L’Allemagne va sanctionner plus sévèrement les actes antisémites

0
123

L’antisémitisme va bientôt être considéré en Allemagne comme une circonstance aggravante et sera sanctionné plus sévèrement au pénal, a annoncé, jeudi 28 novembre, le gouvernement, quelques semaines après une attaque contre une synagogue à Halle« J’ai honte du fait que les Juifs d’Allemagne ne se sentent plus en sécurité, au point que nombre d’entre eux pensent à quitter le pays », a déploré, devant la chambre des députés, la ministre sociale-démocrate de la justice, Christine Lambrecht.

Elle a ainsi annoncé que le gouvernement d’Angela Merkel allait présenter un texte de loi permettant d’aggraver les peines lorsqu’un délit ou un crime comporte un mobile antisémite. « Nous devons envoyer un signal clair contre l’antisémitisme », a résumé la ministre.

Une hausse annuelle de 20 % des actes antisémites

Angela Merkel avait promis une « tolérance zéro » et s’était engagée à mieux « combattre la haine » après l’attaque contre la synagogue de Halle (Basse-Saxe), qui avait fait deux morts le jour de la célébration de la fête juive de Yom Kippour, le 9 octobre. Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd si le tueur présumé, issu de la mouvance d’extrême droite, était parvenu à entrer dans le lieu de culte, où se trouvaient une cinquantaine de personnes.

Le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, a salué dans cette annonce un « pas important vers une répression cohérente des crimes antisémites ».

La recrudescence des actes antisémites dans le pays inquiète. L’an dernier, ils ont augmenté de près de 20 % par rapport à 2017, selon les statistiques de la police. La mouvance néonazie est à l’origine d’une bonne partie d’entre eux.

LIRE  Une écrivaine saoudienne appelle à la normalisation avec Israël

Le texte de loi devrait comprendre d’autres dispositions annoncées après l’attaque de Halle, comme l’obligation pour les réseaux sociaux de signaler à la police les messages de mort ou une meilleure protection d’élus menacés. Cette dernière mesure a été décidée après l’assassinat en juin d’un élu local pro-migrants, Walter Lübcke, dont l’auteur présumé est issu de la mouvance néonazie.

Source www.lemonde.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire