La Maison Anne Frank avait interdit à un employé de porter la kippa

0
1511

Pendant les six premiers mois de travail, la Maison d’Anne Frank à Amsterdam aurait interdit à un employé juif de porter une kippa.

Selon un article publié jeudi dans l’hebdomadaire juif néerlandais NIW, Barry Vingerling, âgé de 25 ans, a reçu l’ordre de retirer sa kippa lorsqu’il s’est présenté à son premier jour de travail au musée.

Les responsables du musée ont expliqué que la Maison d’Anne Frank avait pour politique de ne pas autoriser le port de symboles religieux qui porteraient atteinte à leurs efforts de « neutralité », a expliqué Vingerling à NIW.

« Je travaille dans la maison d’Anne Frank, qui a dû se cacher à cause de son identité. Dans cette même maison, je devrais cacher ma propre identité ? » a-t-il demandé.

Le jeune juif orthodoxe ne portait pas de kippa lors de son entretien, mais il a expliqué qu’il était important pour lui de le faire lorsqu’il a commencé à travailler.

Lorsqu’il est arrivé pour sa première journée de travail en octobre, on a informé Vingerling qu’il devait soumettre une demande spéciale pour porter la kippa et qu’il devait l’enlever en attendant.

Le musée de la Maison d’Anne Frank à Amsterdam, aux Pays-Bas, en novembre 2014. (Crédit : Matt Lebovic/Times of Israël)

Comme solution temporaire pendant les délibérations du conseil d’administration, le musée lui a permis de porter une casquette de baseball portant le logo de la Maison d’Anne Frank. De cette façon, sa tête resterait couverte, comme c’est la coutume des hommes orthodoxes.

Mais cinq semaines se sont écoulées sans qu’aucune décision ne soit prise. Pendant ce temps, Vingerling s’est adressé à plusieurs reprises au directeur du musée, Dieuwke Maas, qui a promis une réponse rapide sur la question, mais ne l’a jamais livrée.

Le jeune employé a également consulté Rabbi Menno ten Brink, qui est membre du conseil consultatif du musée. Selon NIW, ten Brink a dit à Vingerling qu’au moins l’autorisation du conseil d’administration de lui permettre de porter une casquette de baseball lui permettait de respecter la loi religieuse.

Ten Brink semble défendre le musée dans une interview, expliquant que la sensibilité de la Maison d’Anne Frank n’est pas propre au judaïsme, mais à tous les symboles religieux.

Fatigué et « stressé » par l’attente, Vingerling a décidé fin novembre qu’il porterait sa kippa sans casquette de baseball pour travailler et voir la réaction du musée en conséquence.

Cependant, il a constaté que la direction ne s’est pas amusée de sa décision. Le directeur Ronald Leopold lui a dit que le conseil d’administration prendrait bientôt une décision à ce sujet, mais on a demandé à Vingerling de continuer à porter une casquette de baseball en attendant, et il s’y est conformé.

Lire la suite ici fr.timesofisrael.com

Aucun commentaires

Laisser un commentaire