Marseille en deuil après le décès du rav Saadia Benayoun zatsal

0
1356

Un lourd deuil à Marseille : le rav Saadia Benayon (on lui avait ajouté le prénom Refael récemment), directeur de la Yechiva Ketana de Marseille, la première qui ait existé en France, est décédé du virus durant ‘Hol hamo’ed Pessa’h à l’âge de 75 ans .

C’était une personne très humble et au service des autres, il préférait souvent faire du Kavod aux autres rabbanim, les présenter, les accompagner, les faire parler que de le faire lui-même. Il étudiait très sérieusement en particulier autours de la communauté de Menou’hath Chalom depuis sa création et au Collel, mais il ne parlait pas seulement de Tora et de ‘Hinoukh, il transmettait ces notions par sa personnalité exceptionnelle !

Le rav Saadia Benayon a quitté son domicile après Pourim après avoir été infecté par le virus et a été hospitalisé pendant trois semaines, mais il est décédé au grand dam de milliers de ses étudiants en Israël et dans le monde.

Le rav zatsal est venu de Strasbourg à Marseille dans les années 1970 avec le groupe d’Avrékhim qui ont suivi rav Kohn. Le noyau de la communauté orthodoxe de Marseille a alors été fondé, quand le rav Benayon était l’une des personnes qui a travaillé dur pour établir et développer tous les besoins de la communauté. Il était connu pour son dévouement à créer, à soutenir, à diriger, et à renforcer la yechiva pendant de nombreuses années, même au détriment de ses besoins personnels. Son dévouement pour chaque jeune ne connaissait pas de limites et il faisait cela avec beaucoup d’amour.

LIRE  Les États arabes se plaignent de la réaction excessive des Palestiniens à l'appel de Jérusalem à Trump

Il était également toujours présent aux évènements communautaires ou particuliers, son énergie et sa bonne humeur étaient contagieuses, il ne ménageait aucun efforts pour aider les différentes institutions dont le Collel. Il faisait plusieurs kilomètres en plein été à Marseille pour donner une deracha ou accompagner le Roch Yechiva rav Dadoun ou rav Chekhter.

Sa maison servait toujours de lieu de réunion des sages et il faisait place pour toute personne dans le besoin, de la communauté et de n’importe où ailleurs dans le monde, le faisant toujours avec joie. Il avait un sourire si reconnaissable pour chacun qui illuminait son visage. Il émanait de lui la joie de la Torah et il la transmettait.

Il laisse derrière sa femme, des fils et des filles ainsi que des petits-enfants et arrière-petits-enfants, des étudiants en Tora dans le monde entier.

Son fils, rabbi Eliahou Ben ‘Hai assure la suite de la direction de la Yechiva ‘Hakhmé Provintsia, et un autre fils, Moché, oeuvre dans le cadre de la communauté Yisma’h Lev de Bayith Végan et rav Elie Benayon enseigne dans la Yechiva Ketana avec la même attention que son père pour les Baroukhim. Son gendre est le rav Arié Marciano, responsable de la Fondation Wolfson Europe, ainsi que le rav Michael Nakach.

Aucun commentaires

Laisser un commentaire