Le Mouvement 5 étoiles et la communauté juive italienne

0
529

ROME -Un “tremblement de terre”, ‘’un cauchemar pour l’Europe”,”la victoire du populisme anti-système’’. Tels sont quelques uns des titres de journaux pour définir les résultats des élections générales de dimanche en Italie qui ont vu le triomphe du Mouvement 5 étoiles et de La Ligue du Nord.

Le mouvement populiste et la Ligue d’extrême-droite pourraient avoir ensemble assez de sièges pour former une majorité mais certains analystes pensent qu’une tel scénario cauchemardesque est improbable, écrit le site internet des affaires européennes Euractiv.com.

Les électeurs italiens ont choisi un parlement sans majorité, affluant en nombre record vers les partis anti-establishment et d’extrême-droite et plongeant la troisième plus grande économie de la zone euro dans l’impasse politique.

Aucun des trois principaux blocs ou groupes politiques  ne devrait être en mesure de gouverner seul et il y a très peu de chances d’un retour à un gouvernement majoritaire modéré.

Une alliance de droite comprenant Forza Italia de l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi a émergé avec le plus grand nombre de voix, devant le Mouvement 5 étoiles, qui a vu son soutien s’élargir pour devenir le plus grand parti unique de l’Italie. Berlusconi a récemment annoncé avoir choisi l’actuel président du Parlement européen, Antonio Tajani, comme éventuel Premier ministre. Tajani, qui a fondé Forza Italia avec Berlusconi, est connu comme étant un bon ami d’Israël et de la communauté juive.

La coalition centre-gauche au pouvoir arrive en troisième position des élections, sanctionnée par des électeurs face à une pauvreté croissante, un chômage élevé et à l’immigration de masse.

Selon une projection de vote diffusée par la télévision italienne, le Mouvement 5 étoiles pourrait espérer obtenir 216-236 sièges dans la chambre basse de 630 sièges.
Une coalition de centre-droit a été pressentie pour obtenir 248-268 sièges, dont 122-132 sièges pour la Ligue d’extrême droite et 94-104 sièges pour Forza Italia de Berlusconi.
La troisième place derrière le mouvement 5 étoile t le bloc de centre-droit était une coalition de centre-gauche dominée par le Parti démocratique (PD) au pouvoir, qui devait prendre de 107 à 127 sièges.

Les partis populistes sont en hausse partout en Europe depuis la crise financière de 2008. Les principaux partis italiens ont trouvé particulièrement difficile de contenir la colère des électeurs, l’économie étant encore inférieure de 6% à celle d’il y a dix ans et le chômage à environ 11%.

Les Juifs italiens ont historiquement voté des deux côtés du spectre politique. Mais ces dernières années, la plupart d’entre eux ont soutenu les partis de droite. Dans une étude de 2012, 39 pour cent ont déclaré qu’ils se sentaient plus à l’aise avec le droit ou le centre-droit. Un quart a dit “personne”; seulement 15% ont soutenu la gauche.

L’Italie a connu des bouleversements politiques importants avec trois gouvernements de gauche depuis 2013. L’un était dirigé par Matteo Renzi, qui a établi des liens étroits avec les communautés juives italiennes en faisant de la lutte contre l’antisémitisme une priorité.

Le plus grand changement dans la configuration politique a été l’avènement du Mouvement 5 étoiles qui a trouvé peu de soutien dans la communauté juive peut-être parce que les politiciens du parti semblent manquer d’empathie sur des questions comme le souvenir de l’Holocauste.

Le maire de Rome, Virginia Raggi, membre du mouvement, par exemple, n’a pas assisté aux funérailles en 2016 de Settimio Piattelli, l’un des derniers survivants de la Shoah de la ville, ni même envoyé un représentant. Il lui a fallu deux jours pour envoyer ses condoléances à la famille et à la communauté juive – et quand elle l’a fait, elle a utilisé une photo de quelqu’un d’autre….

Le candidat du mouvement pour le poste de Premier ministre, Luigi Di Maio, a annoncé que son choix pour le ministre du Développement économique serait Lorenzo Fioramonti, un fervent partisan du BDS anti-israélien (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

Mais la possibilité d’un gouvernement dirigé par M. Di Maio est suffisante pour inquiéter la communauté juive.

Carlotta Jarach, présidente de l’organisation juive italienne de la jeunesse, connue sous le nom d’UGEI, a déclaré que la communauté juive en général s’inquiète de certains partis et candidats. Elle a mentionné notamment le maire d’une petite ville près de Milan, du parti de la Ligue du Nord. Le 27 janvier, ce maire a posté sur Facebook: “A partir d’aujourd’hui c’est est le jour commémoratif de l’Holocauste, n’oubliez pas d’aller vous faire foutre.”

“Le mouvement des cinq étoiles est le parti qui m’inquiète le plus”, a déclaré Jarach. “Certains de leurs dirigeants ont exprimé dans le passé leur soutien au mouvement BDS; Je crois que cela n’est pas motivé par des critiques politiques à l’encontre d’Israël – c’est plutôt un antisémitisme mal dissimulé. C’est un parti populiste, leur rhétorique est remplie de théories du complot. ”

Il y a eu plusieurs épisodes d’antisémitisme ces derniers mois en Italie.

Quelque 40 000 Juifs vivent dans le pays.

Yossi Lempkowicz est Rédacteur en Chef de European Jewish Press.

Source fr.ejpress.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire