Les exportations de gaz israélien menacées par la Turquie ?

0
192

Un événement d’une extrême importance géostratégique avec un potentiel de lourdes conséquences s’est déroulé il y a quelques jours sous les radars. La Turquie et le gouvernement libyen d’union nationale ont signé un accord militaire et économique dont l’un des volets délimite de manière arbitraire la juridiction maritime entre les deux pays en Méditerranée. En clair, la Turquie et la Libye se sont quasiment partagées la zone méditerranéenne qui les séparent. Conséquence principale, cet accord, s’il était appliqué, entraînerait un noeud d’étranglement sur les champs gaziers de plusieurs pays de la région, dont Israël, l’Egypte, Chypre et la Grèce. Pour Israël, cela pourrait constituer une énorme difficulté pour faire avancer le projet d’EastMed, le fameux pipeline destiné à l’exportation de gaz vers l’Europe. On a déjà vu des bâtiments de guerre turcs se rendre sur des zones que la Turquie considère comme siennes, et connaissant le président Erdogan, tout est envisageable.

Il s’agit d’un acte presque inédit dans les relations internationales qui pourrait se comparer à la prise de contrôle arbitraire par la Chine de toute une série d’îles en mer de Chine méridionale.

Aucune réaction officielle encore en Israël plongé dans la situation politique intérieure, mais le gouvernement chypriote a déjà réagi par la voix du ministère des Affaires étrangères qui dénonce une « grave violation du droit international » et assure « qu’elle n’aura aucun effet ». Le communiqué chypriote déclare: « Ce protocole ne produira en aucune façon des effets juridiques qui portent atteinte aux droits légaux de la République de Chypre ou à ceux d’autres Etats côtiers ».

LIRE  Malgré son retrait, Israël recherche son nouvel ambassadeur à l’UNESCO

Source lphinfo.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire