L’image de la France se dégrade en Israël

0
234

Sur le front de la sécurité, l’image de la France en Israël semble se détériorer depuis quelques années. Des émissions à la télévision racontent les histoires épouvantables de Juifs assassinés sur le sol français. Un article publié en France (1) parle de cette terreur.

Selon causeur.fr : “La liste des agressions violentes qui émaillent le quotidien des Français ne cesse de s’allonger dans ce qui apparaît au grand jour comme un ensauvagement de la société. D’égorgements en attaques ratées, la banalisation de la barbarie se diffuse et témoigne d’une dégradation spectaculaire de la civilité. C’est désormais au couteau que se livre le combat entre notre société et ses ennemis.”


À Grenoble, Adrien Perez a été poignardé et tué par Younes et Yanis El Habib pour avoir secouru une amie ; à Jarny, un jeune homme s’est fait poignarder pour avoir défendu sa compagne.

À Paris, un « cycliste » qui n’avait pas supporté qu’un passager lui fasse simplement observer qu’on ne monte pas dans un bus avec un vélo a poignardé ce dernier.

À Melun, un homme  a attaqué des policiers au couteau lors d’un contrôle de routine.  À Nîmes, un gardien de prison a été victime d’une tentative d’égorgement. À Genève, cinq femmes ont été sauvagement agressées et battues par des individus dont la voiture était immatriculée en France (dont l’entraide a été sollicitée par la Suisse)…

La liste des agressions violentes qui émaillent le quotidien des Français ne cesse de s’allonger dans ce qui apparaît au grand jour comme un ensauvagement de la société. La banalisation de la barbarie ne se manifeste pas uniquement par des actes à dimension terroriste ; elle se diffuse dans les relations du quotidien et témoigne d’une dégradation spectaculaire du civisme et de la civilité.

LIRE  Allemagne : la loi qui Interdit le mariage des enfants a été déclarée inconstitutionnelle

Violence gratuite

Car ce qui frappe au premier abord dans la description de ces agressions, c’est le déferlement de violence disproportionnée et le plus souvent totalement gratuite de la part d’individus qui semblent étrangers au processus de civilisation, de restriction de leurs pulsions : « Je veux, je prends car tout m’est dû, et si je n’ai pas, je frappe. »

Cette bestialité est par ailleurs souvent déployée contre des personnes qui protègent et secourent les populations contre la loi de la jungle, comme ce fut le cas avec Marin à Lyon, autre victime de la racaille, laissé pour mort et handicapé à vie après avoir défendu un couple d’amoureux.

Ce déferlement de violence donne pourtant lieu à l’habituel ballet de dénégations du réel auquel les rejetons d’un gauchisme culturel moribond ont habitué leurs ouailles depuis des décennies.

Il s’agit tout d’abord de minimiser et de railler ce qui ne relèverait « que » de la rubrique des faits divers, selon une hiérarchisation surannée dans laquelle seule compterait la politique internationale, matière supposée noble, étant entendu que la vie réelle des citoyens serait un sujet trivial.

Il s’agit ensuite de rejeter toute considération sécuritaire, suspectée d’être odieusement réactionnaire et fascisante -alors même que la prolifération de l’insécurité ne fait qu’augmenter mécaniquement l’adhésion aux votes extrêmes tant redoutés.

L’ennemi intérieur

On ne peut en fait qu’être frappé par la prolifération d’attaques au couteau et d’égorgements ou tentatives d’égorgement pudiquement dénommés désormais « attaques au cou » par des médias effarouchés.

S’ensuivent alors toutes sortes de débats stériles aux fins de savoir si les agresseurs sont mus par des mobiles islamistes, le modus operandi de l’égorgement renvoyant naturellement à cette sphère d’influence.

LIRE  Abbas rejette une offre de plusieurs milliards de dollars en échange de concessions sur Jérusalem

Et, selon un ballet lui aussi éculé, il est régulièrement expliqué dans un soupir de soulagement que les individus concernés sont qui déséquilibré, qui orphelin, qui sans père ni repère, qui meurtri de la société, qui toxicomane, qui saoul, qui mal luné. Bref, que rien de tout ceci n’a donc à voir avec l’islamisme.

Or, si l’on peut à l’évidence constater que ces actes ne sont pas à proprement parler terroristes ni revendiqués comme tel, il est toutefois incontestable qu’une frange de la population rejette les valeurs de la République, fait sécession contre la France et ne souhaite en aucun cas en admettre les fondements civilisationnels. Ce rejet du pacte de citoyenneté se manifeste par des agissements d’une grande violence et se saisit, pour se répandre, du modèle d’agression qui lui convient le mieux, qui est l’objet plus ou moins conscient de son désir : l’égorgement, l’égorgement tel qu’il est en effet privilégié par les islamistes, l’égorgement du mécréant, en raison de sa valeur symbolique et de sa très grande facilité de mise en œuvre.

Ce qu’égorger veut dire

Revenant sur ces événements, le philosophe Yves Michaud, auteur de nombreux ouvrages sur la violence, rappelle que l’attaque au couteau est en quelque sorte la « forme » actuellement disponible, la matrice sociale en vogue dans l’éventail des violences possibles.

Le rejet de la citoyenneté et l’absence de loyauté vis-à-vis de la République trouvent dans l’égorgement la manière la plus efficace mais aussi la plus aisée et la plus visible de se manifester.

Le discours de dénégation tend pour sa part à minimiser ou relativiser les statistiques, celles-ci ne souffrant pourtant pas la contestation : les chiffres de la délinquance établis par le ministère de l’Intérieur sont clairs et témoignent de l’augmentation constante des agressions physiques violentes depuis quatre ans, ainsi que d’une montée en flèche des agressions sexuelles et viols contre les femmes.

LIRE  Allemagne : la tendance islamiste dans les salles de classe

Sur ce dernier point, et puisque plusieurs agressions très violentes ont eu lieu récemment soit visant directement des femmes, soit des hommes qui précisément défendaient des femmes, on ne peut là aussi que constater l’ensauvagement de la société soumise à un contre-modèle civilisationnel dans lequel la femme n’est pas respectée, du moins celle qui ose s’afficher dans l’espace public.

Mettre l’augmentation de ces dépôts de plaintes sur le compte exclusif de la libération de la parole après l’affaire Weinstein et la vague #MeToo est évidemment encore une façon de pousser la poussière sous le tapis et refuser de voir, de nommer la réalité.

Que fait la justice?

Enfin, ce qui rend cette violence particulièrement insupportable radicalement différent des temps anciens, c’est le laxisme judiciaire, la faiblesse de la réponse sociale, pénale, apportée à ces faits de grave violence.

L’agresseur de Marin à Lyon en 2016 s’en est sorti avec 7 ans et demi de prison à peine, il sera dehors sous peu, réductions de peine aidant. Les exemples pleuvent d’agresseurs remis rapidement en liberté, l’impératif d’une hypothétique réinsertion des délinquants et criminels semblant l’emporter sur la défense de la société en matière de philosophie pénale.

Le cri de colère et d’indignation lancé par la tante d’Adrien Perez à l’issue de la marche blanche qui lui était dédiée tranche avec les discours habituellement promus : « Il va falloir que l’État se mobilise, bouge les choses », sinon « vers qui faut-il qu’on se tourne ? »

www.israelvalley.com

(1) www.causeur.fr

Aucun commentaires

Laisser un commentaire