Un garçon sauvé avec sa mère d’un village arabe fait sa Bar Mitzva au Kottel

0
975
Grosse émotion récemment au Kotel lorsqu’un jeune homme a pris sur lui d’accomplir les mitsvoth et de devenir un érudit de la Tora alors qu’il célébrait sa Bar Mitzva. Les yeux des membres de sa famille et des membres de l’association Yad Lea’him ne sont pas restés secs, lorsque le jeune homme a placé les tefillin que l’organisation avait achetés pour lui…. Détails….

Certains de ceux qui étaient présents n’étaient pas au courant que le garçon qui fêtait  sa Bar Mitzva avait été obligé de lire les versets du Coran durant de longues années.
L’histoire a commencé il y a 15 ans, quand S., une jeune femme juive de Jérusalem, a rencontré un homme de confession musulmane.
L’homme avait alors exploité sa détresse personnelle et peu de temps après, ils s’étaient mariés et avaient déménagé dans un village arabe.
Ce n’est qu’après avoir souffert de multiples violences qui ont presque mené à sa mort que S. s’est tournée vers l’organisation Yad Lea’him. Après de nombreux contacts téléphoniques, les volontaires de l’organisation ont monté une opération complexe afin d’extirper S. et son fils du cœur d’un village arabe de Samarie pour les transférer dans une cachette bien gardée.
Sous la direction de conseillers juridiques de Yad Lea’him, S. a porté plainte auprès de la police contre les violences de son mari arabe et lorsque son mari a été jugé et emprisonné, la mère juive a reçu la garde exclusive de son fils.
Au fil des années, S. s’est tournée vers le judaïsme avec son fils.
Il a alors commencé à étudier dans le Talmud Tora de la ville où ils vivaient. Cette semaine, la Bar Mitzva a été célébrée avec la famille et avec les volontaires de l’organisation.
Il y avait pour l’occasion des tambours et des chofars, attirant l’attention du public sur le chemin vers le Mur.
Quelques heures plus tard dans la soirée une soirée a été organisée dans une salle de banquet à Ashkelon, en présence de la famille, des amis et d’autres étudiants de la Yechiva de Yad Léahim.

 

 

 

Source Koide9enisrael

Aucun commentaires

Laisser un commentaire