La présidente de la cour suprême se plaint du terrorisme pratiqué contre le pouvoir judiciaire…

1
150

Malgré ce que la période actuelle a de décevant, voire de repoussant, elle permet d’un autre côté de faire décanter les choses, et de permettre de mettre à nu certaines certitudes bien ancrées, et pourtant bien fausses…

L’exemple le plus récent : la déclaration de Mme ‘Hayouth, la présidente actuelle de la cour suprême, critiquant la proposition de créer une commission d’enquête chargée d’examiner les conflits d’intérêts des juges ! Elle y voit une nouvelle vague de troubles qui a abouti à une proposition qui a été présentée puis rejetée à la Knesset la semaine dernière concernant la création d’une commission d’enquête parlementaire pour examiner les conflits d’intérêts des hauts fonctionnaires de la magistrature. Oh quel scandale, quelle audace !

‘Hayout a d’abord parlé des efforts déployés par l’ensemble des tribunaux pour lutter contre le corona. Rien à redire. Elle ajouta toutefois : « Parallèlement à la vague de corona à laquelle nous devons faire face, le pouvoir judiciaire a récemment dû faire face à une autre vague trouble qui a atteint son apogée dans une proposition qui a été rejetée à la Knesset la semaine dernière concernant la création d’une commission d’enquête parlementaire. Il est important de dire – notre autorité ne cherche pas à «balayer quoi que ce soit sous le tapis». Elle est sujette à la critique, attentive à la critique et agit avec détermination et persévérance pour corriger ce qui doit être corrigé et accroître la transparence de ses activités. Les audiences de tous les tribunaux sont ouvertes au grand public (à l’exception de ceux qui sont soumis au secret juridique). « Les juges sont soumis à l’examen de la Commission des plaintes du public contre les juges et au droit disciplinaire si nécessaire et sont liés par des règles détaillées d’éthique et des dispositions légales en matière de récusation. »

LIRE  Comment Israël peut exploiter les points faibles de l’Iran

« Je suis convaincue », a conclu Hayout, « qu’en dépit des ondes corona et des autres vagues troubles qui nous traversent en ce moment, nous continuerons à rester fermes et à remplir fidèlement notre rôle avec professionnalisme, dévouement et sens de la mission. »

Peut-être, mais c’est dommage tout de même que ce projet de commission ait été rejeté, car si la Knesset et le public en conséquence pensent qu’il y a lieu de mettre sur pied une commission de cet ordre (si ce n’est les considérations « politiques » qui ont amené les gens de Kakhol Lavan en particulier à s’y opposer – et peut-être que la conduite trouble de Gantz dans la boite qu’il dirigeait peut expliquer la présente conduite de ce parti…), c’est que l’opinion générale n’est pas très sûre que ce que dit la présidente de la cour suprême tient réellement la route. C’eut été l’occasion de vérifier sérieusement ce sujet.

1 Commentaire

  1. En espérant de tout coeur que la crainte de Hayote soit fondée et que très bientôt, on retrouve la carcasse de cette nuisance, démembrée et à tronche fracassée

    Ca suffit, la gauchiasse israélaste fait monter la haine chez les Juifs sain d’esprit ! Vivement la guerre civile pour l’extermination de cette engeance !

Laisser un commentaire