L’Arménie prête à resserrer ses liens avec Israël malgré les relations avec l’Azerbaïdjan

0
282

Dans un article publié samedi 4 mai 2019 Yossi Melman écrivain et journaliste israélien, correspondant des services de renseignement et des affaires stratégiques du journal Jerusalem Post a réalisé une interview du ministre arménien des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan et écrit un plaidoyer en faveur de la reconnaissance du génocide des Arméniens par Israël.

Extraits

« Nous souhaitons améliorer et améliorer les relations avec Israël dans tous les domaines », tel était le message d’Armen Grigororyan, secrétaire du Conseil de sécurité arménien, et du ministre des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan lors de mes derniers entretiens avec eux. Israël et l’Arménie ont des relations diplomatiques avec des ambassadeurs non résidentiels, peu de commerce et aucune rencontre dans le domaine de la sécurité militaire.

Pourtant, malgré deux obstacles majeurs – la vente d’armes à l’Azerbaïdjan par Israël et le refus d’Israël de définir ce qui est arrivé au peuple arménien il y a 105 ans comme un génocide – le nouveau gouvernement arménien semble prêt à améliorer ses relations avec Israël. Des ambassades seront ouvertes à Erevan et à Tel Aviv. Des vols directs commenceront bientôt entre les deux villes.

Non loin du bureau du ministre des Affaires étrangères dans le centre-ville d’Erevan, se trouve la colline de Tsitsernakaberd, qui surplombe la ville. Marcher au sommet de la colline rappelle Yad Vashem, le principal site de mémorial israélien à Jérusalem, qui a rendu hommage aux six millions de Juifs qui ont péri dans l’Holocauste.

La colline de Tsitsernakaberd (qui signifie la forteresse des hirondelles) abrite le monument commémoratif central des 1,5 million d’Arméniens morts à la suite de l’action préméditée de la Turquie pendant la Première Guerre mondiale. Le 24 avril est le Jour du souvenir du génocide arménien et le 2 mai est le Jour du souvenir de l’Holocauste.

Le monument de 44 mètres de haut symbolise la renaissance nationale des Arméniens. Douze dalles sont disposées en cercle, représentant les 12 provinces perdues dans la Turquie actuelle. Au centre du cercle, à une profondeur de 1,5 mètre, se trouve une flamme éternelle dédiée aux 1,5 million de personnes tuées pendant le génocide arménien.
Après la guerre, au cours de la première République arménienne, de courte durée, des assassins arméniens se sont portés volontaires pour l’opération Nemesis. Son but était de venger le massacre de leur peuple en tuant huit ministres et généraux turcs responsables du génocide.

Parmi eux se trouvaient les « Trois pachas » : le ministre de la Guerre, Ismail Envar, avait été tué au Tadjikistan par une unité de l’Armée rouge dirigée par un général arménien ; le ministre de l’intérieur, Mehmed Talaat, a été assassiné à Berlin ; et le ministre de la Marine et gouverneur de la Syrie, Ahmed Djemal, a été tué en Géorgie.

Plus de 20 ans après la Seconde Guerre mondiale, des combattants juifs appelés « Les Vengeurs » décident également de se venger et élaborent un plan visant à tuer des officiers allemands SS et à empoisonner l’eau potable et les boulangeries allemandes.

Yad Vashem, également situé sur une colline, abrite l’avenue des Justes parmi les nations, où des parents plantent des arbres pour commémorer les Justes qui ont sauvé des membres de la famille juive. À Erevan, les dirigeants étrangers et autres dignitaires sont priés de rendre hommage à ceux qui sont morts en plantant des arbres.

LIRE  10.000 élèves en confinement en Israël !

Et pourtant, Israël et l’Arménie sont des mondes séparés. Israël a toujours refusé de reconnaître que ce qui était arrivé au peuple arménien était un « génocide ». La décision ne découle pas uniquement de la volonté de monopoliser la notion de l’Holocauste en tant qu’événement historique unique et transcendant. C’est aussi un stratagème cynique de sécurité politique.

Pendant des années, Israël a craint la colère turque. Depuis la fin des années 50, la Turquie était un puissant allié stratégique de l’État juif musulman non arabe. Il existait des liens étroits entre les services de renseignement et de sécurité des deux pays. La Turquie était un marché important et lucratif pour les armes israéliennes.

Chaque fois que des parlementaires, des activistes des droits de l’homme et des historiens ont appelé à une justice historique en reconnaissant le meurtre des Arméniens comme un génocide, l’initiative a été bloquée par le gouvernement. Indépendamment de leur idéologie et de leur orientation politique, les gouvernements israéliens consécutifs, sachant que tout changement de cœur et de politique rendraient la Turquie furieuse et mettrait en péril les ventes d’armes, intérêts privilégiés par rapport aux valeurs universelles. Ils ont seulement accepté de définir le génocide comme une « tragédie ».

Mais au cours de la dernière décennie sous la direction de Reçep Tayyip Erdoğan, les relations entre Ankara et Jérusalem se sont détériorées. Les ventes d’armes ont été arrêtées et la coopération clandestine en matière de renseignement visant à lutter contre leur ennemi commun, la Syrie, a pris fin. De nos jours, alors que les affrontements politiques et militaires israélo-turcs atteignent un nouveau sommet, le Premier ministre Benjamin Netanyahםu et son fils Yair échangent de vives attaques verbales sur Twitter avec Erdoğan, s’appelant mutuellement des noms tels que « tyran » et « meurtrier ».

Pourtant, Israël reste convaincu qu’il ne reconnaîtra pas le génocide arménien. Israël a tiré une nouvelle excuse de sa manche. C’est l’Azerbaïdjan qui, durant le conflit de 1991-1994, a perdu un vaste territoire au profit de l’Arménie.

L’Azerbaïdjan, pays musulman à population majoritairement chiite, avait besoin de renforcer ses forces militaires. Elle s’est tournée vers Israël, qui a volontiers accepté de vendre son matériel militaire avancé à un nouveau marché prometteur. Au début, les liens étaient gardés secrets. Le censeur israélien a supprimé la publication de détails sur de tels liens dans les médias israéliens.

Cependant, le président azéri Ilham Aliyev, accusé de corruption, d’abus de pouvoir et de violations des droits de l’homme, a révélé le secret. En février 2017, alors qu’il accueillait le Premier ministre Benjamin Netanyahםu, il a déclaré que son pays achetait des armes d’une valeur de 5 milliards de dollars à Israël. L’Azerbaïdjan a remplacé dans une certaine mesure la Turquie comme marché des appareils militaires israéliens.

Selon des rapports étrangers, les ventes d’armes concernaient des drones, des missiles, des radars, de l’artillerie, des bateaux et du matériel de renseignement, qui sont utilisés pour espionner les rivaux d’Aliyev et les dissidents azéris. Une société israélienne a modernisé un avion privé pour Aliyev et un autre bâtiment à Bakou.

LIRE  Un garçon de 7 ans de Ko’hav Ya'akov dans un état grave après un accident de vélo

Certains gadgets de l’armée israélienne – notamment des drones et des obus d’artillerie – ont été utilisés contre les troupes arméniennes lors d’escarmouches qui ont parfois éclaté entre les deux ennemis.

« Pour Israël, ce n’est que du commerce, mais pour nous, c’est la mort », m’a dit le ministre arménien des Affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanyan.

En retour, l’Azerbaïdjan vend du pétrole à Israël et permet aux services de renseignement israéliens d’utiliser son sol comme base de lancement d’opérations contre l’Iran.

Maintenant, Netanyahou – qui a été réélu en avril pour son cinquième mandat au poste de Premier ministre – craint que le génocide arménien fasse perdre à Israël les revenus du marché azéri et qu’Aliyev, qui veut être un bon ami d’Erdoğan, veuille des présence de renseignement dans son pays.

Le comportement d’Israël est une parodie de moralité et d’histoire. C’est encore plus honteux parce que cela vient d’un pays qui s’est construit et est sorti des cendres du génocide.

Mais la vérité est que pour le gouvernement israélien, le facteur de l’Holocauste n’est qu’un instrument de politique, pas une boussole morale. Le gouvernement a toujours su manipuler la mémoire et le souvenir de l’Holocauste pour renforcer les intérêts politiques, diplomatiques et militaires.

Après l’effondrement de l’Union soviétique et du communisme, les États baltes et d’Europe centrale se sont lancés dans un révisionnisme historique et l’adoration des anticommunistes locaux, qui ont collaboré avec les nazis allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale et israël a tourné de l’œil et a choisi le commerce militaire et économique sur la moralité. Même Yad Vashem a à peine protesté.

Chaque fois qu’il y a un incident antisémite, même le plus mineur, dans les démocraties d’Europe occidentale, le gouvernement de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahou suscite l’enfer et appelle ses gouvernements à prendre des mesures contre les responsables. Mais ils gardent le silence lorsque des incidents similaires se produisent à l’Amérique de Trump ou en Europe de l’Est.

Pour purement améliorer la posture diplomatique d’Israël, Netanyahou s’est allié aux gouvernements de droite, populistes et homophobes de Hongrie, de Pologne, du Brésil et bien plus encore, ignorant le fait qu’ils sont soutenus par des nationalistes antisémites.

La Pologne, où trois millions de Juifs ont été assassinés dans les camps de la mort nazis, est un cas particulièrement troublant pour le système de deux poids deux mesures appliqué par Israël. Il y a quelques mois, Netanyahou a accepté sans contestation la loi polonaise qui punit quiconque reproche aux Polonais d’avoir participé à la Shoah. Le ministre des Affaires étrangères, Israel Katz, qui a déclaré que les Polonais nourrissaient l’antisémitisme avec le lait de leurs mères, s’est adressé au gouvernement polonais et a mené à une crise diplomatique israélo-polonaise, non résolue jusqu’à présent.

Le ministre arménien des Affaires étrangères Mnatsakanyan, a déclaré que son pays souhaitait qu’Israël accepte le génocide arménien, mais que ce n’était pas une condition préalable à son désir d’améliorer les relations entre les deux pays.
« Nos deux peuples ont beaucoup en commun : souffrance, riches histoires et cultures », a-t-il déclaré.

LIRE  USA: un fervent pro-israélien à la tête de la diplomatie

En tant qu’israélien et juif, je crois fermement qu’il est grand temps que mon gouvernement arrête son langage évasif au service des intérêts grossiers. La justice historique arménienne ne peut être bloquée par Israël aux portes de l’Holocauste juif.

Quand on voit le mal, il faut l’appeler par son nom. Israël doit renoncer à son approche à deux normes. Un génocide est un génocide. Les Juifs israéliens ont l’obligation morale de reconnaître le génocide arménien, exactement comme ils ont reconnu le génocide rwandais il y a 25 ans.

Voici mon entretien avec le ministre des Affaires étrangères arménien :

Ministre des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan, comment voyez-vous l’avenir des relations entre les deux pays ?

Il est clair que les relations entre les deux pays offrent de bonnes possibilités. Le potentiel que nous avons est tellement visible. Nous avons une grande histoire et civilisation. Nous avons un sens aigu de la fierté et de l’identité nationale. Nous pouvons donc travailler ensemble dans de nombreux domaines : économie, agriculture, haute technologie, tourisme, vols directs, culture de la santé, éducation, etc.

Les relations entre Israël et l’Azerbaïdjan, notamment la vente d’armes à son armée, font-elles obstacle ? Est-ce un obstacle ?

Cela a été et reste une question très préoccupante à plusieurs égards. Le commerce des armes par Israël est une arme de mort pour notre peuple. Nous avons été témoins de l’utilisation de telles armes contre notre peuple. Nous avons eu des pertes à cause de vos armes qui sont utilisées contre nous. Nous sommes très confiants dans notre capacité à nous défendre. Dans le même temps, nous nous engageons à renforcer la paix et la sécurité dans notre région. La course aux armements dans notre région ne contribue pas à la consolidation de la paix et de la sécurité.

Et vous avez de bonnes relations avec l’Iran, qui est un ennemi d’Israël et menace son existence ?

Nous insistons beaucoup sur le fait que l’établissement de relations avec un partenaire ne se fait pas au détriment d’un autre partenaire. Mais nous nous attendons à ce que tous nos partenaires fassent de même. Nous sommes donc très sensibles aux sensibilités de nos partenaires.

Êtes-vous surpris qu’Israël refuse de reconnaître le génocide ?

« Ce n’est pas un problème pour moi d’être surpris. Je représente un pays qui fait face à la pression de la justice depuis 105 ans. Mon peuple est victorieux parce qu’il était supposé être à l’écart de la terre.

Ma question est toujours la suivante : êtes-vous surpris et déçu de la position d’Israël ?

La question du déni de justice concerne l’humanité. Il appartient à Israël de décider de reconnaître ou non le [génocide arménien]. Ce n’est pas à propos de l’Arménie, c’est à propos d’Israël. Il est de notre devoir collectif de réduire les risques de génocide et d’atrocités.

par Stéphane le dimanche 5 mai 2019
© armenews.com 2019
Source armenews.com
NDLR : Certaines expressions sont gênantes pour nous, mais nous les avons laissées…

Aucun commentaires

Laisser un commentaire