Liban: le candidat soutenu par le Hezbollah chargé de former un gouvernement

0
165

Après des semaines de chaos politique, d’effondrement économique et de fronde sociale, le président libanais Michel Aoun a chargé l’ancien ministre de l’Education Hassan Diab de charger un nouveau gouvernement. Selon une tradition politique basée sur le fragile tissu multiconfessionnel libanais, le président libanais doit être un chrétien et le Premier ministre un musulman sunnite.

Hassan Diab – Photo Youtube

Hassan Diab est certes sunnite mais il n’a pas obtenu le soutien des dirigeants et députés sunnites (mis à part six d’entre eux), chose exceptionnelle, et notamment celui du parti Courant du Futur, de l’ancien Premier ministre Saad Hariri.

Par contre Hassan Diab a obtenu un ferme soutien du Hezbollah qui attendra sans doute un retour d’ascenseur une fois qu’il sera aux affaires. Dans un tel cas de figure, le Liban aurait à sa tête deux dirigeants alliés du Hezbollah, car tout en étant chrétien, le président Aoun a fait allégeance au régime de Bachar El-Assad et au Hezbollah. Un signe qui ne trompe pas sur le contrôle de plus en étroit exercé sur le Liban par l’organisation terroriste chiite alliée de l’Iran. Selon Imad Salamey, chercheur en sciences politiques à l’Université américano-libanaise (LAU), la nomination de M. Diab laisse supposer que le prochain gouvernement sera dominé par le Hezbollah et ses alliés.

Le Liban qui plus que jamais a besoin de l’aide internationale pour faire redémarrer son économie moribonde, et notamment l’aide américaine, aura peut-être du mal à obtenir gain de cause si le futur gouvernement devient le jouet du Hezbollah qui est vigoureusement combattu par Washington.

Source lphinfo.com

LIRE  La veuve d'Arafat : "Je puis ouvrir les portes de l'enfer"...

Aucun commentaires

Laisser un commentaire