La stratégie de confinement à Gaza a fait faillite

0
25

La blessure d’un combattant frontalier lors de la confrontation avec les émeutiers et les terroristes découle d’un échec ponctuel embarrassant et négligent dans la défense de la barrière frontalière, mais c’est le symbole d’un échec stratégique dans la confrontation avec le Hamas et le Jihad islamique.

Ynet – Ron ben Yichaï

La blessure mortelle du combattant de la patrouille frontalière Barel Hadaria et d’autres incidents embarrassants survenus hier (Chabbth) à la frontière de la bande de Gaza sont le résultat d’un échec dans la planification et la perception de la défense de la barrière frontalière.

Ce qui a permis au terroriste armé de pousser une arme à feu dans une trappe relativement grande dans le mur de béton était la mauvaise conception en premier lieu de ce composant dans le concept de protection de la clôture. Les grosses buses à travers lesquelles une grenade peut être lancée sont placées trop bas et mal scellées avec des sacs de sable ou d’autres moyens qui ne permettront pas de tirer dessus à distance ou de près. Les « fentes de tir », c’est-à-dire les ouvertures dans le mur de béton (mur d’Oz), ont été construites de telle manière que le combattant israélien était obligé de sortir son arme du mur car il n’a ni champ de vision ni champ de tir si il ne le fait pas.

Les buses dans le mur qui étaient destinées à être utilisées comme fentes de tir devaient être construites comme un renflement de béton armé ou d’acier, avec les plus petites fentes sur ses côtés permettant le contrôle de l’observation et du tir jusqu’à un demi-mètre du mur de béton, et toute la longueur de cette position de tir.

LIRE  Vienne: la communauté juive pourrait boycotter les commémorations de la Shoah

Le corona et l’année scolaire qui n’a pas encore commencé constituent le bon moment pour agir afin de changer fondamentalement l’équation de Gaza et comprendre que la stratégie d’inclusion, de régulation et d’information a fait faillite.

Mais le problème principal était le fait même que les émeutiers de Gaza pouvaient entrer sur le territoire souverain israélien et faire rage le long du mur de béton lorsqu’ils le touchaient. Non seulement cela permettait aux manifestants et aux militants d’approcher les soldats de Tsahal sans entrave, mais cela pouvait être très dangereux lors d’une véritable confrontation avec le Hamas et le Jihad islamique.

En fait, le Hamas avait déjà prévu une telle possibilité lorsqu’il a creusé des « tunnels d’approche » dans une barrière lumineuse sud avant même l’opération Wall Guard. Le plan du Hamas était que ses hommes en sortent, courent vers le mur et la clôture au-dessus, essaient de frapper la barrière et la franchissent, puis il suffit que 5-4 d’entre eux entrent dans la colonie à côté du barrière.

Par conséquent, le mouvement d’ouverture du mur de garde était le bombardement d’un tunnel d’approche, mais Tsahal n’a pas donné de leçon et dans la Division de Gaza et le Commandement Sud n’ont probablement pas remarqué qu’en cas d’urgence comme hier, ou lors d’une grande campagne dans la Bande, la défense doit être mieux organisées.

La période actuelle est le bon moment pour lancer l’opération Wall Guard 2 et terminer ce que Tsahal n’a pas fait, y compris un élément de manœuvre au sol. Le Hamas et le Jihad islamique ont encore de nombreuses capacités de lancement.

LIRE  Les médias crient au mouton en se cachant chez le loup

Voici l’endroit pour mémoriser la règle attribuée au stratège allemand Karl von Clausewitz, qui a dit : « Une ligne de défense ne sera jamais violée. Il n’est pas certain que Clausewitz ait formulé la règle, mais elle est vraie et elle nécessite une protection frontale dans des situations comme la frontière dans la bande de Gaza, dont les localités israéliennes sont proches. Concrètement concernant l’incident de samedi, Tsahal aurait dû se préparer sur le talus devant la clôture, avec des positions de sniper, comme lors des émeutes qui se sont déroulées le long de la clôture en 2019-2018.

Il convient de souligner que les combattants de Tsahal et de la police des frontières n’étaient pas dans la bande de Gaza à l’époque, mais toujours en territoire israélien, et le Hamas n’avait pas la capacité de prétendre qu’Israël infiltrait la bande de Gaza, il a donc dû le combattre. Même si Tsahal ne voulait pas se préparer de cette manière, afin de ne pas provoquer une escalade, il était possible de s’assurer qu’il y avait suffisamment de skimmers et de moyens de tir au gaz au-dessus pour arrêter les émeutiers et les terroristes armés avant même qu’ils n’atteignent le barrière.

Les FDI auraient dû les arrêter avant qu’ils ne franchissent l’ancienne barrière frontalière. Même si cela nécessitait des tirs d’avertissement de mitrailleuses lourdes ou d’hélicoptères.

Le contournement de la « ligne Maginot » française par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale a prouvé que même la barrière la plus boisée et prétendument impénétrable nécessitait une défense flexible sur laquelle s’appuyer, mais pas exclusivement. C’est ce qui aurait dû être fait samedi, ou plutôt déjà vendredi, et cela n’a pas été fait.

LIRE  Attention aux talith et tsitsit de missionnaires vendus sur Internet

Et pourtant, nous n’avons pas parlé du fait même qu’Israël s’est retenu de riposter contre la roquette depuis Gaza lundi dernier, permettant au Hamas de menacer toute personne impliquée dans l’affaire de l’argent qatari de prendre des mesures s’il ne l’acceptait pas immédiatement. C’est exactement « ce que c’était » et cela n’aurait pas dû se produire.
Si nécessaire, alors la période actuelle est le bon moment pour lancer l’opération Wall Guard 2 et compléter ce que Tsahal n’a pas fait, y compris un élément de manœuvre au sol. Le Hamas et le Jihad islamique ont encore des capacités de lancement diverses et nombreuses, et tant qu’il se sent fort, il continuera à nous harceler.

Politiquement, la période actuelle est commode parce que les États-Unis et la communauté internationale, y compris l’ONU, auront du mal à nous condamner et à s’ingérer avec nous après le fiasco militaire du renseignement américain dans les dernières étapes de l’évacuation des forces d’Afghanistan. Le corona et l’année scolaire qui n’a pas encore commencé constituent le bon moment pour agir afin de changer fondamentalement l’équation de Gaza et comprendre que la stratégie d’inclusion, de réglementation et de sensibilisation a fait faillite.

NDLR : Texte surprenant, de la part de Ynet.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire