Est-ce cette intervention qui a convaincu la députée (arabe) de Mérets de voter contre la loi ?

2
236

Le discours prononcé ce soir par un haut responsable du Likud condamnant le projet de loi a-t-il amené la députée de la Knesset de la faction Meretz à reconsidérer son vote et à renverser la loi de sa propre voix ? C’est possible. Le discours de Levin au plénum présentait des arguments convaincants…

Be’hadré ‘Harédim – Ari Kalman – Yariv Levin Photo : Danny Shem Tov, porte-parole de la Knesset

Quelques minutes avant le vote, qui s’est terminé en drame, lorsque le projet de loi est tombé en première lecture, le député Yariv Levin, président de la faction du Likud, s’est adressé à l’assemblée plénière, concentrant son discours sur la députée Jaida Rinawi Zoabi de Mérets, pour qu’elle s’y oppose.

Le député Levin a déclaré dans son discours : « À mes yeux, ce projet de loi est une honte et une insolence qui dépasse toute limite. Monsieur le Président, sous le slogan de la soi-disant égalité des charges, une loi est présentée ici qui n’est qu’une grosse discrimination.

« Je vous demande, MK Gida Rinawi, » Levin s’est adressé au MK. « Comment osez-vous soutenir cette loi ? Que voulez-vous, recruter tout le monde ? Est-ce vraiment ce que vous voulez ? Êtes-vous favorable à l’enrôlement du public arabe à l’armée ? Vous ne le voulez pas, après tout. »

Levin a poursuivi en s’adressant à Zoabi, qui l’a écouté attentivement : « Pourquoi pensez-vous que vous avez le droit d’intervenir, nous sommes le public arabe – mettez-nous de côté, mais eux doivent s’enrôler ! Pourquoi ? Leur foi est moins bonne que votre foi ? Ils n’ont pas au moins autant droit à leur foi que vous ?

LIRE  Comment Haïti sauva des Juifs

« Eh bien, si une personne vient et dit que tout le monde devrait aller à l’armée, je peux encore comprendre cela. Mais quand un homme vient et dit : ‘Moi, je ne m’enrôle pas, mais eux doivent le faire, vous comprenez ce que vous faites ? Vous n’avez pas de conscience ? »

Il lui envoya plus tard un message menaçant : « Au fait, ne comprenez-vous pas que demain ça peut être bouleversé et que direz-vous alors ? Quelle explication aurez-vous ? Je vous suggère d’aller réfléchir, au moins avec vous-même, et avec le public qui vous a envoyé – pour ne pas vous retrouvez en un jour qui viendra et il n’est pas loin qu’une autre proposition, et vous n’aurez pas le droit de vous y opposer et de dire mot. »

Convaincant, non ?

2 Commentaires

Laisser un commentaire