L’Iran veut récupérer son stock d’uranium enrichi à la Russie

0
392

L’Iran a annoncé samedi qu’il souhaitait reprendre une partie de stock d’uranium enrichi à 20% à la Russie en réponse au retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire iranien et à la réimposition des sanctions.

Dans le cadre de l’accord historique signé en 2015, supposé bloquer le programme nucléaire iranien « à long terme », l’Iran avait accepté de remettre à la Russie près de neuf tonnes de combustible nucléaire en échange d’une levée des sanctions.

« Si le carburant nous est vendu, nous n’avons pas besoin de le produire nous-mêmes », a déclaré M. Kamalvandi, le porte-parole et vice-président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, cité par l’agence de presse iranienne Fars.

« Si l’accord sur le nucléaire reste en vigueur, les autres pays devraient nous vendre du carburant, et si l’accord sur le nucléaire est mort, alors nous devrions être libre de produire le carburant à 20% nous-même », a-t-il ajouté.

Un dixième du stock iranien a déjà été rendu à Téhéran, et un second dixième doit bientôt être récupéré, a précisé M. Kamalvandi, qui a justifié ces retours par des « besoins domestiques ».

Atta Kenare (AFP/File)Iran’s Atomic Energy Organisation spokesman Behrouz Kamalvandi said the country’s request to purchase 130 tonnes of uranium was approved
Atta Kenare (AFP/File)

Les termes de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 prévoient une limitation du nombre de centrifugeuses jusqu’en 2025, une limitation de l’enrichissement d’uranium à 3.67% jusqu’en 2030, et des inspections d’organismes indépendants assurées jusqu’en 2040.

Le président américain Donald Trump a rétabli le 6 août des sanctions contre Téhéran et contre toutes les entreprises ayant des liens économiques avec la République islamique.

LIRE  Le rôle d’Israël après Berlin sur la Libye

Cette décision a provoqué des bouleversements économiques et politiques, donnant effectivement aux pays commerçants avec l’Iran deux options: se conformer aux sanctions ou se priver d’affaires avec les États-Unis.

Ce sont les sanctions les plus cinglantes jamais imposées, et depuis novembre, elles ont atteint un niveau encore plus élevé. « L’Iran cherche entre-temps à convaincre les entreprises et les pays étrangers de poursuivre leurs activités commerciales et d’investir », a mentionné Kamalvandi.

L’enrichissement de l’uranium permet de produire du combustible pour les centrales nucléaires de production d’électricité atomique, ou peut avoir d’autres applications civiles, dans le domaine médical par exemple. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l’uranium peut aussi permettre la fabrication d’une bombe atomique.

Accusé par les États-Unis et Israël de chercher à vouloir de doter de l’arme atomique, l’Iran a toujours affirmé que son programme nucléaire était uniquement à visée pacifique et civile.

Source www.i24news.tv

Aucun commentaires

Laisser un commentaire