Les activités du Hezbollah en Amérique Latine révélées et en grande partie démantelées !

0
1700
Les opérations secrètes du mouvement terroriste chiite libanais Hezbollah (soutenu et financé par l’Iran) en Amérique Latine et en Amérique du Sud ont été révélées grace à une enquête intensive menée par les États-Unis et la Colombie.
Selon des médias colombiens, le Hezbollah est présent dans le pays sous le couvert d’une organisation légitime appelée « External Security Organisation » (ESO), qui est en fait une branche de l’Unité 910, le bras armé du Hezbollah pour les opérations étrangères, unité responsable de l’attentat terroriste de 2012 à Burgas (Bulgarie) et des attaques en Argentine pendant les années 1990.
Le site d’informations en langue espagnole Infobae a rapporté que la présence et les activités du Hezbollah ont été confirmées par la police colombienne dans le cadre d’une enquête qui aura duré  trois ans menée conjointement avec la Drug Enforcement Agency (DEA), agence anti-drogue des États-Unis.

L’enquête a permis d’identifier les entités commerciales et les plates-formes dont le Hezbollah a fait usage pour couvrir ses activités, notamment le trafic de drogue, la vente et l’exportation de véhicules volés et le blanchiment d’argent, parallèlement au recrutement de personnels locaux pour de futures activités liées au terrorisme.

La police colombienne a travaillé avec le bureau local d’Interpol pour identifier les méthodes d’opérations de l’organisation terroriste chiite.
Premièrement, l’organisation travaille pour assurer la sécurité et la confidentialité de ses membres en installant ses agents dans des villes comme Cartagena, Barranqilla et Maicao en utilisant des faux papiers.
Ensuite, l’organisation a créé des entités commerciales spécialisées dans le textile (y compris la contrebande de vêtements du Panama au Liban), l’exportation de charbon vers le Liban et la vente de viande.

LIRE  Un ancien néonazi se convertit au judaïsme

Selon les sources du renseignement colombien, 80% des revenus de ces activités sont acheminés par les banques européennes en direction de Beyrouth et sont utilisés pour soutenir l’organisation terroriste.
Les 20% restants sont réinvestis dans des entreprises colombiennes et panaméennes.
Le recrutement et l’endoctrinement ont lieu à plusieurs niveaux.
Premièrement, les partisans sont recrutés dans les mosquées locales et les centres communautaires et sont envoyés au Liban avec des «bourses d’études».
Il y a environ 40.000 musulmans en Colombie, cinq mosquées et 10 centres culturels islamiques.
Au cours de ces 15 dernières années, les conversions à l’Islam ont augmenté de 40%.
Le Hezbollah utilise les réseaux sociaux en Colombie et au Panama pour identifier les partisans suceptibles de les rejoindre puis essaie de les faire se convertir, le but final étant de les transformer en agents du Hezbollah.
Les autorités colombiennes ont découvert que les ordres étaient émis depuis Téhéran (Iran) via le Liban et de là, vers l’organisation ESO.

 L’un des principaux membres du réseau est Abdallah Rada Ramel, un Libanais, responsable des opérations du Hezbollah au Panama.
Il voyageait entre de nombreux pays dont le Venezuela, le Paraguay, le Brésil, l’Argentine, le Mexique, l’Allemagne, la Suisse et les États-Unis.
Il y a environ un an, il a été expulsé de Colombie après avoir été accusé de trafic de drogue et de blanchiment d’argent.
L’Organisation de Sécurité Externe » (ESO) peut sembler banale mais c’est essentiellement le bras opératoire étranger du Hezbollah, parfois appelé l’Unité 910.
Imad Mughniye était le fondateur et le leader de l’organisation jusqu’à son assassinat en 2008;  son chef actuel est maintenant Talal Hamiyeh.
En Australie, l’ESO est désignée comme une organisation terroriste et un site web du gouvernement l’appelle « la branche clandestine du Hezbollah, responsable de la planification et de la réalisation d’attaques terroristes contre les ennemis du Hezbollah à l’extérieur du Liban.
L’ESO agit indépendamment de l’organisation mère et est devenue l’une des organisations terroristes les plus organisées au monde « .
Entre autres, l’ESO a été jugée responsable de l’attaque terroriste de 2012 dans la station balnéaire bulgare de Burgas, au cours de laquelle cinq israéliens et bulgares ont été tués; l’attentat à la bombe contre le centre communautaire juif de Buenos Aires en 1994 qui a fait 85 morts et l’attentat à la bombe contre l’ambassade d’Israël en Argentine deux ans auparavant, qui a fait 29 morts et 242 blessés.

En outre, l’ESO a été impliqué dans de nombreuses tentatives d’attaques:
En 2014, un membre de l’organisation a admis avoir planifié une attaque contre des Israéliens à Bangkok, en Thaïlande.
En 2013, des agents de l’ESO ont été arrêtés au Nigeria et une cache d’armes a été découverte.
La même année, un citoyen du Liban et de la Suède a été arrêté à Chypre pour avoir surveillé des touristes israéliens en Europe.

LIRE  Pourquoi les politiques français n’ont pas le cran d’interdire l’UOIF

La fin de l’enquête a permis l’arrestation de plusieurs dizaines de membre de l’ESA, les entreprises qui appartenaient à l’organisation ont été fermées et les biens ont été saisis.
Les trois principaux blanchisseur d’argent ont été arrêtés, il s’agit de Mohammad Ahmad Ammar, détenu aux États-Unis, Hassan Mohsen Mansour, en garde à vue à Paris et Ghassan Diab, arrêté au Nigeria.

Plusieurs autres informations sont bien sur restées confidentielles….

Source Koide9enisrael

Aucun commentaires

Laisser un commentaire