Maroc : Le geste royal… pour la sauvegarde des sépultures juives de son pays

7
10000
Le cimetière juif de Telouet, où repose rabbi Aharon Abou'hatséra

Voici un an, la communauté juive du Maroc a été amenée à remercier le roi pour avoir pris à sa charge la réhabilitation des cimetières juifs du Maroc, « les maisons de la vie », à l’instar des cimetières musulmans.

Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés israélites du Maroc, a rappelé à cette occasion que « c’est une autre vision et pratique du religieux qui sont mises en action. Une pratique de modération, de dialogue et de respect et tout à fait à l’encontre des schémas actuels où les extrêmes occupent la scène ». Recevant diverses personnalité, dont le Grand rabbin de France, Haim Korsia, Berdugo a rappelé la « portée symbolique, religieuse, historique et patrimoniale de cette opération unique en son genre en terre d’Islam et ailleurs ».

Tout commence en 2010 avec la décision royale de « sauvegarder tous les lieux de culte, les cimetières et les sanctuaires du Maroc », c’est la rénovation de 167 tombes et sanctuaires juifs dans 40 provinces du nord et du sud du Maroc qui a été entreprise.

Des traces plus anciennes remontant à l’époque romaine ont pu être identifiées, témoignant du profond ancrage des Juifs au Maroc, comme en attestent les deux stèles de Volubilis et de Sala. La fondation « Les Maisons de la vie » sera créée pour pérenniser, développer la connaissance du patrimoine funéraire juif et le transmettre.

Au fait, pourquoi nous sommes-nous rappelés de cette information qui date déjà de plus d’un an ? Nous laissons au lecteur le choix de la réponse.

7 Commentaires

  1. Le roi etait convaincu qu il fallait finir le projet.
    Car [il l’a fait] de ses propres deniers pour éviter que l’on fasse pression de l’exterieur et de fomenter contre le roi d’arreter les travaux.
    Baroukh Hachem, le grand ROI a dit au petit roi…

  2. Que peut-on faire pour éviter que les cimetières israélites soient détruits et que les ossements soient déposés dans des fosses communes ?
    La présence des communautés juives étaient bien avant l’arrivée des musulmans, c’est une communauté bimillenaire…

    • D’abord, refuser les « accords historiques » passés avec la France, qui est le tuteur de ces cimetières ! Il faut à tout prix que ces lieux de repos soient respectés, car, sinon, non seulement ceux-là, mais les autres cimetières, même les plus grands, finiront également par être détruits. Puis tous ceux de l’étranger, de Tunisie (pas du Maroc, grâce au roi), de Pologne et de Roumanie !
      Au niveau individuel, il sera sous peu possible d’envoyer une pétition à cet égard.

  3. Il serait tout également historique et sain de protéger nos tombes juives en Algérie où un récent décret du Ministère français fait état de regroupements d’ossuaires dans des fosses communes…
    A Oran, il est question d’agrandir le Palais des Expositions en rasant à la pelleteuse les tombes de nos rabanim et aieux….
    Les institutions, médias et communautés sont muettes à ce sujet….
    Le Président algérien est bien malade, le pays est à hauts risques de bouleversements politiques et sécuritaires et les Juifs ont définitivement rompu tous les liens depuis 1962. Qui va protéger ces tombes?

    • Toutefois, vous ne pourrez pas reprocher à Kountrass de ne pas en parler, puisque nous l’avons fait dans un autre article (cf. http://www.kountrass.com/algerie-37-cimetieres-juifs-danger/) – nous sommes les premiers à avoir lancé le débat sur la place publique !
      Sur le fond, disons dès l’abord qu’il ne peut toutefois pas être question d’exhumer ces morts, mais d’exiger de la part des autorités françaises de continuer à assurer leur gestion de ces lieux de repos, tout comme ils le font pour les cimetières chrétiens.
      La nouvelle concernant Oran nous intéresse beaucoup, et nous serions reconnaissants à toute personne au courant d’un tel projet de nous apporter des détails – y compris le présent lecteur.

Laisser un commentaire