Demain sera décidée si une demande de rejeter le parti Ra’am de la Knesset est acceptée

0
51

Demain, la commission électorale discutera de la demande de disqualification du parti Ra’am de se présenter à la Knesset. Cette demande a été présentée par l’organisation « Ad Kan » (« Jusqu’à là », en bon français, « faut pas charrier »), exigeant de disqualifier le parti Ra’am de se présenter à la Knesset en raison des liens du mouvement islamique avec des éléments terroristes. • « Le mouvement islamique est un mouvement frère du Hamas ».

JDN – Benjamin Berger – Illustration : Wikipédia

La commission électorale centrale de la 25e Knesset discutera demain (jeudi) à midi de la demande de l’organisation « Ad Kan » de disqualifier le parti Ra’am de se présenter à la Knesset en raison des liens du mouvement islamique avec des éléments terroristes. Selon la demande de disqualification de l’organisation « Ad Kan », le parti Ra’am est le bras politique du mouvement islamique, qui élit les membres de la liste à la Knesset et prend les décisions de principe pour le parti, et donc la conformité de l’ensemble Mouvement islamique avec les exigences de la loi fondamentale de la Knesset et pas seulement le parti lui-même doit être examiné.

Le mouvement islamique possède une grande variété d’organisations à but non lucratif, de sociétés d’utilité publique et de sociétés commerciales, dont certaines ont été créées après l’entrée de Ra’am dans la coalition, afin d’absorber les budgets promis au secteur arabe dans les négociations de coalition. Le mouvement recueille des aumônes de ses partisans musulmans en Israël s’élevant à des dizaines de millions de shekels par an et leur transfère ses diverses institutions vers des destinations interdites.

LIRE  Ecoutez ce que chante le candidat Croate de l’Eurovision lors de son arrivée en Israel !

Selon la demande « Ad Kan », le mouvement islamique maintient des liens et, ces dernières années, transfère des fonds et des équipements aux organisations caritatives du Hamas dans la région d’Hébron, qui ont été déclarées par l’État d’Israël déjà dans la première décennie des années 2000 comme une association interdite, car ils « appartiennent à l’organisation du Hamas, ou le soutiennent et renforcent l’infrastructure du Hamas ». Le Mouvement islamique transfère également du matériel dans la bande de Gaza qui est distribué par le ministère du Développement social de l’organisation terroriste Hamas à Gaza, en même temps qu’il transfère des fonds aux habitants de Gaza. La 48 Aid Association of the Islamic Movement a deux branches à Gaza, où se trouvent des employés qui, entre autres, coordonnent le travail avec les autorités du Hamas.

La demande de disqualification indique également que le mouvement islamique transfère des fonds d’aide par l’intermédiaire de l’association « Aid 48 » à hauteur de dizaines de millions de NIS par an à la Syrie et au Liban, qui sont définis par la loi comme des pays ennemis. L’organisation ‘Ad Kan’ indique que cela a été fait sans autorisation du ministère des Finances alors que la loi l’exige. Néanmoins, le mouvement ne le cache pas, mais au contraire, en est fier et publie régulièrement sur le sujet.

En janvier dernier, Cheikh Tsavat Farij a été élu président du Mouvement islamique. Farij est président de l’Association Al-Qatsa, qui travaille à renforcer le contrôle musulman du Mont du Temple au nom du Mouvement islamique, organise des transports en commun à travers le pays au Mont du Temple, et plus encore. Pendant plusieurs années, l’association dirigée par Farij a reçu des fonds s’élevant à environ 12,5 millions de NIS du Hamas finançant des fonds qui ont été dépensés illégalement en Israël. En 2015, le ministère de la Défense a confisqué le matériel et les fonds sur le compte bancaire de l’association, car ils provenaient de fonds de financement étrangers du Hamas.

LIRE  Israël : les immigrants continuent à arriver !

L’ancien président du Mouvement islamique, Sheikh Hamad Abu Deabs, est membre du conseil d’administration de l’association depuis 2016, aux côtés d’un ancien député du parti Ra’am et chef de l’ancienne faction sudiste, Ebrahim Zarzour, et d’un l’ancien député de Ra’am, Masoud Ganaim, siège également au conseil d’administration de l’association, qui se définit comme un bras du mouvement islamique, et dans la grande majorité de ses publications, elle ajoute le symbole du mouvement islamique.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire