Malgré les preuves de la duplicité iranienne, la France veut continuer à « discuter »

0
45
France's president Emmanuel Macron (L) greets Iranian president Hassan Rouhani at the Millennium Hotel near the United Nations on September 18, 2017, in New York. / AFP PHOTO / LUDOVIC MARIN

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drihan a fait une déclaration déconcertante concernant l’attitude adoptée par la France face à l’Iran et à son programme nucléaire: « Les derniers gestes de l’Iran dans le sens d’un désengagement de l’accord sur le nucléaire sont négatifs mais réversibles(…). Le canal de dialogue est toujours ouvert ». La semaine dernière, au lendemain d’une réunion entre experts français et iraniens, Jean-Yves Le Drihan avait déclaré « qu’il y avait encore beaucoup de choses à régler avant qu’un accord intervienne » mais « que les entretiens se déroulent dans une relative confiance ».

Cette attitude française ne changera apparemment pas malgré l’annonce faite par Téhéran selon laquelle l’étape qui suivra le passage à un enrichissement de l’uranium à 20% sera un désengagement total de l’Accord de Vienne. Ni d’ailleurs suite au rapport de l’AIEA sur la présence suspecte de traces d’uranium dans le site dont l’existence avait été révélée au monde par Binyamin Netanyahou devant l’ONU en septembre 2018. « Une entreprise de nettoyage de tapis » avaient répondu les autorités iraniennes…

Enfin, tout comme dans l’indulgence française envers les déclarations politicides iraniennes ou des organisations terroristes ‘palestiniennes’ envers Israël, Jean-Yves Le Drihan relativise les propos durs tenus par le président Rohani, et y voit « un jeu d’affichage public vis-à-vis des plus durs du régime »…

Rien n’a décidément été appris depuis la montée des régimes totalitaires des années 1930.

Source lphinfo.com

LIRE  Le Parlement argentin remet des documents sur le nazisme au musée de l’Holocauste à Buenos Aires

Aucun commentaires

Laisser un commentaire