Enquête : combien d’orthodoxes travaillent en fait – réponse au sieur Lieberman

0
408

Dans le contexte de la question du taux d’orthodoxes qui sont sur le marché du travail lancée par le ministre des Finances Lieberman, qui mettait en relation les problèmes économiques et le nombre d’orthodoxes en travaillant pas, une étude approfondie a été menée sur l’étendue de l’emploi et du non-emploi dans le secteur, même à travers la segmentation en classes, et la les résultats étonneront même le ministre des Finances Avigdor Lieberman. Bien que lui, rien ne l’étonne, puisqu’il s’agit de sa part de déclarations faussées, reposant juste sur l’antisémitisme notoire qu’il veut diffuser.

Be’hadré ‘Harédim – Israël Lefkowitz

Depuis deux semaines, les économistes du ministère des Finances traitent de la question de l’emploi orthodoxe. Les résultats ont enfin été dévoilés.

La société de sondage Direct Falls publie ce soir (samedi soir) les résultats sur l’étendue de l’emploi et du non-emploi dans la société orthodoxe.

Environ 78 960 hommes orthodoxes en âge de travailler ne travaillent pas. Ils ne constituent que 1,85 % des 4,2 millions de personnes qui composent la population active en Israël. Beaucoup de ces orthodoxes sont mariés et environ 89% de leurs propres femmes travaillent, la plupart à temps plein et à un pourcentage plus élevé que la moyenne nationale, il s’agit donc de familles basées sur un seul soutien de famille dans la famille.

Ces derniers mois, Direct Falls a mené des études de terrain qui comprenaient une cartographie approfondie de l’ensemble de la population orthodoxe en Israël, jusqu’au niveau des villes et des quartiers.

Les données montrent que la population orthodoxe en Israël compte environ 1 285 000 personnes, soit environ 13,5 % de la population du pays.

LIRE  Paris-Match interviewe le chef du Hamas : le poids des mensonges, le choc de la mauvaise foi

L’études comprenait 2 500 échantillons de tous les groupes et secteurs orthodoxes, autour d’un large éventail de nombreuses questions publiques et commerciales.

Certaines des données liées à l’emploi des orthodoxes sont présentées ce soir dans le cadre des travaux approfondis sur la question ces dernières semaines :

La grande majorité des ultra-orthodoxes (70,1%) sont des jeunes jusqu’à 25 ans, qui sont considérés comme n’ayant pas atteint l’âge de l’emploi en Israël (l’âge de l’emploi selon le CBS est calculé à partir de 25 ans).

Les hommes orthodoxes en âge de travailler sont au nombre d’environ 172 000 personnes, dont 54,3 % travaillent à temps plein ou à temps partiel et seulement 45,7 % dans cette section (environ 79 000 hommes orthodoxes en tant que tels) à temps plein.

Dans la société orthodoxe, il y a quatre composantes principales : ‘hassidim, lituaniens, séfarades et autres – dont les convertis. Parmi ces factions, le pourcentage élevé d’étudiants se concentre principalement sur le secteur lituanien, et c’est aussi le secteur dans lequel les femmes travaillent à un pourcentage plus élevé même que le taux d’emploi des femmes parmi l’ensemble de la population en Israël.

Les Lituaniens ont fait le choix d’une inversion des rôles dans la famille et ils appliquent également leur idéologie à la pratique prônant le principe de « l’on vit avec ce qu’on a ».

Selon l’enquête, il convient de noter que la société orthodoxe consacre aussi majoritairement la troisième décennie de sa vie (20 à 29 ans) aux études, mais après cela, le pourcentage de chômeurs diminue, et tout cela avant les changements dans la jeune génération orthodoxe (25 à 35 ans) La combinaison études-travail ne cesse de croître.

LIRE  L'effet Biden assombrit le Moyen-Orient

Ce n’est que la pointe de l’iceberg de la révolution qui se déroule dans la société orthodoxe. Et pour résumer, les responsables des finances, avec un retard habituel de leur part, essaient de proposer des solutions qui étaient peut-être importantes il y a dix ans – mais qui deviennent de toute façon hors de propos dans les années à venir.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire