Georges Bensoussan: «Le vrai tabou n’est pas l’antisémitisme, mais qui sont les antisémites»

0
155
Georges Bensoussan, est un historien français

GRAND ENTRETIEN – La cour d’appel de Paris vient de prononcer l’irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, une retraitée de confession juive. Pour l’historien Georges Bensoussan, un procès aurait permis d’éclairer une affaire révélatrice des fractures françaises.

LE FIGARO MAGAZINE. – Le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi a été reconnu. Mais la cour d’appel de Paris a jugé que la surconsommation de cannabis abolissait le discernement du meurtrier. Kobili Traoré ne sera pas jugé. Que vous inspire cette décision?

Georges BENSOUSSAN. – Sur le plan des faits, cette décision paraît étrange. Cette nuit-là, en effet, Traoré avait assez de discernement pour pénétrer chez les Diarra, ses voisins maliens, sans leur faire aucun mal et avec le seul souci de passer par le balcon de leur appartement mitoyen de celui de Sarah Halimi. En proie à une bouffée délirante due à sa consommation de cannabis, il pouvait agresser n’importe quel voisin. Ce qu’il ne fait pas. Il s’en prend à cette femme spécifiquement, qu’il va massacrer en la qualifiant de «sheitan» (diable en arabe) après avoir passé une partie de la journée à la mosquée voisine connue pour son «radicalisme religieux», comme on dit en novlangue. S’en prendre à une personne précise …

Lire la suite ici www.lefigaro.fr
LIRE  C'est quoi, la France ?

Aucun commentaires

Laisser un commentaire