La 3eme Guerre du Liban

La 3eme Guerre du Liban

0
64

Tsahal a créé 14 équipes pour tirer les leçons de l’opération « Gardien des murailles », et la grande question est maintenant de savoir comment l’opération affectera la grande campagne contre le Hezbollah ? 

Selon les prévisions, le front intérieur absorbera des milliers de roquettes chaque jour, et la couverture du dôme de fer ne sera peut-être pas suffisante ; l’armée de l’air sera attaquée sur toutes les bases. Tsahal sera forcée de prendre immédiatement des mesures terrestres. Et les combats s’étendront également au Hamas et la Syrie. Le Maj. Général Giora Island indique : « C’est une campagne qui nécessite une autre façon de penser, une préparation différente, une coalition différente – et je ne suis pas sûr que l’état-major le comprend. Gaza a été un signal d’alarme pour notre préparation à la guerre dans le Nord. Nous ne devons en prendre conscience.

Dimanche dernier, deux jours et demi après l’opération « Gardien des murailles », le chef d’état-major Aviv Kochavi a accepté de mettre en place 14 équipes d’investigation pour les différentes questions soulevées. Les équipes s’engageront dans presque tout ce qui est imaginable : renseignement, cibles, armements et intercepteurs, campagne contre les roquettes, front intérieur, mental, et plus encore. Dans environ un mois et demi, l’état-major général se réunira pour un atelier de quelques jours afin de tirer des enseignements de l’opération.

Les enquêtes porteront sur ce qui s’est passé à Gaza, mais chacune comprendra également un chapitre consacré à la partie nord. Malgré les différences entre les secteurs, Tsahal demande à apprendre quelles leçons peuvent être tirées de ce qui s’est passé avec le Hamas, sur ce qui se passera sur le front, qui est beaucoup plus difficile, à savoir contre le Hezbollah. Des officiers supérieurs de la force régulière et de la réserve, avec lesquels nous avons parlé cette semaine, nous avertissent de l’état d’esprit de Tsahal dans le cadre de ces enquêtes que « l’atmosphère dominante de l’état-major général est d’euphorique, » dit l’un d’eux, « un sentiment de grande victoire militaire. Certains parlent de la guerre des Six Jours. »

Alors que dans l’armée israélienne on parle de l’opération à Gaza en termes plus dramatiques, voire surprenants. Il y a un très grand écart entre les sentiments du public, qui vous dit ce qui aurait dû être, et ce qui va être, et ce qui se dit dans les hautes sphères, qui parlent d’une victoire absolument décisive. Il y a aussi un écart incroyable entre la façon dont Tsahal reprend la campagne et la façon dont elle est vue dans la région (comme une victoire du Hamas, ou du moins comme un match nul). Pour les militaires Tsahal a gagné à Gaza. Pas par KO, mais d’une manière certaine. Le Hamas a sous-estimé la réponse israélienne, et certainement pas sa force. Son programme de développement a été presque complètement détruit, et de vastes sections de son réseau de tunnel (le métro) ont été détruits. L’organisation a échoué dans toutes ses tentatives pour réaliser des surprises – Tsahal a réussi à bloquer les intrusions au sol ou  à travers les tunnels, les tirs antichars et de drones ont perturbés les drones et les navires autonomes sous-marins du Hamas.

Compte tenu du nombre de victimes civiles en Israël (12 tuées avec plus de 4500 roquettes lancées depuis Gaza), la réussite de la défense du système Dôme de Fer a rendu difficile au Hamas de présenter son action comme une victoire militaire. La défense de la frontière était presque hermétiquement : un soldat, le sergent d’état-major Omar Tabib, a été tué (par un missile antichar), et il n’y a pas eu d’autres victimes parmi les forces dans la région. Pour une nation qui sanctifie la vie de ses combattants plus que celle de ses citoyens, c’était une question cruciale pour le moral national. En fait, l’armée israélienne a eu moins de succès dans deux domaines : elle n’a pas réussi à réduire significativement les tirs de roquettes sur Israël et n’a pas éliminé la direction du Hamas. Ce sont également les deux succès militaires immédiats que le Hamas peut présenter – son succès à faire pleuvoir beaucoup de roquettes sur Israël du premier au dernier moment, et le fait qu’il reste sur ses pieds jusqu’à la fin.

« Nous mesurons les kilomètres de tunnels détruits  et comptons le nombre de morts », déclare Raz Zimet, chercheur à l’Institut d’études sur la sécurité nationale, spécialisé sur l’Iran et ses satellites, « nos ennemis le voit différemment, dans une perspective plus large. En ce qui les concerne, il a été prouvé une fois de plus qu’une grande confrontation avec Israël peut avoir lieu. » Le Hamas, comme toujours, savait que c’était une voie à une double perception des choses. Dans l’arène régionale, il se présente comme le vainqueur et Israël comme ayant de nouveau échoué à vaincre un ennemi qui est nettement plus faible, tandis que dans l’arène internationale, il se présente comme la victime et les habitants de la bande de Gaza souffrant de la brutalité déraisonnable que Tsahal a déclenchée.

Avec l’incendie qu’il a réussi à allumer à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et à la frontière libanaise, et avec la violence dans les villes mixtes, le Hamas a écrit lui-même une assez bonne partition. Bien qu’il ait échoué militairement (surtout sur la question des tunnels, ce qui l’obligera à mener une enquête approfondie et à examiner la valeur de l’investissement dans un réseau qui est devenu non un refuge mais un piège mortel), mais le tableau d’ensemble est moins concluant et exige qu’Israël l’examine honnêtement et y réfléchisse.

C’est ce que Tsahal a l’intention de faire avec les équipes d’enquête qu’elle a mises en place. Sauf qu’il y a un double problème ici : on sait que certaines choses ne sont pas sous la responsabilité de l’armée (l’état d’esprit, par exemple), de sorte qu’elle ne tire pas vraiment de leçons à leur sujet. Deuxièmement, Tsahal est convaincue qu’elle a gagné. Elle pourrait être aveuglée et éviter de faire ce qui doit être fait de façon profonde et honnête.

Avec le recul, il est clair que Shiya Sinwar, et non Muhammad Def, est responsable du désastre qui a conduit à l’embrasement de Jérusalem. Sinwar ne pensait probablement pas que cet embrasement mènerait à une réaction israélienne aussi forte, mais il a quand même pris le risque sciemment. Selon la division de recherche des forces armées, autour de la bataille de Jérusalem, Sinwar a commencé à penser à lui-même en termes de Saladin : Magen (defenseur) al-Aqsa, le défenseur des Palestiniens, le chef musulman. C’est tout le contraire de ce que les services de renseignements militaires disaient à son sujet voilà quelques semaines à savoir qu’il est un facteur pragmatique empêchant l’escalade afin de permettre la  croissance et le rétablissement économique de la bande de Gaza.

Sinwar a peut-être subi une transformation complète et s’est senti revigoré, ce qui l’a amené à abandonner costume du politique et à retourner à l’uniforme de combat. Cela lui est peut-être arrivé en raison de sa quasi-défaite aux élections du Hamas et des sévères critiques internes qu’il a reçues pour avoir négligé la voie du djihad. Le problème est que les forces armées n’ont pas perçu ce changement : si elles l’avaient su à temps, Israël n’aurait pas été surpris par l’embrasement à Jérusalem, et ne serait pas tombée dans un état de surprise suite à ces évènements. « On s’attend à ce que nous reconnaissions un tel changement stratégique de l’autre côté », a déclaré honnêtement un haut responsable de la sécurité cette semaine. « Nous ne pouvons pas ignorer le fait que cela nous est arrivé avec Nasrallah dans le passé (en 2006). »

Une confrontation au nord n’a pas besoin pour commencer comme à Gaza, avec un surprenant feu de six roquettes sur Jérusalem. Il peut sortir n’importe comment, d’un incident local qui va devenir incontrôlable ou obliger les parties à réagir et à riposter. Ces dernières années, Tsahal a parlé de « journées de guerre » pour préparer les forces militaires et les civils du Nord à une escalade spécifique. Mais une telle escalade avec une dynamique dangereuse qu’il est difficile d’anticiper, peut entraîner les parties dans une vaste guerre sans que personne ne le veuille. « Le Hezbollah n’a aucun intérêt à enflammer le Liban », dit Zimet, « les Iraniens se fichent que Gaza soit écrasée et que le Hamas paie un prix, mais le Liban est une autre affaire. Pour eux, le Hezbollah est un atout stratégique conçu pour dissuader Israël d’attaquer son programme nucléaire. L’Iran ne risquera pas un tel atout pour rien. « Par conséquent, la perspective d’une campagne lancée par le Hezbollah est très faible. L’organisation a été dissuadée depuis 2006 et a été très préoccupée par ses problèmes internes au Liban – de la crise économique sans précédent qui menace de faire du Liban un État insolvable, et le covid. Les Iraniens ne laisseront pas le Hezbollah brûler le Liban : leur principal intérêt est maintenant de revenir à l’accord nucléaire, d’éliminer les sanctions et de relancer l’économie en Iran. Ils ne veulent pas rallumer le feu sur eux, en tant que responsables de l’instabilité dans la région. »

LIRE  Pour Damas, Raqqa est encore «occupée» et ne sera libérée que quand l'armée syrienne y entrera

Et pourtant, nous devons considérer que Nasrallah pensera autrement. Cela lui est déjà arrivé en 2006, et cela pourrait lui arriver à nouveau. À l’époque, il a admis que s’il savait que ce serait le résultat de la deuxième guerre du Liban, il ne l’aurait pas déclenchée. Mais le risque qu’Israël ne le lise pas correctement les différents signes,  ou qu’il change d’avis, existe toujours. La campagne de Gaza a repoussé  le « mois de guerre » prévu par Tsahal, un vaste exercice dans lequel devait être traités les problèmes d’une campagne dans le nord. Les leçons de l’opération à Gaza permettent à Tsahal d’atteindre cet exercice avec plus de précision. « Gaza était un exercice sur un modèle, qui a très bien fonctionné dans la connexion entre le terrain, le commandement, l’état-major général, l’armée de l’air et le renseignement », dit le colonel Giora Island, ancien chef du département de planification et chef du Conseil national de sécurité, « C’était une démonstration de la façon dont ce système fonctionne en cohérence. On sait qu’il y a un progrès important par rapport aux capacités passées. »

Mais le Liban n’est pas Gaza, et le défi qu’il pose est plusieurs fois plus complexe, dans presque tous les paramètres. Le Hezbollah a environ dix fois plus de missiles et de roquettes que le Hamas. Peu importe si le chiffre exact est 80 ou 140 mille (selon les estimations de Tsahal) – le résultat est le même : l’organisation a l’intention de faire pleuvoir des milliers de roquettes sur Israël chaque jour, capables de frapper n’importe quel point du pays. « L’un des principaux paramètres qui a donné au civil israélien le sentiment que la situation à Gaza était contrôlable tenait au nombre de victimes à l’arrière, » dit un officier supérieur, « Iron Dome a fait le travail, et a donné aux décideurs la capacité de fonctionner sans pression. Au Liban, la situation sera différente.

« Le Hezbollah voit que le dôme de fer a bien relevé le défi de Gaza, et il va essayer d’en tirer des leçons. Il cherche des goulots d’étranglement. Nous allons probablement devoir augmenter le nombre de tirs anti-missiles et bien sûr, continuer à travailler sur l’amélioration de la précision, c’est un projet phare. « Évidemment, nous le verrons également, le Hezbollah va essayer d’endommager les systèmes à dôme de fer eux-mêmes pour les mettre hors service, du moins temporairement. Nous avons tous vu les tirs de barrage sur Ashkelon ; maintenant pensez à ce qui se passerait si des dizaines de roquettes étaient tombées sans qu’on puisse les intercepter. C’est ce que le Hamas a essayé de faire, et c’est ce que le Hezbollah va essayer de faire.

« Cependant, compte tenu de l’ampleur des attaques à la roquette du Hezbollah, un dôme de fer aura des difficultés à obtenir des résultats. Le nombre de victimes sera beaucoup plus élevé, et les dommages seront énormes, partout dans pays. Le public sera choqué. C’est un problème dramatique.La conclusion est qu’Israël ne pourra pas compter uniquement sur la défense aérienne au Liban. Certainement pas pour une protection quasi hermétique, comme celle qui est affichée pour l’opération « Gardien des murailles ». « Cela nous oblige à passer immédiatement du concept de Dôme de Fer au concept de couverture en fer », déclare le major général Israël Ziv, ancien chef des opérations de l’état-major général, « non seulement pour défendre, mais pour construire un système efficace, qui sera connu pour frapper les roquettes du Hezbollah sur le sol ou au-dessus de leur ciel. Ce serait l’inversion stratégique qui changerait l’équation. Cela peut exiger des investissements considérables dans la technologie et le renseignement, mais cela en vaut le coût. Il n’y a pas d’autre choix. »

La frontière avec le Liban est radicalement différente de la frontière avec la bande de Gaza. Sur la topographique, le Hezbollah a un avantage sur Israël. Pendant la campagne de Gaza, Métula a été attaqué deux fois : pour la première fois, les Libanais ont franchi la frontière où il n’y a pas de barrière significative, près du fleuve Aoun. Ils ont commencé à tirer et ont été abattus par Tsahal. L’un d’eux est mort de ses blessures. Contrairement à l’affirmation selon laquelle il s’agissait d’un événement de solidarité des Palestiniens libanais avec Gaza, il était clair que la victime était un membre du Hezbollah.

Le deuxième incident était plus inquiétant. Sous le couvert de l’obscurité, une brigade a infiltré Metula. Elle a fait des ouvertures dans la nouvelle clôture mise en place dans la région et commença à se diriger vers les maisons des villages voisins. Une force Givati, déployée à l’avance dans la région, a ouvert le feu et l’a ramené clandestinement au Liban. Il a été révélé plus tard qu’elle avait laissé des engins explosifs. Ces deux événements n’étaient de la même conception de ce qui est attendu dans la prochaine confrontation dans le Nord. Le Hezbollah a l’intention d’utiliser ses forces d’élite, les Brigades Radwan, pour des raids terrestres en territoire israélien pour occuper des villages ou des avant-postes, enlever et tuer, et surtout, pour déplacer les combats en territoire israélien. C’est exactement ce que visait Hassan Nasrallah lorsqu’il a promis une décennie et plus pour « prendre la Galilée ».

Cela exige qu’Israël investisse d’abord dans la défense. Pour la bande de Gaza, Israël a pu mettre en place une protection presque parfaite lors de la dernière opération, grâce à un certain nombre de techniques et d’exercices développés, mais principalement grâce au mur de protection construit à la frontière, sur 68 kilomètres, qui a complètement empêché les incursions en territoire israélien.Maintenant, Israël devra accélérer la construction de la barrière au nord – murs, clôtures et autres moyens de protection. Certains d’entre eux ont été construits, principalement dans le secteur occidental – de Rosh Hanikra à Rekem Hasoulam, et de Misgav Am à Metula ; mais ce sont des travaux d’ingénierie complexes qui prennent du temps et nécessitent quelques fois plus de budgets qu’à Gaza, en raison de la nature du terrain. La barrière n’arrêtera pas complètement le Hezbollah, mais le retardera et réduira les dommages potentiels.

LIRE  Le chant du cygne du vieux chef palestinien

En même temps, Tsahal devra passer à l’attaque. « Nous ne pouvons pas rester assis à la frontière et les attendre, » avertit Island, « ils trouveront des failles, et ils vont pénétrer. Et comme la ligne de contact ne sera jamais percée, nous devrons aller à l’intérieur, faire de la protection loin de notre ligne de but, afin de ne pas avoir des déplacés à l’intérieur de nos frontières. La question de la profondeur à atteindre — quatre ou cinq milles, ou beaucoup plus — est moins importante. Ce qui est important, c’est que nous prétendions qu’il n’y aura pas d’échappatoire pour les opérations terrestres immédiatement. »

« L’entrée au sol sera nécessaire à la fois pour arrêter les tirs sur l’arrière et pour éviter les incursions dans notre région, » , explique un haut responsable. « Il ne sera pas possible d’attendre, car le prix pour le front intérieur sera lourd. » Ici aussi, la composante liée à la perception des choses est essentielle. Au Liban, contrairement à ce qui s’est passé dans l’opération de Gaza, des terroristes vont probablement pénétrer, des soldats et des civils seront blessés. Le Hezbollah obtiendra des résultats et essaiera de les exploiter. Israël sera frappé au front et frappé à l’arrière. Cela affectera considérablement le moral national, ainsi que la pression sur les décideurs.

« La résilience est essentielle », admet le haut fonctionnaire, « si les intercepteurs ne protègent  pas un tel périmètre, et s’il y a beaucoup plus de victimes, il n’y aura pas une telle résilience. Nous devons nous préparer à cela. » Une autre différence dramatique entre Gaza et le Liban réside dans la supériorité aérienne. Il n’y avait pas de menace significative pour l’armée de l’air à Gaza (certains missiles d’épaule ont été tirés sur les avions, mais ils ne les ont pas menacés). « C’était relativement facile, » dit Eiland, « nous avons activé toute l’armée de l’air. Il n’y avait pas de problème de supériorité aérienne, l’opération a été menée à un mètre et demi de la maison et près des bases de l’armée de l’air, et l’armée s’est concentrée uniquement à Gaza, car elle n’était pas tenue d’opérer sur d’autres fronts. »

Ce ne sera pas le cas dans la campagne contre le Hezbollah. L’armée de l’air sera attaquée sur toutes ses bases. Le corps est préparé à cela, surtout en ce qui concerne le changement et le déploiement de l’avion en cas d’urgence, mais il sait qu’il peut en payer le prix, tant en touchant les avions au sol ou en détruisant potentiellement la piste d’envole et les pistes d’atterrissage. Contrairement à Gaza, le Liban est grand, les cibles plus loin, et aussi plus protégé contre les avions. Le Hezbollah dispose de moyens plus avancés que les missiles d’épaule – en particulier les missiles antiaériens SA-17 et SA-8, qui ont été utilisés pour tirer sur des engins aériens sans pilote au Liban en novembre dernier. En outre, il possède un bouclier anti-aérien syrien. Face aux batteries S-300, il faudrait d’abord que l’Air Force les détruise, afin de se permettre une supériorité aérienne, ce qui conduirait aussi à mener la guerre avec la Syrie.

« Nasrallah comprend de la campagne de Gaza qu’il doit renforcer son réseau de renseignements, « Il va chercher une solution à notre supériorité aérienne, parce qu’il sait qu’autrement il se sera nu, sans réelle capacité de se défendre. »

Le Hezbollah a également constaté que toutes les surprises du Hamas avaient échoué. Ils investissent également beaucoup dans des questions autres que les roquettes comme les drones armés, qui sont censés se suicider sur des cibles en Israël, ou à travers une vaste activité navale pour préparer des raids en territoire israélien ou des dommages dur des navires et aux plates-formes de gaz, d’investir dans les champs de fréquence, d’effectuer des obstructions électromagnétiques et d’entraver l’activité de l’IDF, qui repose de manière significative sur la dimension technologique. Il est possible d’estimer que le Hezbollah cherchera à renforcer tous ces éléments et à les intégrer pour causer plus de dommages aux israéliens. En plus de l’investissement dans le domaine offensif, il devra aussi réfléchir à la protection et à ce qu’elle dit de toute sa logique de guerre.

Israël a prouvé à Gaza qu’elle est prête à devenir folle. Le Hezbollah devrait considérer que ce sera aussi la situation dans le Nord. Qu’Israël ne sera pas capable de se contenir et de se retenir, et devra aller jusqu’au bout (ou du moins avoir l’air prêt à le faire, même à un coût élevé). Il est probable que l’organisation libanaise est préoccupée par la profondeur de la pénétration du renseignement israélien à Gaza, ce qui a entraîné l’efficacité des frappes aériennes. Cette combinaison d’intelligence précise et de tir de précision est le produit d’un investissement et d’un processus à long terme, mais elle a culminé lors de l’opération Gardien des murs.

Raz Zimet

Au Liban, Tsahal a un plus grand nombre d’objectifs que celui qu’elle avait à Gaza. Si un pour un tel objectif  il vaut la peine qu’un bâtiment qui tombe, imaginez tout ce que vous pouvez faire et envisager quant à l’ampleur des dommages qui sont attendus au Liban. C’est exactement ce que le chef d’état-major Kochavi a demandé de mettre en œuvre dans un discours prononcé en janvier à l’Institut national de recherche sur la sécurité : « Il vise à créer une légitimité politique et juridique pour une action future possible, et surtout pour faire comprendre aux résidents libanais que s’ils dorment avec des missiles, ils ne seront pas surpris s’ils se réveillent le matin sans domicile.

Les choses n’ont pas eu la bonne résonance, parce que gros titres des médias portaient essentiellement  sur la question nucléaire iranienne, et il était douteux que les libanais pouvaient même comprendre les conséquences des actions du Hezbollah à ce moment. Mais l’organisation doit regarder Gaza et penser au Liban : veulent-ils que Beyrouth ressemble à Gaza ?

« Toute la puissance du Hezbollah et sa raison d’être est qu’il est le protecteur des chiites au Liban, » a déclaré un haut responsable, « S’il commence une guerre, il apportera la destruction sur eux. » Afin d’accroître la pression sur le Hezbollah, Tsahal a déjà indiqué clairement que dans toute campagne future, elle interviendrait pour évacuer une population du sud du Liban pour sa propre protection. La population devra être évacuée pour la protéger et empêcher la mort de personnes innocentes, et pour exercer une pression sur le Hezbollah. A Gaza, c’était difficile à faire, parce que le territoire est petit et surpeuplé, et il n’y a vraiment nulle part où aller ; par contre le Liban est plus grand.

Le bureau du procureur militaire et l’armée de l’air s’occupent de la question juridique en permanence. L’armée israélienne a déjà réussi dans le passé – dans l’opération de responsabilisation en 93, dans l’opération Grappes de la colère en 96 et dans la seconde guerre du Liban en 2006 – à forcer des centaines de milliers de résidents du Liban du Sud à fuir vers le Nord. Le nombre augmentera de façon spectaculaire au cours de la prochaine guerre. Avec les images de l’effondrement des maisons et la destruction des 230 villages chiites du sud du Liban, qui sont devenus des zones de guerre fortifiées, le Hezbollah devra également fournir des réponses aux Libanais.

Le concept opérationnel de Tsahal pour la prochaine guerre comprend trois efforts pour remporter la victoire – des coups multidimensionnels (dans les airs, en mer, sur terre, en cyber), des manœuvres multidimensionnelles (dans les airs et au sol) et une protection multidimensionnelle. Il y a huit facteurs qui devraient leur permettre : supériorité de l’intelligence, supériorité numérique, supériorité dans l’environnement rétinien, supériorité aérienne, suprématie navale, supériorité dans l’extraction de l’information, supériorité dans le spectre électromagnétique, continuité fonctionnelle, et l’activation de la puissance (feu et manœuvre) dans l’espace construit, qui est appelé le huitième catalyseur.

LIRE  Les Arabes israéliens, enfin sur la voie de la modération ?

Dans les discussions qui ont suivi la campagne de Gaza, le commandant du front intérieur, Uri Gordin, a exigé d’ajouter un autre catalyseur, le neuvième : la résilience à l’arrière. L’opération qui a pris fin et le défi du Nord montrent qu’il y a une certaine nécessité dans cette demande, parce qu’il y aura un rôle dramatique dans la force nationale et par ricochet, dans les mouvements de guerre. 15 ans après la Seconde Guerre du Liban, on ne peut que se demander comment cette chose n’était pas là au départ.

Si l’armée israélienne mène travail de recherche avec le courage intellectuel, elle ajoutera un dixième « élément » – le mental. Israël a peut-être gagné une victoire militaire à Gaza, mais a perdu confiance. Il est vrai que le niveau politique a abandonné cette question ; le ministère de l’information a été privé de personnel pendant deux ans, le ministère des Affaires étrangères a été démantelé de ses pouvoirs, et au moins trois bureaux gouvernementaux inutiles se réveillent sur le sujet dans une merveilleuse disharmonie (Ministère des Affaires stratégiques, Ministère du Renseignement et Ministère des affaires étrangères). La technologie et l’investissement numérique ne suffisent pas, et les résultats sont les mêmes. La Nation des start-ups a guidé l’opinion publique mondiale tout au long de l’opération.

Aujourd’hui encore, l’armée opère au niveau de l’état d’esprit, mais de manière ponctuelle, en faveur d’opérations spécifiques. La gouvernance doit se lancer dans une réflexion systémique et mettre la valeur de la victoire ici. Le chef d’état-major fuit en ce moment même comme une trainée de poudre, de peur que ce soit un champ de mines, et c’est une honte. L’une des leçons de l’opération Gardien des murailles est qu’en l’absence d’une décision réfléchie, il ne peut y avoir de décision dans la bataille.

Les experts estiment qu’il y a plusieurs autres questions sur lesquelles Israël doit maintenant se concentrer. Dans le domaine politique, un travail profond doit être  engagé afin de légitimer la future guerre au Liban, ses différentes significations. « La destruction qui apparaît là n’a rien à voir avec ce que nous avons vu à Gaza, » dit le haut responsable, « nous devons préparer le monde pour cela, à la fois l’Occident et le monde Arabe. »

Dans le domaine du renseignement, l’armée israélienne doit revenir et investir davantage dans la recherche classique. Ces dernières années, l’armée est devenue une usine de production de cibles. Ce faisant, on mesurait régulièrement – combien de points d’impacts elle est capable de produire, de sorte qu’ils puissent être attaché au bout d’une bombe précise lancé depuis un avion. Un processus similaire a eu lieu pour le Mossad, qui se concentre presque exclusivement sur le renseignement opérationnel. Cela a affaibli la recherche sur les intentions de l’ennemi. Ceux qui veulent éviter les conceptions, ou du moins être préparés à tout développement, devraient savoir comment mieux entrer dans la tête de l’ennemi.

Hassan Nasrallah a pris la parole mardi. Tsahal a affirmé que son discours était une erreur. Alors qu’il essayait d’envoyer des messages plutôt faibles à Israël, lui-même semblait faible et avait apparemment le covid. Cette évaluation ressemble à une tentative tardive de réparer l’évaluation manquante concernant la Sinwar et Gaza. Je ne sais pas si l’analyse est exacte cette fois aussi. Les leçons sont également censées soulever des questions sur la structure de l’armée. Qu’il soit bon de continuer à investir dans un grand nombre de divisions de chars en l’absence d’un ennemi blindé, ou qu’il soit préférable d’investir dans l’établissement de commandos supplémentaires, armés, entraînés et équipés, qui seront en mesure de répondre à un grand nombre de menaces.

Tsahal devra également accélérer l’armement des anti-missiles, dans un dôme de fer et des bombes nécessaires à l’armée de l’air. Ce sont des processus qui ont déjà été identifiés et indiqués dans les deux derniers plans pluriannuels, mais il est maintenant nécessaire de les faire avancer pour remplir les entrepôts. Compte tenu de la quantité de roquettes que le Hezbollah lancera sur Israël et du nombre d’attaques que l’armée de l’air prévoit de mener au Liban, des préparatifs et des équipements préventifs sont nécessaires pour que Tsahal ne s’approche pas trop près  des lignes rouges, ce qui l’obligera à limiter les attaques ou les interceptions.

L’armée israélienne estime que la campagne dans le nord entraînera une escalade à plusieurs niveaux. En effet, Gaza a également conduit à un réchauffement dans les autres secteurs, mais face au le Hezbollah, cela sera beaucoup plus important. Gaza va brûler, c’est sûr, et probablement même en Cisjordanie. Des missiles et des roquettes viendront aussi de Syrie, dans le cadre de la première guerre du Nord, et peut-être même d’Irak et du Yémen, voire peut-être même d’Iran. Ce sera un défi défensif sans précédent pour les systèmes de défense aérienne, et un défi offensif pour les chasseurs, qui devront opérer dans des scènes encore plus lointaines et moins familières.

De plus, les Arabes israéliens poseront un autre défi majeur. « Nous ne pouvons pas aller mettre à l’ordre du jour au lendemain partout comme cela s’est passé, » avertit  Israël Ziv, « Nous avons besoin d’un changement radical et immédiatement. La police israélienne est trop peu nombreuse et trop faible pour relever le défi. Il faut la déployer dans chacune des villes mixtes, et dès que les événements commenceront, elle travaillera pour éteindre le feu. La police des frontières ne peut répondre à la menace des attaques attendues. Nous devons établir une garde nationale, qui sera déployée dans chacune des villes, et une fois que les événements commenceront, nous agirons pour éteindre le feu. Si nous ne le faisons pas, nous ferons face à la prochaine guerre avec un nombre de foyers importants avec plus de violence, y compris des routes bloquées, ce qui rendra difficile pour Tsahal de mobiliser des troupes pour la campagne dans le Nord.

« Dans le même temps, Israël doit approfondir les investissements dans le secteur arabe – dans les infrastructures, l’éducation, le bien-être – pour réduire l’aliénation et augmenter leur lien avec le pays. » Surtout, Israël doit faire, ce qu’il n’a jamais fait, ni à Gaza, ni au Liban : mettre en place une politique. « Tsahal est convaincu qu’il est capable d’une victoire militaire sur le Hezbollah, mais c’est une campagne qui exige une autre réflexion, une autre préparation, une autre coalition – et je ne suis pas sûr que l’armée le comprenne, » dit Giora Island, « Une stratégie claire doit être formulée contre qui et pourquoi nous luttons, que nous nous battons seulement contre  le Hezbollah ou le Liban, mais aussi contre celui qui le parraine. Nous ne pouvons pas commencer à en discuter quand le feu s’ouvrira. »

Island prévient que tout ce qui se passera dans la prochaine guerre sera un choc pour le monde et le pays. La quantité de destructions et de victimes exige une préparation et une préparation, non seulement sous l’aspect du renseignement et des bombes, mais surtout dans la formulation des politiques et des décisions à prendre. « Gaza a été un signal d’alarme pour notre préparation à la guerre dans le Nord », dit-il, « nous ne devons pas l’ignorer. »

JForum – shishabat@israelhayom.co.il Yoav Limor

Aucun commentaires

Laisser un commentaire

Choisir la devise
EUR Euro
0
    0
    Panier
    Votre panier est videAu shop