Liban: un cimetière juif endommagé par des travaux routiers

0
156

Un cimetière juif au Liban endommagé par des travaux routiers, selon son gardien

Des travaux routiers à Sidon, au Liban, ont entraîné la destruction de plusieurs tombes dans l’un des trois cimetières juifs du pays, a déclaré le gardien du cimetière.

Les dégâts se sont produits à trois points le long du cimetière juif de Sidon, dans le sud du Liban, selon un rapport du mois dernier sur les dégâts au Moyen-Orient Transparent, un site d’actualités et d’activisme promouvant les droits des minorités.

Le rapport du 19 novembre présentait une vidéo sur Facebook datée d’avril 2018. Il semble montrer au moins sept tombes détruites bordant un chemin de terre qui longe une route goudronnée. Les pierres tombales ont été détruites lors des travaux préparatoires à l’élargissement de la route, selon l’article du Middle East Transparent.

Selon un communiqué publié vendredi par le Centre Simon Wiesenthal, la vidéo a été réalisée par Nagi Georges Zeidan, un chrétien local qui a été retenu comme gardien du cimetière par un homme juif résidant à New York et Paris. Les parents et grands-parents de l’homme juif sont enterrés dans le cimetière.

L’homme juif, qui souhaite garder l’anonymat, a financé des rénovations au cimetière, y compris la réparation des dommages causés par des travaux routiers en 1992, selon le Centre Simon Wiesenthal et un article de 2015 d’Al Jazeera.

En 2015, le cimetière comptait 310 tombes réparties sur près de cinq hectares, selon Al Jazeera. Le plus ancien identifié date de 1853.

L’armée israélienne a rénové le cimetière quand elle contrôlait des parties de la région de Sidon pendant la guerre du Liban de 1982, a rapporté Al Jazeera. Mais il a été fortement vandalisé par les habitants après le retrait israélien, avec de nombreuses pierres tombales gravées retirées de leurs bases.

LIRE  Disparition de l'ancien Grand rabbin de Grande Bretagne

Le directeur des relations internationales du Centre Wiesenthal, Shimon Samuels, a exhorté l’UNESCO dans une lettre vendredi à intervenir “compte tenu de son rôle dans la préservation et la protection des sites du patrimoine”.

Le Liban comptait environ 15 000 Juifs vivant dans le pays avant 1947, selon le musée israélien Beit Hatefutsot du peuple juif. Mais la guerre d’indépendance d’Israël, dont les premières hostilités ont commencé cette année-là, a conduit la plupart d’entre eux à partir. En 1997, tout le pays abritait 20 juifs, selon le musée.

Les deux cimetières juifs du pays sont situés à Beyrouth et à Tripoli.

JTA – www.jforum.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire