié avec Trump et de son influence évidente sur lui, personne ne sait jamais où Trump a tracé ses lignes rouges et quand elles seront franchies, transformant le président en troll anti-israélien – comme cela a été le cas quand il s’est débarrassé de nombreux alliés Américains, au cours des deux dernières années.

“En général”, a déclaré à Al-Monitor une source diplomatique israélienne de haut niveau sous couvert de l’anonymat, “l’impact de Trump sur notre région est dramatique et inquiétant, pas toujours en notre faveur. Il a mis un terme à la question palestinienne, déclenché la violence dans la bande de Gaza, à partir du déménagement de l’ambassade et s’est fait l’ennemi de Mahmoud Abbas, le président palestinien, qui a perdu toute confiance dans le processus de paix et dont il aura néanmoins besoin, s’il veut faire avancer son fameux “plan de paix”. Il a même ébranlé l’Arabie saoudite avec sa célèbre danse à l’épée et en faisant du [prince héritier Mohammed bin Salman] la panacée universelle. Tout cela a pris fin avec l’assassinat du [journaliste saoudien Jamal] Khashoggi  le 2 octobre 2018 et le massacre perpétré au Yémen. Nous devons nous demander où cela mène et nous préparer à toute éventualité. “

Et nous devons encore mentionner le problème le plus explosif, le plus sensible et le plus crucial, à savoir la campagne d’Israël contre le programme nucléaire iranien et son enracinement en Syrie. “Le retrait américain de l’accord nucléaire a été accueilli ici avec un grand enthousiasme”, a déclaré à Al-Monitor une autre source liée à la défense sous couvert d’anonymat. “Mais il n’y a toujours pas de résultat net, et cela pourrait aller dans des directions inquiétantes.” La source a ajouté: “Les Iraniens ont arrêté [le programme nucléaire] alors qu’ils étaient à deux ans de la bombe. Maintenant, ils en sont toujours là, mais ils hésitent. Ils essaient de se frayer un chemin à travers les sanctions. S’ils échouent, ils pourraient envisager de revenir à l’enrichissement de l’uranium ou même d’aller rapidement de l’avant dans la fabrication d’une bombe, afin de présenter au monde un fait accompli de style nord-coréen. ”

Les services de renseignement israéliens, qui avaient légèrement relâché leur attention sur l’Iran dans le seul but de surveiller plus étroitement le retranchement iranien en Syrie, ont été récemment obligés de rétablir les ressources, les moyens et l’attention nécessaires pour surveiller le programme nucléaire suspendu et les développements connexes. Le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, est probablement en train de débattre de la voie à suivre. Devrait-il donner instruction à ses hommes de main de renouveler l’enrichissement limité en uranium et de réduire de deux ans la distance restant à parcourir pour parvenir à la capacité nucléaire, voire même d’ordonner à ses forces de prendre d’assaut le problème?

Tel que mentionné, Israël surveille la situation. Il est préoccupé non seulement par l’évolution de la situation à Téhéran, mais également par ce qui se passe à Washington. Personne en Israël ne le dira en face d’un micro, mais il y a des scénarios selon lesquels les Iraniens pourraient prendre une telle décision et que Trump réagisse en l’ignorant simplement, tout comme il ignore les évolutions concernant ses négociations avec la Corée du Nord.

“Notre grande crainte est que Trump perde tout intérêt à un moment donné et dise que les Iraniens peuvent faire tout ce qu’ils veulent avec leur programme nucléaire et qu’il s’en fiche, tout comme il l’a dit cette semaine à propos de l’enracinement de l’Iran en Syrie. Nous devons également être préparés à cela », a déclaré à Al-Monitor une source de sécurité de haut niveau sous couvert de l’anonymat. “À l’ère Trump, nous devons simplement être prêts à tout et n’être surpris par aucun scénario.”

Trouvé dans: TRUMP

Ben Caspit est chroniqueur pour Israel Pulse d’Al-Monitor. Il est également éditorialiste et analyste politique pour des journaux israéliens. Il diffuse quotidiennement des émissions de radio et des émissions de télévision consacrées à la politique et à Israël. Sur Twitter:  @BenCaspit

Source : al-monitor.com – www.jforum.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire