La France se permet des « assassinats ciblés » qu’elle interdit à Israël

0
844

En toute hypocrisie, l’armée française explique cibler des objectifs non nominatifs, en clair, les drones français n’auraient pas de liste de djihadistes à abattre en Syrie. Mais en pratique, le nombre de djihadistes français éliminés lors de raids de l’armée française ne cesse d’augmenter selon Libération.

Rappelons que la France a continuellement condamné les assassinats ciblés réalisés par Israël contre des terroristes palestiniens. Par exemple, en 2004, Israël éliminait le chef du mouvement terroriste Hamas. Réaction de la France à l’époque: « La France condamne l’attaque perpétrée contre le chef du Hamas, Abdelaziz al-Rantassi, qui a provoqué sa mort. Elle déclare un nouvelle fois que les exécutions extrajudiciaires sont contraires au droit international et sont inacceptables. Chaque état de la région a le droit de protéger ses citoyens, mais pas au mépris du droit », indique un communiqué du Quai d’Orsay.

Aujourd’hui la France ne «revendique» pas la réalisation d’assassinats ciblés. Pour Elie Tenenbaum, chercheur au laboratoire de recherche sur la défense à l’Institut français des relations internationales, des « blocages juridiques expliquent que les responsables français ne disent pas cibler des individus en tant que tels. » Ils craignent notamment que des familles de djihadistes français décident un jour de se retourner contre l’Etat, en justice, précise le chercheur. Mais une « kill list » française existe bel et bien selon le livre très documenté, paru en 2015, les Tueurs de la République (Fayard). Ce répertoire «ultra-secret contient les noms des personnes dont l’élimination a été secrètement approuvée», écrit l’auteur Vincent Nouzille, qui détaille des opérations contre des chefs terroristes en Afghanistan, en Somalie et dans le Sahel, rapporte Libération…

LIRE  Zemmour, Zineb, Finkielkraut, les toreros du débat

 

Source http://coolamnews.com/la-france-se-permet-des-assassinats-cibles-quelle-interdit-a-israel/

Aucun commentaires

Laisser un commentaire