Les dirigeants de Google, Apple et Yahoo – et l’éducation de leurs enfants…

Les parents travaillant dans la Silicon Valley envoient leurs enfants dans une école où il n'y a aucun ordinateur en vue - et ils ne sont pas les seuls.

0
451

Au cœur de la Silicon Valley se trouve une école de neuf classes où les cadres des géants technologiques Google, Apple et Yahoo envoient leurs enfants. Mais bien qu’elle soit au coeur du bastion numérique de l’Amérique, il n’y a pas un seul iPad, smartphone ou écran en vue.

Au lieu de cela, les enseignants de l’école Waldorf préfèrent une approche plus pratique et vivante à l’apprentissage, qui contraste fortement avec la précipitation actuelle de remplir les salles de classe avec les derniers dispositifs électroniques. Ici, la vision pédagogie consiste à mettre l’accent sur le rôle de l’imagination dans l’apprentissage, et adopte une approche holistique qui intègre le développement intellectuel, pratique et créatif des élèves.

Mais le fait que les parents qui travaillent pour des entreprises technologiques pionnières remettent en question la valeur des ordinateurs dans l’éducation pose la question suivante : le rêve futuriste de salles de classe high-tech est-il vraiment dans le meilleur intérêt de la prochaine génération?

Un rapport de l’OCDE suggère que les systèmes éducatifs qui ont investi massivement dans les ordinateurs n’ont pas «amélioré sensiblement» leurs résultats en lecture, en mathématiques et en sciences. Le directeur de l’éducation de l’OCDE, Andreas Schleicher, a déclaré: «Si l’on considère les systèmes éducatifs les plus performants, comme ceux de l’Asie de l’Est, on constate qu’ils ont été très prudents quant à l’utilisation de la technologie dans leur classe.»

«Les étudiants qui utilisent des tablettes et des ordinateurs ont souvent tendance à faire plus mal que ceux qui les utilisent modérément», ajoute-t-il.

D’autres rapports ont soulevé des inquiétudes au sujet de l’impact potentiellement négatif des médias sociaux sur les jeunes, et le comportement perturbateur associé à l’utilisation des téléphones mobiles et des tablettes en salle de classe est en cours d’examen au Royaume-Uni.

Beverly Amico, responsable de la sensibilisation et du développement à l’Association des écoles Waldorf d’Amérique du Nord, explique que leur approche utilise «les vérités issues de l’expérience sur la façon dont les enfants apprennent le mieux». Les enseignants encouragent les élèves à apprendre les matières du programme en s’exprimant par des activités artistiques telles que la peinture et le dessin plutôt que de consommer de l’information téléchargée sur une tablette.

Par exemple, une leçon typique pour les élèves de quatrième année peut inclure l’apprentissage de la mythologie nordique en faisant leurs propres illustrations des histoires, l’acquisition de compétences en résolution de problèmes mathématiques à travers le tricotage ou la pratique d’une langue moderne en jouant au catch.

Amico insiste sur le fait que cette approche plus créative de l’éducation est beaucoup plus efficace que de montrer aux élèves une série d’images sur un écran.

«Les leçons sont prodiguées par un être humain qui se soucie non seulement de l’éducation de l’enfant, mais aussi de celui-ci en tant qu’individu», dit-elle. « De quoi vous souvenez-vous devenu adulte? Des sorties de terrain, de s’être sali les mains dans un laboratoire ou d’une belle histoire. Ce sont les choses qui restent avec vous 50 ans plus tard ».

Les salles de classe Waldorf sont également conçues pour que les étudiants soient détendus, avec des bureaux en bois naturel et des plantes. L’idée est de supprimer la distraction des médias électroniques et d’encourager un engagement plus fort entre l’enseignant et l’élève au cours des leçons.

Amico affirme que l’une des raisons pour lesquelles les parents qui travaillent dans l’industrie numérique choisissent une éducation sans technologie pour leurs enfants, c’est qu’elle forme à la pensée innovatrices que recherchent de nombreux employeurs. Elle ajoute que les étudiants gavés de technologie manquent souvent de cette capacité de penser en dehors des cadres et de résoudre des problèmes.

Sarah Thorne, directrice de l’école London Acorn, s’interroge également sur l’idée selon laquelle la limitation de l’utilisation de la technologie en classe aura un impact négatif sur l’employabilité future de l’étudiant.

A l’école de Morden de Londres, les élèves de moins de 12 ans sont interdits de smartphone, d’ordinateur et de télévision, y compris pendant les vacances. Cette école prône une «intégration progressive» des appareils électroniques tout au long du développement de l’enfant: les élèves sont autorisés à regarder la télévision à partir de l’âge de 12 ans, et seulement les documentaires qui ont été préalablement contrôlés par les parents. Ils ne peuvent pas regarder de films jusqu’à ce qu’ils aient 14 ans. L’Internet est interdit complètement pour tout le monde jusqu’à 16 ans – à la maison et à l’école. Et les ordinateurs ne sont utilisés que dans le cadre du programme pour les plus de 14 ans.

Cela peut sembler draconien, mais Thorne croit qu’une approche plus réfléchie de l’utilisation de la technologie en classe permet aux enseignants d’aider les élèves à développer des compétences de base telles que la prise de décision, la créativité et la concentration – qui sont beaucoup plus importants que la capacité de tapoter sur un iPad ou de remplir une feuille de calcul Excel. En outre, ajoute Thorne, une grande partie de la technologie considérée comme de pointe aujourd’hui sera obsolète demain.

«L’école est un périple initiatique et on devrait le rendre aussi complexe, riche et intéressant que possible. Le problème avec l’information instantanée est que la facilité avec laquelle vous pouvez aller de A à B et trouver les réponses ne reflète pas la vie réelle », dit-elle.

« En termes de concentration en classe, nous avons tendance à avoir très peu de bavardages parce que nos élèves sont réellement engagés dans leur apprentissage. Les enfants de notre école sont très absorbés dans leur travail et c’est parce que nous leur donnons l’espace pour le faire.

Thorne affirme que les commentaires des élèves sur les restrictions sont positifs. Les jeunes élèves apprécient la possibilité de jouer ensemble et même les adolescents qui ont fait la transition d’une école ordinaire admettent qu’ils sont plus heureux.

Restreindre l’utilisation de la technologie est aussi un défi pour les enseignants du 21e siècle, habitué à l’accès facile aux ressources et à l’information que les tableaux blancs interactifs et les ordinateurs permettent.

«C’est un travail difficile», admet Ian Young, professeur à la Steiner Academy Hereford, où les appareils numériques ne sont introduits dans les salles de classe qu’à partir du secondaire. Même alors, ils ont un rôle limité dans l’apprentissage. Selon Sylvie Sklan, la présidente de l’école, cette philosophie repose sur la conviction que les dispositifs numériques empêchent la pensée imaginative, le mouvement, l’interaction humaine et l’attention et n’ont aucune place dans l’éducation des jeunes enfants. Là aussi, les enfants sont encouragés à apprendre par le jeu et les activités artistiques.

Young explique qu’ils conservent  l’attention des enfants en accompagnant les leçons d’un mélange d’activités variées, que ce soit par l’illustration des livres ou la lecture silencieuse.

« Vous devez certainement être beaucoup plus créatif dans la façon dont vous donner une leçon », dit-il. « Vous devez vous assurer que vous les tenez en haleine pour ce qui vient ensuite. C’est un art. »

Il ajoute: «L’éducation est affaire de contact humain et d’interaction. Je ne pense pas que l’on fasse une faveur aux enfants lorsqu’on les éduque par l’entremise de machines dès un si jeune âge. »

 

Aucun commentaires

Laisser un commentaire