Un groupe israélien d’extrême-gauche invité à parler au conseil de sécurité

0
412
NEW YORK, 30 aot (Xinhua) -- Les reprיsentants participent א une rיunion du Conseil de sיcuritי de l'ONU au siטge de l'ONU א New York, le 30 aot 2012. La rיunion a יtי convoquיe par la France, qui assume la prיsidence tournante du Conseil pendant ce mois-ci. Fin

Dans un geste inhabituel mais pas surprenant, la Bolivie a invité l’ONG israélienne d’extrême-gauche B’Tselem à s’adresser jeudi au conseil de sécurité des Nations Unies lors de sa réunion mensuelle sur le Moyen Orient.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Danny Danon, a reproché à B’Tselem d’avoir accepté une telle invitation, en particulier émanant d’un pays comme la Bolivie, qui a qualifié les soldats de Tsahal de « meurtriers ».

« C’est non seulement une honte pour l’organisation, mais cela dépasse également les lignes rouges pour les pays étrangers dotés d’un programme anti-israélien qui financent puis invitent B’Tselem à témoigner contre nous, » a dit Danon.

Il a dirigé certaines de ses observations contre le directeur général de B’Tselem, Hagai El-Ad, qui représentera l’organisation aux Nations Unies.

« Nous exposerons non seulement les incitations et les mensonges palestiniens, mais également ceux de Hagai El-Ad et de B’Tselem. Nous continuerons à défendre Israël et la vérité », a déclaré Danon.

B’Tselem a répondu qu’il « continuerait à documenter et à publier la réalité de l’occupation que le gouvernement tente de cacher, y compris cette semaine, dans laquelle Israël a l’intention de commettre le crime de guerre de démolir Khan al-Ahmar et de transférer de force ses résidents. »

L’ONG anti-israélienne a ajouté : « empêcher des millions de personnes de jouir de leurs droits politiques et les maintenir sous un régime militaire pendant des générations n’est pas un problème mineur, mais un problème de conséquences et d’inquiétudes internationales. »

Jeudi marquera la première fois que B’Tselem prendra la parole lors d’une réunion officielle du conseil de sécurité des Nations Unies. Ils ont pris la parole avant une session informelle du conseil en 2016. A l’époque ils s’étaient concentrés sur les implantations en Judée Samarie.

LIRE  Attaque près de New York: l'assaillant avait fait référence à Hitler

Une grande partie des commentaires du public au cours des réunions mensuelles portent sur Israël plutôt que sur d’autres problèmes régionaux.

Le coordinateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen Orient, Nickolay Mladenov, informe souvent les états membres du conseil des évènements survenus depuis la dernière réunion.

Les 15 états membres peuvent également parler et, dans certains cas, Danon et l’ambassadeur de l’autorité palestinienne sont également invités à parler.

La Bolivie a lancé cette invitation car elle assure la présidence tournante du conseil de sécurité ce mois-ci.

Source www.juif.org

Aucun commentaires

Laisser un commentaire