Israël : un couple religieux repousse son mariage pour réjouir des orphelins

0
307

Adar Aharon et Yishai Drex, un jeune couple religieux du centre du pays, s’est fiancé il y a quelques mois. Ils étaient très impatients de se retrouver enfin sous le dais nuptial, mais au dernier moment, ils ont décidé de repousser, pour une raison qui en valait joliment la peine : l’organisation d’une bar-mitsva pour trente orphelins nécessiteux.

« Il y a quatre ans, mon père est décédé et j’ai décidé de faire quelque chose d’important à sa mémoire », explique Yishai Drex, responsable de médias originaire de Roch Ha’ayin. « Certains choisissent d’inaugurer un Séfer Tora dans leur synagogue, d’autres organisent des conférences, et personnellement, j’ai décidé que chaque année, j’organiserai la bar-mitzvah d’enfants orphelins afin de les rendre heureux, de veiller à ce qu’ils ne manquent de rien et de leur donner une chance égale de célébrer une bar-mitsva, comme tout autre enfant en Israël.

Il a rencontré Adar, secrétaire médicale à Bené Brak, qui est devenue un élément naturel de l’initiative. Depuis lors, ils reçoivent de la part des services sociaux, de conseillers scolaires, de familles endeuillées, de programmes de radio, d’associations et de particuliers qui ont entendu parler du projet, une liste d’enfants qui ne peuvent pas se permettre d’organiser une bar-mitzvah.

Yishai explique que l’organisation de l’événement nécessite beaucoup de temps et d’efforts, il n’avait donc probablement pas prévu de le faire cette fois-ci le même mois que son mariage, mais les plans ont ensuite légèrement changé. « Un soir, environ un mois avant le mariage, nous nous sommes rendus à Ayalon et soudain, j’ai reçu un appel téléphonique d’une veuve dont le fils avait l’année dernière participé à notre bar mitsva. Elle m’a dit qu’elle avait des jumeaux qui auront 13 ans en janvier, et m’a supplié d’organiser leur bar-mitsva « .

LIRE  40 ans d'histoire, d'une propagande de haine et d'antisémitisme

Il s’est dit qu’il ne pouvait pas refuser, mais il savait qu’il ne pourrait pas prendre la décision seul.  « C’est une mitsva de réjouir le ‘hatan et la kala, alors je lui ai dit que je lui donnerai une réponse le lendemain. Adar a entendu toute la conversation et, à la fin, nous nous sommes regardés dans les yeux et je lui ai dit: « C’est ta décision ». « Elle a hoché la tête et répondu : « Ce ne sera pas facile, mais faisons-le. « 

Lire la suite ici www1.alliancefr.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire